Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 13:05

 (humour)

 

Chacun sait que le Château de Malesherbes a un caractère historique et est fortement lié à l'âme de la ville et de ses habitants.

Les générations héritières nobles qui en ont été les propriétaires, tel Monsieur de Malesherbes, ont toujours considéré que les habitants de Malesherbes avaient le droit moral de se promener librement dans le bois du château et d'admirer l'architecture de l'édifice.

Maintenant les touristes intéressés par l'histoire et attirés par les documents touristiques viennent parfois de loin et trouvent les grilles fermées.

Les manants locaux ne peuvent plus s'y promener que 39 jours par an à des heures limitées et bien déterminées.

La propriété moderne serait elle moins libérale et plus rigoriste dans ses droits que la féodalité?

Partager cet article
Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:00

 

                           …la clef de la réussite!

 

Nous continuons de nous enfoncer dans la crise.

Le chômage s'accroît et beaucoup d'entreprises sont passées en état de veille.

Les plus aisées et les mieux gérées,  profitant de cette pose obligée préparent l'avenir et guettent la lueur de la reprise qui poindra à l'horizon économique après que la pagaille financière ait été sanctionnée et un ordre rationnel établi. Elles seront donc en mesure de rebondir.

Cette crise ne provient pas d'une absence des besoins ou d'une défaillance de l'outil industriel mais uniquement de l'organisation ou plutôt de l'anarchie des circuits financiers internationaux qu'on appelle le marché qui ont modifié brutalement la géographie des pôles du travail et brouillé les circuits des échanges.

La reprise sera proche ou lointaine mais elle profitera en priorité à ceux qui auront su l'anticiper en la préparant.

Malesherbes depuis de nombreuses décennies ne trouve plus sa ressource et son destin dans les activités de l'agriculture mais de l'industrie qui est le support des générations montantes.

Or son industrie est en régression et sa relance est et sera freinée par des volontés extérieures qui pèsent sur l'éteignoir qu'elles ont placé.

Malesherbes doit donc d'autant plus s'activer avec clairvoyance, volonté, obstination et intelligence pour sauver ce qui a été réalisé pendant la période faste et renforcer le bassin d'emplois qui est une nécessité d'avenir.

La proximité de l'Ile de France et les voies de communication sont un atout qu'il faut savoir exploiter.

Soulevons l'éteignoir!

J'ai suggéré dans un article précédent que soit désigné un adjoint très qualifié chargé uniquement et à plein temps de la gestion et du renforcement du bassin d'emplois.

Cette suggestion est de plus en plus dans l'actualité et je la renouvelle.Voila un vœu positif qu'un ostracisme latent ne devrait pas mépriser.

Expédier les affaires courantes est une tâche nécessaire, appréhender celles de demain c'est faire preuve de clairvoyance et d'imagination.

Ne nous laissons pas surprendre par le hasard de l'évolution des choses qui n'est jamais créateur.
(Paru dans le Courrier le 09.07.09)

Partager cet article
Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 18:15

 

Pour assainir les pratiques financières qui finalement aboutissent en toute légalité à des vastes escroqueries aux dépens des naïfs il faut revoir dans le détail les procédures et les cheminements financiers pour interdire la formation des bulles qui sont en fait comparables à des vastes bluffs de poker.

Quand le bluff est éventé l'escroquerie se découvre mais les dégâts demeurent

Si le bluff n'est pas découvert les petits porteurs perdent pour le moins une grande partie de leurs investissements et les traders qui ont engrangé leurs bénéfices pendant la formation de la bulle sont indifférents à son éclatement.

Pour coincer la bulle, il est nécessaire d'encadrer les traders, de ralentir les flux financiers, d'interdire la spéculation aux banques de dépôts. Ces mesures ne sont pas exhaustives

Il faut faire que ce qu'on appelle le MARCHE ne soit plus un casino mondial sans surveillance qui tire le principal de ses profits des pertes des petits porteurs naïfs.

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 14:50

                                Constat des lieux du citoyen propriétaire
Les idéologies, les lobbies, les financements occultes, les soultes internationales, les frégates, les services fantômes, les surplus d'effectifs inoccupés dans les ministères, le train de vie de certains, les appartements luxueux, les notes de frais gonflées, l'abondance superflue des élus et des personnels politiques rétribués, les groupes d'intérêt, les strates politiques trop nombreux et coûteux, les dépenses de prestige, la pêche aux voix, les subventions à des amis, les gestions déficitaires pérennes, les non retours sur les investissements, les services en doublon,les méthodes administratives surannées d'une lenteur onéreuse, le coût d'équipements performants qui ne sont pas compensés par la réduction des effectifs, une fiscalité qui a atteint et dans certains cas dépassé le niveau du supportable et qui par nécessité pressante est relayée par l'emprunt en mépris de l'orthodoxie financière, voilà un tableau non exhaustif brossé à grand traits : C'est le portrait de la République actuelle traité en caricature.

                                              Abécédaire pour un élu

Les dépenses de fonctionnement de l'état doivent être financées par la ressource fiscale et les revenus annexes.

Les investissements qui doivent être productifs peuvent être financés par l'emprunt.

Quand la collecte de l'impôt atteint un niveau qui appauvrit la nation les frais de fonctionnement doivent être impérativement réduits en urgence et surtout ne pas recourir à l'emprunt qui aggrave l'appauvrissement et ne corrige rien.

L'emprunt qui doit financer uniquement l'investissement doit être remboursé par le retour des recettes qu'il produit mais jamais par l'impôt.

Les gouvernements qui contreviennent à ces règles de base et de bon sens méritent une motion de méfiance.

Les déficits anciens qui ne peuvent plus être remboursés par ces moyens en raison d'une mauvaise gestion antérieure doivent être couverts par des réalisations d'actifs pour retrouver une gestion équilibrée et consolidée, dans le cas contraire le pays se trouve en état de faillite et le gouvernement responsable ne peut que prendre des mesure d'exception dont le peuple souffrira cruellement.

ATTENTION: Vous êtes élu ? Vous êtes responsable, soyez vigilant !

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 20:05

22 Juin, 15h45.

Je viens d'entendre avec un grand intérêt le discours réformateur du Président de la République devant le parlement.

Il est de la volonté de nos élus parlementaires que ce discours devienne historique.

Je ne peux qu'adhérer aux grandes orientations ébauchées.

Vous pouvez constater qu'il y a une certaine corrélation avec les idées que je développe depuis près de trois ans sur mon blog et antérieurement dans mes articles parus dans le Courrier du Loiret sans en avoir emprunté les thèmes.

Le Président va trouver en travers de sa route les habituels naufrageurs des grandes idées novatrices qui les dérangent.

Faisons en sorte qu'il suive, avec les adaptations qui s'avèreront nécessaires, la ligne volontariste qu'il a tracée, cela dépend aussi de nous.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 21:40

C'est à un médecin que je la décerne.

Quand il a appris qu'un de ses patients avait été victime d'un grave accident et avait été transporté par le SAMU dans un hôpital éloigné de 50 Kms il s'est rendu immédiatement à son chevet, a pris connaissance des premiers examens, s'est concerté avec les médecins présents, a vérifié que les soins qui lui étaient prodigués lui convenaient.

Tous les deux jours il est revenu.

Il a fait des démarches utiles, a œuvré pour obtenir qu'un professeur se déplace de Paris et il conserve le contact.

En outre, j'ai appris qu'il assure des permanences en plus de son service habituel.

Il me rappelle les médecins de mon enfance et mérite bien une mention particulière.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 14:31

                                     Tu m'as P.L.U.

                                   Tu m'as plus P.L.U.

                                     Tu m'as re P.L.U.

                             Finalement tu me plais P.L.U.

 

Humour ?

Il y a des non sens qu'on ne peut pas passer sous silence.

Le bas de la ville est encombré, le réseau des voies urbaines est inadapté pour la circulation et le stationnement, en conséquence la densité de la population est saturée.

C'est un non sens que de créer des lotissements qui accroissent ce qu'on appelle le centre qui ne peut plus absorber un surcroît de population et un surcroît de circulation et de stationnement.

Si depuis des siècles on n'y a pas construit c'est parce que la sagesse de nos anciens était plus forte que l'esprit de lucre.

Si on sait par expérience que cette surface est en grande partie meuble et inondable et que sa viabilité directe et indirecte sera à la charge du budget on se demande où on va et quelles sont les motivations véritables des élus ?

Le Conseil Municipal a été mis en place pour régler les affaires courantes, néanmoins l'équilibre de l'urbanisme ne doit pas lui échapper.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 14:29

Quand je rédige mes articles je pèse mes mots pour refléter la réalité avec le plus d'exactitude possible.

Mais la réalité passe à travers ma perception et mon tempérament avant d'être transcrite.

Il se peut qu'elle ne corresponde pas aux vôtres.

La liberté d'expression et d'avis est garantie par le bouton"écrire un commentaire" au pied des articles.

N'hésitez pas à l'utiliser.

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 15:24

                             Consultation populaire

 

Dans le bulletin communal était inséré un questionnaire pour obtenir l'avis de la population sur l'opportunité d'installer des caméras de surveillance destinées à renforcer la sécurité des personnes et des biens.

Ce questionnaire n'apportera pas une réponse fiable pour plusieurs raisons.

Une majorité ne les remplira pas, ce qui ne signifiera pas qu'elle y est opposée, mais elle considèrera soit qu'elle n'est pas concernée soit qu'il s'agit d'une décision de sécurité à prendre par les autorités compétentes qui disposent des paramètres d'appréciation.

D'autres ne répondront pas par négligence.

D'autres répondront négativement pour se conformer à un mot d'ordre purement politique qui appelle à voter non pour des raisons obscures sans rapport avec le sujet.

Dans ces conditions les réponses seront majoritairement négatives, mais sans valeur démocratique et ne pourront pas servir de prétexte honnête pour formuler la décision.

Cette démocratie faussée est sans valeur et même trompeuse.

De même qu'était trompeuse la dissimulation des exactions.

La seule référence valable est l'efficacité des moyens recherchés pour assurer la sécurité mieux assurée de la population.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 15:58

                                          Ou le doute existentialiste

Définitions:

 

DEMOCRATIE : Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l'intermédiaire d'un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative).

OLIGARCHIE: Régime politique où l'autorité est entre les mains de quelques personnes où de quelques familles puissantes, ensemble de ces personnes, de ces familles.

 

N.B. on pourrait peut être ajouter  "de groupes d'intérêts constitués a cet effet".

 

Quand j'analyse les réponses du peuple à tous les votes qui lui ont été proposés sur la constitution de l'Europe, sur son fonctionnement politique, sa représentation et les suites qui leurs sont données par le pouvoir en place, je me pose la question " quel est notre régime?".

 

Si, quand le peuple dit directement non à la constitution on fait adopter le texte par des

Chambres politiques, je suis troublé.

 

Si, quand le peuple refuse majoritairement de participer a une consultation (c'est sa seule possibilité de faire savoir qu'il désapprouve le principe lui même) on entérine l'expression d'une minorité. Je suis troublé.

 

Quand un groupe qu'on dit vainqueur recueille 11% de l'électorat seulement, je suis troublé

 

Les élus dans ces conditions peuvent-ils s'exprimer légitimement au nom du peuple?

 

.Qui peut m'aider à comprendre et résoudre ces problèmes préoccupants?

 

Et en fonction de la réponse quelles peuvent être les conséquences ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens