Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 09:33

 

 

 

                                                      

                                              Comportements ésotériques

                                                      Est-ce de l'humour ?

 

 

J'ai rencontré une seule fois, il y a longtemps, un ancien élu. Pour des motivations qui sont les siennes il m'a voué une haine maladive dont je n'ai pas vraiment compris les motivations profondes, mais ça l'a vraiment rendu enragé, la preuve en est qu'elle perdure depuis des années et des années et s'est prolongée par des problèmes dans mes activités civiles, sans avoir d'objet décelable, sauf celui de nuire.

Je ne suis pas le seul, ni le premier, mais je suis celui contre lequel il s'est le plus activé dans une obscurité opaque, et toujours en retrait, plaçant devant lui des petits collabobos qui, par ailleurs n'ont, pour certains  rien compris, et ne comprendront jamais.

Ses relations sont si puissantes qu'un recours politique n'est pas envisageable et qu'un recours judiciaire ne peut pas aboutir localement mais seulement en Conseil d'Etat ou en Cour de Cassation.

Elles sont si puissantes qu'elles sont capables, comme je l'ai démontré dans des articles précédents d'escamoter des graves affaires judiciaires ou administratives sans en laisser de traces.

Cela mériterait une enquête mais vous avez bien compris qu'elle est impossible à déclencher, et si vous ne l'avez pas compris je suis en mesure de vous le certifier.

Ce genre de personnage existe aussi ailleurs, et sévit ailleurs, mais où il sévit nous ne sommes plus en République ou en Démocratie ni même en état de droit.

L'opacité et le secret des intrigues sont telles que le peuple ne les soupçonne pas et ne comprend pas qu'on se défende contre des manœuvres que le peuple ne peut pas connaître et qui, pour lui, n'existent pas. Mais j'ai suffisamment de preuves, et chacun a pu lire dans les journaux le récit de manigances politiques beaucoup plus graves, encore plus camouflées, (par exemple l'affaire Boulin) et encore plus incroyables mais pourtant cela existe. La seule riposte possible est de les dénoncer, elle n'est pas sans risques mais j'en ai affronté d'autres !

Alors, donner du pouvoir officiel ou occulte à de tels personnages est un danger et pas seulement pour la démocratie. Ils ne méritent que le mépris.

Au moment de publier cet article je me demande où le classer : politique, psychanalyse, faits divers, finalement je le classe dans l'humour.

 

                                                                 Signé: Robin Desbois

                                                               Le dernier des résistants

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 16:22

 

 

Compte rendu du Conseil Municipal Mars 09

 

On vient de me transmettre une page du Compte Rendu du Conseil Municipal au cours duquel Monsieur le Maire a fait un commentaire de ma lettre du 11.02.09.

Je suis indigné car mes propos sont totalement tronqués et modifiés de telle sorte qu'il me fait dire des choses que je n'ai jamais eu l'intention d'exprimer.

Ce procédé est bien connu et très employé par ceux qui pratiquent une politique discutable, et qui ne respectent pas les personnes.

Je demande à Monsieur le Maire de supprimer ses commentaires du Compte Rendu et pour qu'il n' y ait aucune interprétation tendancieuse de publier intégralement ma lettre. C'est dans ce cas le seul procédé honnête pour corriger ce que je veux bien penser être une erreur involontaire.

 

Document remis en Mairie le 13 03 09 à l'intention de Monsieur le Maire

 

                                         André Fréquelin

Partager cet article
Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 14:33

 

 

Les boulangeries sont les principales animations du centre ville et nous souhaitons la bienvenue et  un bon séjour au nouveau Boulanger qui vient d'allumer son four.

Son métier est un beau métier, particulièrement symbolique, on dit: bon comme du  bon pain, retirer le pain de la bouche, le pain a servi de symbole à la cène etc.

Mais il a des contraintes, le fournil travaille la nuit et le magasin doit être ouvert le jour à des heures dérangeantes comme par exemple les heures des repas, particulièrement à Malesherbes où les heures de sorties des usines se situent souvent entre midi et trois heures.

Mais les Boulangers et aussi leurs épouses sont des personnes courageuses et conscientes de leurs responsabilités et ne reculent jamais devant la tâche imposée par un si noble métier.

Bienvenue au Boulanger et à son épouse.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 07:52

 

 

On peut améliorer le pouvoir d'achat des salariés par une mesure pérenne. 

Depuis plusieurs années je défends cette idée, mais elle est dérangeante pour nos services administratifs qui n'aiment pas les changements et pour nos politiques qui souffrent toujours quand on leur parle de réformes.

De leur côté, les économistes, dont certains ont compris le mécanisme nouveau proposé préfèrent les prélèvements directs aux prélèvements indolores, et parfois même les prélèvements à la source que je considère comme un frein délétère.

Je vais m'adresser à vous si possible en français usuel, en évitant le jargon des économistes.

Sachons d'abord que :

1- L'unique producteur des richesses est le travail.

 Les matières premières elles- mêmes ne valent rien là où elles se trouvent. Le travail les détecte, les extrait, les achemine, les raffine et après seulement elles sont devenues un produit qui a de la valeur .

2- Le principal alimenteur du pouvoir d'achat est le salaire.

Il est généralement dépensé en totalité ou presque et ce qui est épargné éventuellement retourne à l'économie par la voie du livret de la Caisse d'épargne.

3- Travail et salaires sont bien les deux mamelles de l'économie.

         Retirez l'un des deux et vous n'avez plus rien

4-  L'argent n'est qu'un symbole.

         Ce symbole a remplacé le troc pour simplifier les échanges et activer l’économie.

5-  Le commerce distribue les produits contre de l'argent.

C'est donc à ce moment là seulement que le produit est devenu une valeur transformée en symbole représentatif qui est la valeur  symbolisée en temps que telle

6-  Le financier n'est qu'un faciliteur des échanges

 Qui prend sa dîme au passage mais ne concourt pas à la création de la richesse

7-  L'état qui est le législateur et le contrôleur de l'ensemble des activités

 opère ses prélèvements à tous les stades cités précédemment.

                                                Discussion

Si vous considérez les 7 points précédents vous constatez immédiatement que si l'état opère ses prélèvements financiers sur le point N° 1

 a/ il affaiblit dès l'origine la chaîne de production des richesses en lui retirant une partie de ses moyens de financements.(et pourtant on ne mange pas son blé en herbes)

b/ il réduit le pouvoir d'achat des salariés avant que le salaire soit perçu

c/ il applique le prélèvement sur une assiette réduite ce qui augmente le taux

d/ il augmente dès la source le prix de revient du produit, donc le prix de vente.

                                                  Conclusion

Si nous poursuivons le raisonnement nous aboutissons tout à fait logiquement à la conclusion que les taxes doivent  être prélevées tout au bout de la chaîne de production de la richesse quand la richesse est réellement constituée, c'est-à-dire au stade 5 non pas sur les salaires mais sur la valeur marchande finale.

Il s'ensuivrait que l'assiette de la taxe étant beaucoup plus large que la masse salariale, le taux appliqué serait nettement inférieur. Prenons l'hypothèse de 5 fois, le prélèvement direct de 20% prélevé sur la feuille de paie du salarié serait remplacé par une taxe sur certains de ses achats de 4%.L'augmentation du pouvoir d'achat du salarié serait dans ce cas d'un montant immédiat d'au moins 16% et serait définitivement acquise. Le prélèvement indirect des 40 % devrait suivre sa suppression entrainerait la diminition des prix de revient et l'impact de la taxe sur le chiffre d'affaire etant moins pénalisant les prix de vente dimineraient. 

Cette réforme aurait d'autres avantages bénéfiques: la fluidité de la trésorerie des entreprises, la diminution du coût des stocks etc.

Si nos responsables politiques sont effrayés par cette nouvelle philosophie fiscale ils pourraient, dans un premier temps, plafonner les salaires intéressés à 2000 ou 2500 euros par mois et diminuer d'autant la taxe compensatoire. Au plan des principes il faut conserver à l'esprit que les services de santé et les services sociaux ne sont pas au bénéfice exclusif des salariés mais de toute la population. 

Un jour peut-être serais-je lu (avant d'être peut-être contredit ou approuvé) par quelques personnalités qualifiées à l'esprit ouvert qui auront la possibilité de faire effectuer en toute impartialité une simulation expérimentale.   

Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:27

 

 

 

                                             REFLEXIONS

 

                                        
Avant d'exercer le pouvoir, il faut le conquérir.

Il est rarement attribué à un homme exceptionnel parce qu'il s'impose par ses mérites, son aura, comme l'homme capable de mener la nation vers un noble destin historique. Au siècle dernier nous n'en avons connu qu'un seul : Le Général de Gaulle.

Et il n'a finalement été récompensé que par l'ingratitude.

Si la conquête du pouvoir ne passe pas généralement par les mérites, il ne peut être que le résultat de la coalition des médiocres, qui ne peuvent utiliser que des moyens astucieux de médiocres qui évoluent dans la médiocrité vers l'inefficacité.

Au niveau d'une nation, le volume de la matière à analyser est gigantesque et le bouillonnement de l'évolution si rapide que l'analyse n'est possible qu'à l'échelle du siècle.

Dans les tropismes réduits les protagonistes sont moins nombreux, identifiables, les ficelles plus grosses, donc plus visibles, les écheveaux plus facilement démêlables et les motivations identifiées.

Mais quand le pouvoir est conquis, qu'en fait-on ?

Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 15:43

 

 

                                                     ou

                                      La liberté conditionnée

 

Un Gitan est un homme. C'est même un Chrétien. Il se rend en pèlerinage aux Saintes Marie de la mer chaque année. Il a des enfants souvent nombreux et il éprouve pour eux  un amour à nul autre pareil.

Il doit être respecté comme un homme et il a droit à la charité chrétienne.

Son amour inconditionnel et immodéré pour la liberté lui a forgé une civilisation particulière si différente de la nôtre qu'elle dérange nos habitudes, les miennes comme les vôtres, mais c'est à nous d'être tolérants.

Son errance est la recherche permanente des grands espaces qui sont le symbole de la liberté et la rupture des entraves.

C'est une civilisation qui voyage à travers une autre civilisation sans jamais se laisser absorber, et qui poursuit sa quête de la liberté inlassablement mais avec la finalité fondée de ne jamais l'atteindre.

Le Gitan s'étourdit et se perd dans sa musique tour à tour nostalgique et rythmée, il aspire goulûment l'air qui est à lui, qui lui tanne le visage, son air, l'air de la liberté.

 Il est, et sera toujours le réprouvé fier et sauvage, mais libre, dans la civilisation de l'interdit

Partager cet article
Repost0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 15:48

 

 

J'ai lu sur la République de Centre du 28 Février un article intitulé"L'imprimerie Maury fait face à la crise"

Le journaliste écrit " cette imprimerie est un poumon d'oxygène économique de la région"

Monsieur Jean Paul MAURY est un homme remarquable, conscient des ses devoirs, et il saura prendre les meilleures décisions pour son entreprise, mais la situation est telle sur le plan général que cela ne peut pas être sans conséquences.

Malesherbes a été qualifiée la" Cité du Livre", c'est très flatteur, mais cela signifie qu'il s'agit presque d'une mono industrie.

C'est évidemment une énorme imprudence de la part de nos édiles qui n'ont pas su (après une croissance économique rapide au cours des années 60 et 70) diversifier raisonnablement le bassin d'emploi ou n'y ont peut être pas pensé. Il est vrai qu'ils n'y ont pas été aidés par les autorités politiques locales.

Il faut aider les industries existantes pour leur survie et il faut aussi, en dépit des difficultés, et surtout en raison des difficultés, déployer tous les efforts possibles pour diversifier le bassin d'emploi.

J'ai suggéré, il y a quelque temps déjà, à Monsieur le Maire, de nommer à plein temps, un Maire Adjoint, particulièrement dynamique, qualifié, au fait des problèmes économiques et industriels qui consacre toute son activité au bassin d'emploi.

Nous devons abandonner l'apathie lalente et endémique et se consacrer corps et âme, en dépit des oppositions locales, avec imagination, intelligence et dynamisme à la recherche de solutions et surtout travailler, car comme le disait le laboureur à ses enfants" c'est le fond qui manque le moins".

Partager cet article
Repost0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 14:08

 

ou

La Science Poétique

ou

La Poésie Utopique

 

Il y a de part et d'autre de l'équateur des territoires ensoleillés en permanence.

Dans certains de ces territoires ou à proximité il y a aussi beaucoup d'eau.

Si par l'électricité on décompose l'eau on obtient de l'oxygène et de l'hydrogène.

Si dans un four solaire la chaleur produite est transformée en électricité.

Si cette électricité est employée pour décomposer l'eau en oxygène et hydrogène.

Si cet hydrogène est utilisé pour animer un moteur à explosion installé sur un véhicule, la synthèse produit dans le tuyau d'échappement de l'eau qui retourne dans la nature.

La boucle est bouclée car on a recomposé l'eau et restitué la chaleur avec des moyens gratuits.

Le cycle peut recommencer !

Subitement je réalise que je ne suis pas un savant, pas même un poète, seulement un rêveur.

Partager cet article
Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 12:21

 

 (Cet article est à l'intention exclusive de mes lecteurs Malesherbois

 

                                 L'OBSTINATION TÊTUE

 J'ai reçu le 16 Février une réponse de Monsieur le Maire.

En raison de problèmes techniques je n'ai pas trouvé le processus pour scanner correctement un document sur mon blog, il m'est donc impossible d'en faire la critique point par point

Mais elle est toujours (cette lettre) en contradiction avec l'esprit de l'arrêt du Conseil d'Etat en ma faveur.

 Je le démontrerai ultérieurement.

Elle conforte la position d'un coupable et tend à argumenter contre une victime. C'est une position purement politique très partiale.

J'y reviendrai plus tard dans le détail.

Mais j'aurais aimé que le" non obstiné" de Monsieur VITTORIO CROCE, mon ami de trente ans, soit motivé et qu'il explique publiquement en détail quelle est la faute impardonnable et pourquoi pas criminelle que j'aurais commise qui justifie mon exclusion par ses soins du sport à Malesherbes pendant 20 ans?

Monsieur VITTORIO CROCE, mon ami de trente ans, n'a aucune obligation personnelle d'avoir la moindre considération pour un instructeur militaire de tir, officier supérieur de l'Armée Française, Chevalier de l'Ordre National du Mérite ( je présente mes excuses pour citer ces titres mais si je le fais pas moi-même personne ne le fera) qui lui a amicalement transféré la présidence de la Société de tir qu'il avait créée avec ses propres deniers, mais il doit pour le moins justifier une décision aussi lourde de conséquences morales et matérielles.

Je comptais sur Monsieur le Maire pour rétablir l'honneur trahi d'un citoyen qui, par nature, y attache beaucoup d'importance et n'aura jamais la lâcheté de plier le genou.

Mais je lui conserve mon amicale considération, car dans les affaires d'honneur (pour ceux qui connaissent le sens de ce mot et y attachent de l'importance) il n'est jamais trop tard pour agir.

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 10:57

Malesherbes- Humour

 

 

Les Français ont le goût de caractériser les tendances historiques par des vocables imagés;

Il y a eu les Sans Culottes, les Collabos, les Bobos etc…

Les Collabos datent des années 40. C'étaient des admirateurs de l'armée d'occupation et ils détestaient ceux qui s'y opposaient, les résistants, au point de les dénoncer avec pour conséquence de les faire fusiller.

Les Bobos sont apparus dans les années 80-90. C'étaient généralement des petits bourgeois aisés et snobs, des béotiens béats, qui n'étaient pas dangereux.

Ces deux catégories très différentes, ont, par croisements intellectuels, donné naissance à une race hybride qu'on peut nommer les Collabobos.

Ici, on les trouve surtout dans une petite fraction du personnel de droite ou la synthèse des gènes de leurs géniteurs a creusé des rides, figé un rictus mental et contaminé la libido.

C'est pourquoi ils pratiquent l'apartheid envers ceux qu'ils désignent eux-mêmes comme des ennemis catégoriels.

Je ne sais pas si ça se soigne, mais j'en doute.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens