Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 14:59

                                         La voie de contournement de Malesherbes

                                             Plus communément appelée déviation

 

Cette déviation a été tracée et construite au milieu des années 1980.

Il avait été proposé un premier tracé qui empruntait la vallée verte mais qui a été abandonné parce qu'il traversait une zone dont la vocation était de permettre l'expansion urbaine sur des terrains géologiquement sains.

Le tracé est- sud- est a été adopté.

Mais ce tracé traversait la zone des Marais, inconstructible en raison de la composition des sols meubles et gorgés d'eau. Il a été décidé de prendre des précautions extraordinaires avec des creusements profonds, des apports considérables de matériaux nobles et même l'introduction de caissons de béton insubmersibles. C'était le maximum du possible pour tenter d'assurer la solidité et la pérennité de la chaussée.

En dépit de tous ces travaux, réputés d'une solidité éternelle,  cette route s'est affaissée et dégradée sur la portion qui traversait les marais à tel point qu'à nouveau des travaux onéreux et  considérables ont obligé de fermer la déviation pendant plusieurs mois. Et rien ne prouve qu'ils ne devront pas être renouvelés après un certain délai.

Depuis des siècles cette zone des marais est reconnue inconstructible. Je voudrais savoir par quel miracle administratif une zone inconstructible depuis des siècles, fragile, peut être déclarée constructible, assainie et viabilisée chèrement aux frais de la ville(les contribuables) et lotie par un promoteur entre la rue des Jardins, (voir l'article sur le parking) et la déviation, C'est du moins ce qui ressort des déclarations officielles après analyse. Qu'on veuille bien rectifier si je me trompe en utilisant le bouton "commentaires". 

En ma qualité de citoyen, dans une démocratie fière de l'être, j'ai le droit d'être renseigné dans le détail et les responsables décisionnaires ont le devoir de me fournir des explications détaillées, légalement justifiées et techniquement convaincantes.

Cela ne sera pas facile car les politiques, avec leur adresse habituelle, sauront découvrir une formulation de remplacement ou une voie de contournement en terrains fangeux.

P.S. Il me vient à l'esprit une métaphore amusante basée sur un fait réel :

En me confrontant à la puissante citadelle politique anonyme qui a déposé une chape sur la ville, je me revois, en 1944, montant à l'assaut du Fort du Mont Vaudois avec en main seulement une mitraillette.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 12:37

                                        Le marché du Mercredi

Il est 11h30, je me promène sur le marché comme tous les Mercredis et j'ai l'occasion de rencontrer les personnes que je connais avec qui je peux échanger quelques paroles aimables.

C'est une des rares occasions où c'est possible.

Rue Saint Martin, une personne avec qui je n'entretiens plus de relations depuis longtemps pour des motifs fondés, Monsieur François Quelet, se dirige vers moi avec une photo du Vieux Lavoir de Malesherbes qu'il me présente, m'agonit d'insultes et se sauve sans autres explications. Ce style d'agression verbale et ce manque de respect est inadmissible entre personnes de bonne éducation dotées d'un minimum de savoir vivre

 J'aimerais beaucoup qu'il me donne les raisons de son comportement et je suis à sa disposition à mon bureau sur une simple demande téléphonique. 
Pour donner un coup d'arrêt à ce genre de comportement j'ai décidé de porter plainte à la gendarmerie.
Le gendarme qui m'a reçu est allé consulter le chef de brigade et m'a répondu que c'était impossible car les faits n'étaient pas caractérisés. J'ai demandé alors à les consigner sur la main courante. Il m'a été répondu qu'il n'y avait pas de main courante (sic). En conséquence j'ai donc consigné les faits sur mon blog. 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 11:09

Le Rap est une musique sans mélodie

Le Rap est un texte sans poésie

Le Rap n'est pas un art mais l'expression de l'idiotie

Le Rapeur n'est pas un artiste

Mais un aboyeur triste

 

Et c'est comme ça que je vous attrape

Parce que ça se chante en Rap.

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 12:32

                                        

Dernièrement, des personnes généralement âgées et vivant seules, ont été victimes d'exactions d'une facture nouvelle dont le style se répand.

Deux hommes se présentent à la porte. Celui qui prend la parole est bien vêtu, se présente bien, s'exprime correctement tandis que le second est en tenue de travail.

Il dit qu'il est missionné par un organisme qui traite des problèmes d'économie d'énergie et qu'il peut faire faire des économies substantielles si on accepte de lui présenter l'installation.

Quelle énergie utilise-t-on ? Peut-on voir l'installation ? Oui. Ils entrent dans le vestibule. Peut-on voir les radiateurs ? Oui il y en a un là. Il demande à son complice de l'examiner. Y en a-t-il d'autres ? Oui. Alors on va les voir dans les autres pièces pendant que l'ouvrier continue de s'affairer dans le vestibule. On s'attarde un peu dans les différentes pièces puis on revient dans le vestibule où l'ouvrier examine toujours le radiateur. L'aimable personnage dit alors "Nous allons vous envoyer une étude" et ils partent.

La personne constate alors que son porte monnaie, son porte feuille, l'argent qu'il contenait, sa carte de paiement et quelques bijoux ont disparu.

Depuis quelques temps nous sommes souvent dérangés par des nombreux appels téléphoniques proposant des économies d'énergie, des examens de toiture etc. les sujets sont nombreux et variés, et on nous demande des renseignements détaillés sur l'appartement, la composition de la famille, et surtout l'âge de la personne, ceci pour déterminer si elle vit seule et si elle peut être une proie facile.

Dans tous ces appels il peut, peut-être, y avoir des appels honnêtes qui peuvent se dévoiler par d'autres moyens de contact facilement contrôlables.

Je vous conseille de ne fournir aucun renseignement par téléphone et de demander qu'on vous envoie tout simplement une fiche de renseignements sur l'entreprise et une proposition.

Vous répondrez si vous le jugez utile et si l'envoyeur présente des références et des garanties.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 15:02

                              10.07.09. encore une effraction!                                                  

 
4 heures du matin

 

La Maison de la Presse, rue de la République, en plein centre, est l'objet d'une effraction.

La devanture est défoncée au niveau de la porte à hauteur du verrou et des individus pénètrent dans les lieux. Je ne sais pas encore s'il y a eu vol mais nous le saurons bientôt.

 

Je renouvelle mon appel pour l'installation de caméras de surveillance à laquelle il faudrait ajouter des rondes de nuit.

 

Nous avons bénéficié depuis quelques temps déjà de l'apport d'une population interlope incontrôlée ou insuffisamment contrôlée qui coïncide avec le début de ces exactions dont la cadence s'amplifie.

 

Les anciens Malesherbois commencent à s'inquiéter et demandent des mesures. 

 

Ces propos ne sont pas une position politique mais une constatation qui demande de la part des autorités en place une amélioration des moyens de sécurité.

Car si nous avons une attitude faible ou attentiste, bientôt nous aurons nous aussi nos bandes organisées hors la loi qui existent déjà à l'état d'embryons.

   P.S. Renseignements pris il n'y a pas eu vol parce que les individus on été dérangés par les aboiements du chien de la maison et n'ont pas pénetré dans le magasin.                   
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 17:44

 

 

(Humour)

 

Je suis un veau puisqu'IL l'a dit, mais je me soigne.

J'ai préservé mes parties génitales pour ne pas devenir un bœuf mais rester un taureau ou pour le moins un taurillon, soyons modestes.

Cette métaphore, rassurez vous n'est pas physique mais intellectuelle et s'applique uniquement en réaction contre les petits politiques qui emploient les ressources d'une dialectique élémentaire pour masquer la réalité de leurs velléités et nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

J'essaie de fournir à mes concitoyens des chiffons magiques pour nettoyer leurs lunettes et des cotons tiges miraculeux pour éliminer les bouchons d'oreilles.

Quand nos petits politiques font des déclarations ou des publications sur des affaires en projet il faut gratter derrière les mots et décoder le langage fleuri pour découvrir les motivations, les buts recherchés, l'effet espéré, et derrière la lanterne, trouver la vessie. 

Derrière l'annonce d'un projet d'intérêt général peut parfois se trouver un montage financier.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 20:04

 Chronique locale:      Du bois dans le lotissement (Humour?)

La Terre subit des transformations géologiques, mais c'est à l'échelle du million d'années.

Une période de 25 ans n'a aucune influence sur les strates géologiques.

C'était en 1983. J'étais premier adjoint.

Il a été décidé par le Maire de l'époque de créer un parking rue des Jardins qui porte bien son nom. Le terrain était situé sur la zone alluvionnaire gorgée d'eau, en principe inconstructible. Devant les nécessités de la circulation et du stationnement l'Architecte des Bâtiments de France a accepté le projet aux conditions suivantes: 
   1-     Le terrain devait être creusé sur une certaine profondeur pour être assaini et asséché.

2-     Le fond de l'excavation devait être recouvert par un bidime imperméable cousu.

3-     Cinq matériaux différents devaient être disposés en strates.

4-     Une station électrique de drainage et de pompage devait être construite.

Tout cela a été effectué sauf la couture du bidime (du moins à ma connaissance). La station de pompage continue de fonctionner. Comme il ne s'agissait pas d'une construction en élévation d'un poids important il n'a pas été exigé de piloter des pieux ce qui est heureux car la longueur des pieux est comprise entre 20 et 64 mètres selon l'emplacement dans le marais. Alors je suis perplexe et dubitatif ! Je vais vous parler d'une opération qui a été initiée depuis environ deux ans. 

Une très belle maison de maître, classée, de caractère historique, construite au bord des terres d'alluvions du marais qui font partie de la propriété incluse dans le périmètre règlementé  sera cernée par son lotissement qui sera construit sur des terrains encore plus meubles et plus gorgés d'eau que celui du parking, où l'eau affleure à la surface du sol et que les  Malesherbois ont déjà vus inondés. Ces terrains qui étaient inconstructibles verront leur valeur multipliée par 1.000.

Alors pourquoi la ville (les contribuables) offre-t-elle au puissant promoteur une conduite d'égout et une route pour viabiliser son lotissement qui lui rapportera des sommes considérables?

Les terrains recevront-ils les mêmes traitements qui ont été exigés pour le parking de la rue des jardins? Avec bidime et cinq couches de matériaux? Avec des stations de drainage? Des pieux seront-ils pilotés et à quelles profondeurs?

Les exigences de l'Architecte des Bâtiments de France (qui sont forcément les mêmes 25 ans après sur un sol qui est le même) seront elles respectées et qui le contrôlera? Il est possible (mais je n'ose pas y croire) qu'il soit seulement répondu que les procédés modernes ne rendent plus nécessaires ces exigences, ce qui serait faux.

Monsieur le Maire, qui a une formation d'agent immobilier qu'il était encore il y a un peu plus d'un an, est en mesure de nous expliquer tout cela.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 09:05

 Chronique Locale

 

Vendredi matin (25.06.09) un couple âgé rentrait d'une promenade par la rue du Capitaine Lelièvre.

Un homme jeune était assis sur un muret à proximité du cabinet médical. Il portait un blouson blanc avec une capuche rabattue sur la tête.

La dame portait son porte monnaie à la main. Quand elle est passée à proximité de cet individu il s'est précipité sur elle, lui a arraché le porte monnaie et s'est enfui en courant puis a disparu au coin de la rue. On l'a aperçu plus tard dans la rue de la Charlotterie. Le porte monnaie contenait 70 euros et quelques papiers.

Si je vous fais le récit de ce fait divers, c'est pour vous mettre en garde. Vous devez savoir que ces faits, qui sont dits divers, existent.

Et aussi pour renforcer ma proposition d'installer des caméras de surveillance. Si ce voyou avait été filmé, en dépit de sa cagoule il aurait été identifié. Son comportement démontre qu'il n'en est pas à son coup d'essai et qu'il recommencera avec le même scénario ou un autre plus grave encore.

Renvoyez à la Mairie le questionnaire inséré dans le Bulletin municipal avec votre approbation pour l'installation de caméras de surveillance.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 12:59

 

Les frais de fonctionnement de l'état sont passés de 2008 à 2009 de 53%à 54% et la dette à X+.

L'emprunt qui va être lancé est un signe de résignation en face des problèmes financiers.

C'est un des nombreux seaux d'eau qu'on emprunte au voisin pour alimenter sa citerne qui fuit sans avoir la clairvoyance de remplacer les joints ou la force dans le poignet pour fermer hermétiquement la bonde.

Je suis tout à fait d'accord pour souscrire, avec les économies que me laisse l'impôt, à un emprunt lancé par l'état aussitôt que ses frais de fonctionnement seront ramenés à un niveau raisonnable inférieur à 46% et que je serai certain que mon argent servira à des investissements productifs dont profiteront les générations futures.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 10:31

                         

A la fin du 17ème siècle, le vieux lavoir de Malesherbes était installé au bord de la rivière des Tanneries.

Il y avait en ces lieux, à cette époque, une grande activité de mégisserie et le lavoir servait principalement au séchage des peaux. Avec la disparition des tanneries, il perdit cette fonction pour n'être plus utilisé que comme lavoir à linge (qui fut lui-même désaffecté vers 1870). Monsieur Charles Combe, auteur d'autres sauvetages, fit alors l'acquisition du vieux lavoir, le fit démonter puis remonter dans la propriété Saïller, face au pont Mirebeau. Il devint un hangar peu à peu délaissé.

En 1983, le tracé de la voie de contournement vouait le vieux lavoir à la destruction. Il était en effet en ruines sur l'emprise rachetée par le Département. C'est alors que Christian Saïller a demandé à André Fréquelin de trouver une solution pour sauver le vieux lavoir qui avait appartenu à sa famille. Etant alors premier adjoint, celui ci a exposé l'affaire à la municipalité et a proposé de le restaurer (quelques poutres étaient rompues et beaucoup de tuiles étaient cassées) et de le réimplanter sur le petit square à l'entrée de la ville. Il a rencontré quelques oppositions mal fondées. Il  a alors déclaré qu'il ne sollicitait aucune subvention et qu'il assumerait lui-même tous les frais de restauration. L'autorisation lui a alors été accordée.

Il a ajouté qu'il désirerait que ce lavoir soit nommé le Lavoir des Tanneurs. Ce qui lui a aussi été accordé par vote du Conseil municipal et le Square baptisé Square des Tanneurs à cette occasion.

Il a alors donné un cadre juridique à cette opération en la confiant à l'association qu'il avait créée: l' A.C.S.O.
afin de traiter les problèmes administratifs et assurer l'opération Mais c'était un très important travail.

Il a alors rassemblé une équipe formée de ses amis qui comprenait des professionnels qualifiés : Raymond Niot ( décédé), Jean Guérin, Jean Michel Pattier, Marceau Dupré (décédé), aidés par Christian Saïller, François Quelet et André Fréquelin et quelques volontaires épisodiques.

Dans un premier temps, le vieux lavoir fut démonté et entreposé dans un hangar de l'Hôtel de l'Ecu de France mis à disposition par Monsieur Grosmangin pendant l'hiver.

Au printemps suivant, il fut transporté sur le Square des Tanneurs, puis restauré et reconstruit près de la rivière des Tanneries. Quelques généreux donateurs ont fourni une partie des matériaux. L'ensemble des opérations s'est étalé sur deux années.

La dernière tuile fut posée le Jeudi 26 Septembre 1985 à 20 h 30. Tous ceux qui ont participé à la reconstruction se se  sont retrouvés samedi à midi, sous le lavoir, pour partager un repas champêtre offert par Jean Gourby

Il n'a été inauguré qu'en 1997 par le nouveau Maire qui à cette occasion a remis à tous les acteurs la Médaille de la Ville de Malesherbes.

Jean Guérin et Jean Michel Pattier continuent de surveiller et d'entretenir la toiture et la charpente du Vieux Lavoir qui est entré dans le patrimoine des Malesherbois.

                   

 Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux,

Un des participants au sauvetage du Vieux  Lavoir m'a informé qu'une version  erronée du sauvetage a été éditée. Je vous prie de vous reporter au texte ci-dessus dont l'authenticité est garantie par les acteurs eux-mêmes et certains faits consignés dans les comptes-rendus du Conseil Municipal. Ne croyez vous pas qu'une plaque commémorative avec le nom de mes valeureux et désintéressés compagnons serait méritée? Sachant que la présence de mon propre nom déplait à la majorité d'entre vous je vous autorise à ne pas le faire figurer pour que mes compagnons soient honorés comme ils le méritent.

Veuillez agréer mes meilleures salutations.

                                                           André Fréquelin

                                       Chevalier de l'Ordre National du Mérite

                                                  Résistant. Croix de Guerre.

PS. Il serait souhaitable que cette mise au point soit conservée dans les archives de la Mairie.

( Texte rédigé le 22Juin 2009)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens