Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 19:01

Le Mercredi 15 Juillet dernier, désirant signaler un incident survenu sur le marché, je me suis rendu à la Gendarmerie pour le faire noter sur le registre que l'on nomme main courante.

Il m'a été répondu qu'il n'y avait pas de main courante.

A la suite de la précision donnée dans l'article ci-dessous, je transmets les éléments à Monsieur le Maire pour qu'il m'indique où se trouve la main courante, et que s'il n'y en a pas il prenne les dispositions pour la créer.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:35
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 15:46

"La valeur n'attend pas le nombre des années"

Le jour de mes 23 ans j'avais été promu Aspirant et je commandais une section

engagée dans la bataille de Colmar.

Si mon père avait été député, j'aurais bien sûr été affecté à l'état major avec un grade supérieur.

C'est dans la coutume et dans la nature des choses.

Mais je n'aurais pas accepté et je serais resté au côté de mes compagnons.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 11:21

Humour

 Quand je vois une photographie de Dominique de Villepin, en flash, il me vient à l'esprit le portrait peint à l'huile de Louis XI. La ressemblance est grande.

Ce serait un Louis XI revu et corrigé par Talleyrand.

Quant à Nicolas Sarkozy il me fait irrésistiblement penser à Louis XV par la brillance de ses interprétations et l'environnement dans lequel il se complait.

Il est évident que deux rois sur la même scène publique, en concurrence, sous l'égide de Talleyrand est un spectacle rare aux péripéties machiavéliques avec les interventions d'agents secrets et de faussaires qui font rebondir les débats.

C'est un remake modernisé de l'Affaire des Poisons.

Est-ce une tragédie, une comédie ou un vaudeville?

La question se pose.

Quant à la qualité du spectacle donné, les spectateurs que nous sommes et les autres à travers le monde jugeront.

Mais aurons nous l'envie d'applaudir?

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 11:00

                                        Qu'est-ce qu'une vie?

 

3Octobre 1921-3 Octobre 2009.

Aujourd'hui j'ai 88 ans.

Comme c'est long!

Mais dans ma tête le temps s'est concentré, et comme cela me semble court!

Le temps concret, mesuré par l'horloge est long, mais la durée, subjective, condensée dans la mémoire, est courte!

J'en ai eu des enthousiasmes! J'en ai eu des peines! J'en ai eu des échecs et des réussites!

Certains jours sombres j'estime le bilan négatif et d'autres jours, d'humeur plus rose, je le considère positif!

Disons, pour maintenir mon entrain, que ma satisfaction est tournée vers l'optimisme.

Je n'ai jamais volontairement nui à quiconque et je crois a contrario avoir été utile à quelques uns et à mon pays.

La période de ma vie dont je tire le plus de fierté est mon passage dans la Résistance et mon engagement dans la Guerre avec la sensation d'avoir réussi un dépassement moral dans l'enthousiasme de l'espoir.

Il m'en reste quelque chose qui se traduit par la volonté de ne jamais subir et de me battre, avec passion, avec mes moyens, pour un monde meilleur.

Et je pourrai me dire: Je n'aurai jamais été le lierre qui circonvient un tronc, je ne serai pas monté bien haut peut-être, mais tout seul.

Tant que ma pensée sera claire, et si possible jusqu'à mon dernier souffle, méprisant la mesquinerie des petits esprits, je me battrai dans le sens de mon idéal.
                                          Signé: Robin Desbois

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 14:28

Il y a une énorme bulle qui, un jour ou l'autre, si on continue à se laisser porter par le courant

continu des déficits endémiques va exploser.

C'est la bulle de la dette publique.

Dans cette éventualité, que dans le contexte actuel j'estime inéluctable, la crise que nous n'avons pas encore surmontée et qui rougeoit sous la cendre, n'apparaîtra plus que comme une crisette de peu d'importance.

Il y a bien quelques refuges de précaution qu'il est prudent de rejoindre, mais personne ne pourra échapper totalement aux conséquences, si le gouvernement ne prend pas d'urgence les mesures exceptionnelles qu'il peut seul engager, mais dans un mouvement collectif, et que je n'aurai pas l'outrecuidance impopulaire d'énumérer.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 16:00

André Fréquelin

21 rue Saint Eloi

Malesherbes                                  à       Monsieur le Maire de Malesherbes

29.09.09.                                               Mairie de malesherbes                                                

 

                          Monsieur le Maire

 

                                                             J'ai pris connaissance avec une grande satisfaction de votre courrier du 16 Septembre répondant à mon idée de ressusciter le Jardin Botanique de Monsieur de Malesherbes.

J'ai bien noté que vous-mêmes et vos adjoints considériez qu'il s'agit d'une excellente idée.

La possibilité d'étudier et de développer cette proposition que vous jugez excellente, et j'en suis très honoré, passe par la constitution d'un groupe de travail habilité qui ne peut être créé que par un corps constitué, le premier étant la Commune de Malesherbes, propriétaire des lieux en partie  et le second, peut-être, la Communauté de Communes par délégation de la Mairie.

En ma qualité de simple citoyen, je me dois de suivre la voie hiérarchique, et, étant donné que Monsieur le Maire est vice Président de la Communauté de Communes il lui appartient de présenter l'idée, s'il le désire, à cet organisme, mais je me tiens volontiers à votre disposition quelles que soient les circonstances et les suites données.

Si je commets une erreur je vous serais reconnaissant de me le faire savoir.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, mes plus sincères salutations.


Réponse à la lettre ci-après 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 15:49
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 13:58

                                                                    ou

                                                         Les Pompes à Fric

Les banques (et les affairistes financiers) ont été à l'origine de la crise par la manipulation dévoyée de la circulation d'engagements de cavalerie dans une économie virtuelle,  créatrice de bulles vides de valeur, créées et entretenues par des Jockeys traders à qui elles font des ponts d'or. (Mais cette cohorte de mercenaires n'est qu'un épiphénomène). Ce fut finalement le vaste circuit d'une escroquerie mondiale considérée sans réaction par les responsables de la régulation. Je ne juge pas, je constate.

L'Organisation des finances qui n'existe que pour être le faciliteur de l'activité économique réelle devient son naufrageur et la prédatrice des ressources créées par les opérateurs économiques productifs.

Recapitalisées par l'Etat avec l'argent du peuple et des prêts à taux dérisoires, les banques (et les affairistes) reprennent, en catimini, leurs jeux aléatoires, mais à contrario, elles pénalisent l'économie réelle et une franche reprise en serrant les crédits aux petites et moyennes entreprises qui en sont le véritable moteur et opèrent ainsi en marge de leur mission basique. Par ce comportement, elles endossent la responsabilité de la poursuite d'une crise larvée tout en dégageant des marges inutiles, sauf à être employées dans cette économie nébuleuse financière qui détourne les fonds réels sous forme d'engagements dans ces fameux circuits virtuels dont la finalité est de gonfler des bulles dont les initiés se retirent au bon moment.

Ces circuits virtuels qui sont en fait à l'usage des financiers, au bénéfice exclusif des financiers et des affairistes, au détriment des petits porteurs gogos, et dégagent finalement des profits concrets quand le dénouement est favorable mais qui sont soustraits à l'économie réelle pour réalimenter les circuits virtuels ou accroître des fortunes inutiles.

Et pourtant l'économie réelle, (l'industrie, le commerce, l'agriculture, le tourisme etc.) fondement du progrès général et de notre niveau de vie est à l'origine de la richesse collective.

Vous trouvez mon raisonnement obscur ?

Mais  croyez vous que cette effervescence financière soit claire ?

Et croyez vous que les bonnes mesures soient prises pour augmenter la richesse collective?

Vous souvenez vous que les systèmes de la Bourse ont été inventés par le plus libertin et dissolu de nos rois pour faciliter les finances de l'état dans lesquelles il plongeait à pleins bras?

Quand interdirons nous les opérations de bourse aux banques de dépôt?

Quand et comment déconnecterons nous l'économie financière spéculative de l'économie réelle?

Qui aura la vista, le courage et l'honnêteté civique pour le faire clairement?

En raison des circonstances de sa création, des intérêts liés aux activités de ses opérateurs, de la puissance des structures intéressées sur le plan mondial et de ses composants, je redoute d'être obligé de penser que nous n'assistions qu'à une réfection flamboyante de la façade derrière laquelle continueront de fonctionner les pompes à fric.

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 16:20

                            Ou la fête de l'Arbre

Le gaz carbonique est présent partout où il y a de la vie.

Il est indispensable, mais dans une quantité raisonnable.

La nature, telle qu'elle s'est constituée au cours de millions d'années, régule elle-même la quantité nécessaire. Mais les hommes  ont des comportements de parasites, d'une part prédateurs et d'autre part producteurs de toxines létales, qui modifient les équilibres naturels. Ils préparent ainsi leur propre disparition à terme ainsi que la disparition d'autres espèces qui ont à l'existence les mêmes droits qu'eux mais aucune responsabilité.

Dans ce sens la Taxe Carbone part d'une bonne intention mais elle est trop théorique pour être efficace, c'est pourquoi il est nécessaire de la positiver concrètement par une application pratique et symbolique qui influe sur les comportements durablement.

Les activités humaines ont deux conséquences :

Elles produisent trop de gaz carbonique et elles détruisent les moyens naturels d'absorption du carbone.

La solution est évidente : Il faut en produire moins et il faut en absorber plus.

Donc l'homme moderne produit plus de gaz carbonique  que la nature peut en absorber parce que dans le même temps au lieu d'augmenter les moyens naturels d'absorption il les a réduits par la déforestation.

Alors le gouvernement invente la Taxe Carbone qui apparaît aussi injuste que la Gabelle parce que l'individu n'a pas la maîtrise de sa propre production de carbone dans les conditions de vie qui lui sont faites par ce même gouvernement et les autres maîtres de la planète.

Peut-on rendre cette taxe concrètement positive?

Les deux principaux régulateurs de la quantité de carbone sont les océans et la végétation et constatant qu'on ne peut pas grand-chose pour influer sur les océans, sauf d'éviter de leur déverser des agents polluants, portons tous nos efforts en faveur du développement de la végétation.

Il faut stopper radicalement la déforestation et faire partout où c'est possible de la reforestation.

Non seulement dans les forêts tropicales, mais aussi dans nos campagnes où les bois, les bosquets, les haies ont disparu. Les forêts nationales elles mêmes ont vu leurs surfaces diminuer, parfois par des catastrophes naturelles, (telles les forêts landaises) ou des incendies ou tout simplement de l'action des hommes.

Il faut agir d'urgence pour reboiser plus qu'on ne déboise.

Alors je propose d'exonérer de la Taxe Carbone le citoyen qui aura planté un arbre dans l'année et l'entreprise qui aura replanté une surface.

Les communes, les départements, l'état définiront les lieux de plantation et organiseront une Grande Fête Nationale en l'honneur de l'Arbre sur tout le territoire au cours de laquelle ces arbres seront plantés symboliquement.

Combien d'arbres cela fait-il en plus et de carbone en moins? 

Quand il n'y aura plus de place en France on en plantera ailleurs ! En Afrique par exemple!

Dans 20 ans, si dans le même temps les chercheurs et les décideurs savent réduire les émissions par une meilleure utilisation des énergies ou leur amélioration (mais au plan mondial) l'équilibre sera rétabli et l'homme respectera, protégera et aimera l'arbre salvateur.


NB. Article paru dans le Courrier du Loiret le 01.10.09. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens