Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 15:21

                                                    

Que l'on soit de gauche ou de droite il y a une évidence: La richesse est créée par le travail.

Le travail, dans notre économie, ne peut s'exercer que par l'intervention d'un symbole, l'argent, qui, accumulé, peut, soit s'investir dans des outils de production, soit se prêter contre des intérêts, soit acheter des parts de propriété à la bourse pour maîtriser des entreprises et en prendre éventuellement le contrôle. C'est cette dernière possibilité qui doit être strictement contrôlée parce qu'elle est à la marge de l'économie réelle.

Que chacun cherche à augmenter sa part n'est pas mon propos.

Ma thèse est que le travail ne doit pas être entravé, ni par des fonds prédateurs, ni par une fiscalité obsolète qui par ses prélèvements sur les salaires, (comme ils disent: à la source) gêne la fluidité de la constitution de la richesse collective et a pour conséquence que le salarié paye une deuxième fois ses propres prélèvements quand il paye la TVA dans ses achats.

Sans oublier que le poids des prélèvements s'est accru par les applications successives des marges commerciales.

Le travail qui crée la richesse collective doit donc être libéré.
Je viens d'entendre à la Télévision, que le chef de l'Etat envisageait, pour aider à la sortie de la crise, de diminuer la TVA.

Alors, pour une fois, agissons intelligemment, et au lieu de diminuer la TVA, supprimons les 20% de charges sociales figurant à la charge du salarié sur la feuille de paye qui obèrent les salaires et que le salaire brut devienne le salaire net, le financement étant perçu au niveau de la TVA sur la diminution envisagée. Les prix des produits manufacturés diminueront, le pouvoir d'achat croîtra, les ventes seront activées, les carnets de travail retrouveront de la santé et nous aurons modernisé notre fiscalité retardataire et obsolète

Dans un article précédent "Le Salaire est sacré" j'ai conclu par cette phrase :

Notons pour finir que l'impôt à la source est non seulement une hérésie mais encore un non sens, car si on capte l'eau à la source, la rivière se tarit et les poissons meurent.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens