Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 14:31

 

Quand un salarié a effectué un travail qui a une valeur de 1800 euros il perçoit 1000 euros nets, la différence finance la couverture sociale. Notons que ces 800 euros sont répercutés dans le prix de vente des produits qui subit en outre la TVA de 20% ce qui revient à dire que ces 800 euros deviennent 960, autrement dit la part de l'ouvrier sur la valeur de son travail n'est plus que de 840 euros.

Il peut donc légitimement s'attendre à ce que ses dépenses pour ses frais de santé soient totalement couvertes et que se soigner n'exige aucune dépense supplémentaire. C'était vrai mais cela ne l'est plus.

Pourquoi ?

La première raison vous la connaissez tous : les laboratoires qui produisent les médicaments sont des firmes dont la première motivation n'est pas la compassion et la solidarité  mais de faire du profit. Il s'agit de l'industrie la plus rentable, qui désire l'être toujours plus, et dont la puissance financière lui donne la puissance politique.

Les médecins et les chirurgiens dans leur grande majorité sont restés raisonnables.

Mais ce qui est désagréable c'est que certains praticiens demandent ce qu'ils nomment des suppléments d'honoraires qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. .

C'est d'autant plus anormal que l'usager l'ignore généralement avant d'entrer dans le cabinet de consultation et que sous la pression psychologique causée par son état, et la difficulté d'une recherche d'un meilleur prix, il ne peut que se soumettre et accepter ce qui devient une pression anormale à paiement pour un service dont il ne connaît même pas à l'avance la qualité et qu'après, c'est trop tard. Il y a peu d'assurances complémentaires qui remboursent ces suppléments d'honoraires, elles sont très chères et donc pas à la portée de tout le monde.

Cette cotisation s'ajoute  aux 53% prélevés sur la valeur du travail du salarié.

 Légitimement, le consommateur doit être informé des tarifs pratiqués pour choisir son praticien en connaissance de cause avant d'entrer dans le cabinet car il s'agit d'une transaction commerciale dont le tarif doit être connu clairement. Si cette tarification n'est pas éditée il est urgent de diffuser la liste des praticiens qui n'appliquent pas des suppléments d'honoraires. 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 15:17

Proposition prémonitoire

 

L'article paru sous le même titre le 11 Avril dernier était prémonitoire.

Dans la nuit du 16 au 17 Avril, rue Saint-Martin, la devanture du magasin d'optique a été défoncée.

Je ne sais pas s'il y a eu vol.

Je ne sais pas si les casseurs ont été vus.

Je ne sais pas si la Gendarmerie a été prévenue.

Je ne sais pas si elle est intervenue.

Mais si des caméras de surveillance étaient installées, ou bien cette tentative n'aurait pas eu lieu, ou bien les auteurs auraient été identifiés, ou bien des indices précieux auraient été enregistrés.

Cela conforte ma suggestion d'installer des cameras de surveillance au fur et à mesure des disponibilités financières.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 16:39

 

A dix huit ans, en 1940, avant le mois de juin et l'invasion de la France, j'avais une formation d'esprit qui était moins un assemblage de croyances et de convictions qu'un élan de résolutions à tel point que j'ai déclaré à mon entourage" si la France est envahie je prendrai le maquis" cette expression n'avait pourtant jamais encore été employée pour désigner une action de résistance.

Quand j'ai entendu l'appel du général de Gaulle, il a eu en moi une résonance immédiate et dès le mois de Septembre 1940 j'ai constitué un dépôt d'armes en collectant dans la campagne environnante les matériels et les armes abandonnés par l'armée française en déroute.

Deux amis de mon âge m'ont aidé dans cette tâche: Jean-Pierre Garmigny et Michel Jacquemart. Le premier est décédé et je n'ai pas de nouvelles du second.

Nous avions déjà, en dépit de notre jeune âge "une certaine idée de la France" avant que cette phrase soit prononcée.

Etre gaulliste c'était soutenir l'homme et son action et tous ceux qui continuaient à combattre pour l'honneur et la libération de la France.

Se dire gaulliste maintenant n'a plus de sens car ce qualificatif affuble malheureusement des politiciens qui n'ont qu'un seul idéal: se faire élire grâce à cette affiche falsifiée, profiter du pouvoir et en faire carrière.

Ce qui a du sens, c'est de connaître la pensée du Général et l'idéal qu'il a voulu transmettre.

Il faut avoir lu ses ouvrages, avoir étudié le sens profond de son action et des objectifs qu'il s'était assignés.

Je ne suis donc plus gaulliste puisque l'homme s'est éteint et que cela n'a plus de sens. Mais je suis en totale adéquation avec la" Pensée Gaullienne" et la question grave que je me pose: Est-il possible qu'un jour elle rime vraiment avec"Pensée Européenne"?

Partager cet article
Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 15:27

 Chronique Locale 

Dans mon journal quotidien du 9 Avril j'ai lu une interview de Jean-Pierre Door, député-maire de Montargis intitulé "Nous ne reculerons pas face aux incivilités".

Il dit entre autres :

"Tous les auteurs de troubles sont connus et identifiés…En dehors du flagrant délit, seule la collaboration des habitants pourra nous aider à mettre un terme à ces agissements… C'est une situation intenable devant laquelle nous ne reculerons pas d'un pouce…Le conseil municipal a budgété récemment l'installation de caméras supplémentaires…Sur place les polices municipales et nationales ont augmenté leurs patrouilles…En tout état de cause la loi républicaine doit s'exercer".

C'est un sujet sur lequel j'avais l'intention d'intervenir depuis un certain temps et j'ai déjà un peu commencé en publiant les incendies de voitures qui jusque là étaient passées sous des silences un tantinet spécieux.

Tout d'abord, sachez que les cimetières sont souvent l'objet de profanations diverses notamment par des vols d'objets funéraires et de compositions florales.

Les rues de la ville sont souvent parcourues de nuit par des bandes ou des individus bruyants qui parfois en viennent à des violences.

Vous avez pu lire sur ce blog que des voitures brûlent.

J'ai l'exemple d'un jeune homme parfaitement bien élevé qui n'a provoqué personne qui a été agressé et a eu une dent cassée etc.

J'ai donc des suggestions à faire :

Sachant que la police municipale n'a pas les moyens, ni la mission, de faire de la prévention et de la répression, sachant que la nouvelle organisation de la gendarmerie ne  lui permet pas d'intervenir en tout temps et en tout lieu, je suggère d'installer des caméras de surveillance dans les endroits sensibles.

En premier lieu aux cimetières, ensuite place du Martroi où il y a quatre banques, puis dans certains passages obligés, et plus généralement dans tous les lieux sensibles au fur et à mesure des possibilité de l'avancement des équipements.

Les citoyens qui n'ont rien à se reprocher n'ont rien à craindre et ne peuvent que se réjouir

du progrès de la prévention au profit de leur sécurité.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 15:05

                        Ne faites plus la confusion

 

Depuis quarante ans, dans mon entourage familial, j'ai vu naître plus de dix enfants, j'ai suivi leur petite enfance  puis leurs parcours scolaires et pour plusieurs d'entre eux leur entrée à la Faculté puis dans la vie professionnelle. J'ai apprécié leurs comportements dans la vie familiale réglée par des parents exemplaires.

J'apprécie maintenant, pour les plus âgés, leurs relations aimantes avec leurs parents toujours présents et attentifs, heureux maintenant d'avoir des petits enfants à choyer qui abordent la vie dans les mêmes conditions que leurs parents.

Ce sont des jeunes dont j'ai été fier quand ils étaient petits et dont je suis toujours fier maintenant.

Bien sûr, ils ont fait des petites incartades vénielles d'enfants gais et pleins de vie mais des réprimandes bien senties ramenaient un ordre immédiat.

C'est cela notre jeunesse, c'est cela les jeunes dont nous sommes fiers.

Alors je n'admets pas que lorsqu'une voiture brûle, les journaux et par conséquent les gens qui les lisent écrivent et disent : Ce sont encore les jeunes qui ont brûlé une voiture.

Ce ne sont pas les jeunes, ce sont des voyous : l'âge n'a rien à voir dans ce grave délit qui laisse supposer qu'ils en font bien d'autres. Ecrire et s'exprimer de cette façon porte préjudice à notre belle nouvelle génération.

Je plaide pour que plus personne n'écrive ou ne parle de cette façon péjorative par respect pour notre belle jeunesse.

Il faut que chacun inscrive définitivement dans sa mémoire : ce sont des voyous, des voyous, des voyous qui font cela, car c'est le mot juste dans notre vocabulaire.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 14:16

Dans cette période de crise centenaire, il faut savoir et vouloir réduire la voilure.

Il est un impératif pour les élus municipaux: réduire significativement les impôts locaux.

Il est urgent de supprimer ou pour le moins de diminuer fortement toutes les dépenses qui ne sont pas indispensables et peut être inutiles, de limiter aux justes besoins les effectifs, d'augmenter l'efficacité des services et  récompenser les personnels qui oeuvreront dans ce sens.

Sans parler de productivité, il faut organiser les différentes activités, répartir les tâches, supprimer les temps perdus par un meilleur planning, demander une organisation logique à l'encadrement, programmer les approvisionnements, gérer l'effectif, en bref, faire une gestion serrée nécessitée par la situation générale.

L'austérité obligée exige des économies sur toutes les lignes de dépenses mais il est préférable de supprimer en premier lieu les moins utiles tels que les frais de publicité et de représentation

Il est urgent de diminuer, entre autres, significativement les taxes foncières qui ont galopé beaucoup plus vite que l'inflation et qui pèsent trop sur le budget des ménages.

Je suis tout à fait conscient que gérer dans l'abondance est une activité agréable, mais que gérer dans l'austérité est un pensum nécessaire mais détestable qui ne soigne pas la popularité.

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 14:10

 

Je vis dans une civilisation chrétienne et je m'en trouve bien.

C'est à mon sens une civilisation qui a su se débarrasser des motivations des croisades et de l'intolérance de l'inquisition pour progresser vers l'idée idéale.

Après bien des horreurs elle a atteint un calme passionnel relatif qui est le fondement d'un monde pacifique auquel tous les hommes sages aspirent.

Mais atteindre une sainte morale est impossible, car contrairement à ce que Jean-Jacques Rousseau affirme" L'homme naît naturellement bon, la société le déprave", l'homme ne naît pas bon, et il est vrai que la société telle qu'elle est ne concourt pas à son amélioration.

La morale chrétienne tente de le faire, c'est ce qui explique des affirmations décalées et des formulations hors du temps.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 15:12

 

 

                                                 Citation d'Erasme

                   " Je ne fais de concession à personne"

 

Cela peut servir de profession de foi pour tous les Résistants quand il s'agit de l'honneur et de la liberté.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 14:51

                                             

                                   Un héros honoré à Malesherbes

C'est avec émotion que j'ai lu ce matin dans le journal local le récit de la cérémonie de baptême, le 4 Avril, de la Coulée Verte, du nom de Robert Berthelot qui a participé à la Résistance en temps que réfractaire au STO ce qui lui a valu d'être déporté dans le camp de Buchenwald Dora.

Après la Résistance intérieure, j'ai eu l'honneur de commander une section du

Régiment de Bourgogne, issue des maquis dans lesquels j'avais combattu, nous sommes partis à 28 et à la suite des combats nous sommes revenus à 8 et ce moment de recueillement m'amène à avoir une pensée aussi pour mes compagnons avec qui, en entrant en Allemagne, j'ai vu les camps de la mort.

C'était une horreur.

Robert Berthelot mérite bien l'hommage qui lui est rendu

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 21:56

 

Cette appellation, devenue un terme générique trop général, sert à désigner des personnages si différents, elle attise tant de haines non fondées, elle brouille tellement les choses, elle fausse tellement la vision que l'on a de certaines catégories sociales qu'il est indispensable de les différencier dans le langage courant.

On appelle PATRON un artisan qui emploie deux compagnons, qui travaille avec eux, qui a acheté son atelier et son outillage avec ses économies et qui gagne avec des risques financiers personnels deux ou trois fois le SMIC seulement. Il mérite le titre.

On appelle patron un ancien élève de l'ENA, devenu fonctionnaire, inspecteur des finances qui par ses relations politiques a été placé à la direction d'une entreprise nationale ou du moins importante, sans avoir engagé ses économies personnelles, sans aucun risque financier, avec au contraire un parachute doré et des stocks options .Il ne parcourt les lieux de travail qu'une fois par an entouré d'une escouade de cadres au pas de charge  pour montrer qu'il existe et s'il estime qu'il en a le temps. Or son titre doit être MANAGER ou ADMNISTRATEUR mais en aucun cas ce n'est un patron, c'est généralement un transfuge de l'administration, et il  bénéficie toujours d'un salaire mirobolant dans l'entreprise parfois en difficultés sans risquer aucune sanction financière, au contraire.

On appelle patron avec justesse un entrepreneur, qui connaît le personnel individuellement, qui a engagé tous ses biens  dans son entreprise, qui parfois est obligé pour la faire tourner d'engager tous ses avoirs personnels en garantie d'emprunts, qui risque sa ruine totale si la crise intervient, qui gagne 10 fois le SMIC. Il mérite le respect et le titre de patron.

Mais tous ceux qui détiennent le pouvoir par délégation financière ou nomination d'état, sont des managers, des administrateurs, des gérants, ce que vous voudrez mais ce ne sont pas des patrons.

Or les syndicats englobent ce terme générique pour toutes les catégories sur un ton réprobateur,  (pour user d'un euphémisme), alors que les artisans par exemple, n'ont aucune influence sur la situation globale de l'économie et sont mis dans le même sac.

Il est urgent d'affiner notre vocabulaire.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens