Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:30

          

                                  
De 1940 à 1945 la France a été occupée par l'armée allemande qui était par ailleurs engagée dans une guerre totale.

Tous les allemands valides étant mobilisés, Hitler a décidé de faire tourner les usines allemandes avec de la main d'œuvre réquisitionnée dans les pays occupés.

Les collaborateurs de Vichy, obéissant aux ordres de l'armée allemande ont institué le Service du Travail obligatoire ( S.T.O.). Il consistait à réquisitionner les ouvriers français, les étudiants et généralement tous les hommes de plus de vingt ans pour les envoyer travailler dans les usines allemandes. C'étaient des déportés du travail reconnus comme tel.

Ils étaient envoyés par convois, étaient assignés à résidence, mais bénéficiaient d'une semi liberté et d'un pécule. La plupart des jeunes hommes ont déféré à ces réquisitions parce que ceux qui s'abstenaient, étaient appelés réfractaires, étaient recherchés par la gendarmerie, puis déférés à la police allemande, subissaient quelques sévices, puis étaient expédiés, par la force et sans aucun ménagement dans des convois cadenassés à  destination de l'Allemagne où le sort qui leur était réservé était plus dur.

La minorité qu'on appelait les réfractaires n'ont donc pas déféré à la convocation et se sont cachés où ils pouvaient, généralement dans la campagne, et dans des fermes. A la fin de la guerre, il leur a été délivré par la Préfecture une carte certifiant leur qualité.

C'était le premier acte de résistance reconnu.

D'autres se sont confectionnés des faux papiers et ont continué de circuler dans la clandestinité mais sans pouvoir accéder à un emploi donc sans moyens d'existence. Ils étaient néanmoins aidés par des éléments de la population non collaborateurs. Et ils se sont armés.

C'était le deuxième acte de résistance reconnu.

Les recherches de la police de Vichy, de la milice et de la Gestapo devenant plus efficaces, plus dangereuses, les exécutions sommaires plus nombreuses, les combats armés nécessaires, les maquis se sont constitués.

C'était le troisième niveau de la résistance.

Enfin, le parcours clandestin du résistant s'achevait généralement par l'engagement dans l'armée du Général Delattre de Tassigny et l'offensive en direction des Vosges, de Belfort, de l'Alsace, la traversée du Rhin et l'occupation de l'Allemagne.

Pour certains ce périple dura six années de risques d'arrestations, de tortures ou d'exécution sommaire, de vie clandestine, de risques dans les combats ouverts, de souffrances dans le froid de l'hiver au milieu des bois et d'obsession d'insécurité permanente.

Mes compagnons, vous, les résistants, les oubliés, soyez fiers de vos combats et de votre abnégation qui a préservé l'honneur de la France.  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens