Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 22:16

                                                            

 Ce qui a produit la crise est le nombre et le gonflement des bulles spéculatives. Quand les remèdes classiques auront  déclanché une amélioration de la situation il faudra inventer une solution pour éviter la rechute.

Il faudra inventer un remède préventif.

Faute d'un antibiotique fabriquons un antibullique! J'en ai trouvé un !

Chaque seconde, sur le web financier, chaque minute, des millions de ventes et d'achats se réalisent, et souvent un achat se transforme en vente dans la minute qui suit qui se transforme en achat qui se transforme en vente…et ainsi de suite…et voila comment se forme une bulle…avec des capitaux en forme d'ectoplasmes.

Alors décrétons qu'un titre cotable ne pourra pas être remis sur le marché avant un délai de possession par exemple de trois mois. Cette mesure écarterait les capitaux virtuels purement spéculatifs et assainirait l'ensemble du marché.

Les traders fous seraient freinés et les investisseurs de fumées seraient écartés.

D'autres mesures peuvent être mises en œuvre mais celle-ci serait la plus efficace à long terme.

                                                            

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 21:33

                                                     
 Les faits les plus graves n'interdisent pas l'humour qui permet parfois de résoudre des problèmes d'une extrême gravité dans un climat apaisé, car il donne le temps à ceux qui sont dans l'erreur et dont l'attitude éventuellement délictueuse perpétue la continuité de conséquences graves, de faire une analyse et de retrouver la raison. Cela me permet en outre de remettre à leur vraie place des personnages qui le méritent en m'amusant prodigieusement.

Ma lettre du 2 Avril posait le problème et donnait le temps de retrouver le bon sens.

Comme il s'agit d'une affaire Malesherbo-Malesherboise elle maintenait l'affaire entre nos murs et permettait de cheminer vers un apaisement d'une passion malveillante excitée par des agitateurs irresponsables.

Si dans un premier temps j'ai confié cette affaire au Maire c'est pour qu'elle ne sorte pas de nos murs, et que la mauvaise politique mise en œuvre dans le passé reste entre nous en étant certain que le nouveau Maire qui a toujours bénéficié de mon estime d'honnête homme rétablirait le droit particulièrement en ce qui concerne le principe d'égalité, fondateur de la République, qui a été rappelé par l'arrêt du Conseil d'état en ma faveur.

Je rappelle qu'il doit être appliqué dans son esprit et dans sa lettre, qu'il n'y a pas lieu de le discuter, qu'il n'y a pas lieu de chercher avec les coupables des atténuations ou des aménagements, les faits constitutifs étant abolis  les coupables se soumettent ou se démettent.

Il parait que le président et le bureau de l'association en cause ne sont pas d'accord avec les conséquences du jugement Je voudrais savoir de quel droit et par quel pouvoir exorbitant ces personnes peuvent avoir cette attitude condamnable en cherchant à contourner un arrêt de la plus haute cour française non susceptible d'appel. S'ils persistent dans ce sens ils n'ont aucune autre voie que la démission et éventuellement une condamnation. Une autre association qui est enregistrée dans le Loiret est apte à reprendre la gestion. Je rappelle que la Société de Tir a ses statuts déposés dans la Seine et Marne, alors que l'Ecole de Tir de Compétition a ses statuts déposés dans le Loiret.

Le Maire m'a confié que cette affaire prenait du retard parce que la copie du jugement qui a été signifiée en son temps à la Mairie n'a pas été retrouvée. Il est curieux et inquiétant q'un document aussi important qu'un Arrêt du Conseil d'état puisse être perdu dans la Mairie. Il est tout aussi inquiétant qu'une copie qu'on peut recevoir dans les 24 heures n'ait pas été demandée à la Chancellerie et que cette absence de document occasionne un retard de six mois.

Si pour le moment je prends les choses avec humour, c'est parce qu'elle est un tantinet clochemerlique et qu'il est préférable qu'elle reste entre nous. Mais cela ne saurait durer éternellement quels que soient les soutiens confidentiels dont bénéficient quelques personnages malintentionnés.

                                                             André Fréquelin

                                                       malesherbes-union.com

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 15:07

                                        L'éclatement des bulles

 

Il y a 10ans déjà j'ai publié dans la presse locale (Le Courrier du Loiret) des articles (par exemple: de Charybde en Scylla, que j'ai transféré sur mon blog) dans lesquels je démontrais qu'ayant échappé à la domination d'une internationale marxiste nous avions devant nous le danger d'une internationale capitaliste tout aussi dangereuse pour l'avenir du monde, qu'il faudrait contrôler.

La preuve en est faite mais nos politiciens n'ont rien vu venir ou rien voulu voir venir ou rien vouloir nous dire.

Plus récemment, j'ai publié sur mon blog le 12 Février 2008 (il y a 8 mois) l'article "Ils font des Bulles" et parce qu' il entre dans la logique de mon propos, le voici:

                                             ______________________

 

                                                   Ils font des bulles…

 

De Paris à New York, de Tokyo à Berlin, de Londres à Hong Kong, dans le vaste réseau du Web financier, toutes les secondes des millions de dollars, de yens, d’euros s’échangent dans des bulles qui se gonflent, se dégonflent en s’investissant et se désinvestissant dans des valeurs virtuelles spéculatives qui sont en réalité détachées des investissements productifs qui créent des valeurs concrètes issues du travail. Ces valeurs financières fictives provenant de capitaux en forme d’ectoplasmes en gonflant et en se dégonflant créent des fortunes fugaces qui se trouvent gommées quand intervient un arbitrage imprévu ou génèrent des profits sans objet.

Il s’agit d’une activité qui évolue dans l’irréel, un jeu permanent dans un casino mondial.

Quand une énorme bulle se dégonfle par accident c’est toute la planète qui en pâtit.

Il y a plus de quinze ans j’ai publié dans le Courrier du Loiret un article intitulé de CHARYBDE en SCYLLA qui dénonçait l’arrivée du phénomène en constatant que nous avions échappé au danger d’une internationale communiste mais que nous risquions le danger d’une internationale capitaliste. Nous y sommes.

Qui nous en guérira, et comment ? Peut-on imaginer une réglementation stricte et respectée ?

Peut-on mettre hors jeu les capitaux virtuels qui créent de la monnaie fugace ?

Nous risquons d’entrer dans un cycle de paupérisation à l’échelle mondiale masquée par une montée illusoire et artificielle des pays émergents.

Nous sommes en permanence sous la menace de traders fous et astucieux qui sont  les simples exécutants d’organismes qui se dégagent de leurs responsabilités sur des fusibles qui sont autant de boucs émissaires.

                                       _____________________________________

                                                            

 Le libéralisme ne doit plus être  la liberté du n'importe quoi, par n'importe qui, pour n'importe qui! La BOURSE ne doit plus être un casino!

Le libéralisme oui, mais un libéralisme strictement codifié, surveillé, à tous les échelons, même les moins élevés,  puisque un simple exécutant peut engager des milliards sur les places financières sans contrôle sérieux et en estimant être dans son bon droit! Le système à établir ne doit pas confondre le capital industriel, outil de travail qui fait tourner les usines et paye les salaires, avec les capitaux financiers prédateurs et incontrôlés qui sont responsables des crises.

Les premiers doivent être soutenus et les seconds strictement contrôlés et leur pouvoir d'immixtion limité.

Leurs bulles et leurs inconséquences ont beaucoup d'effets néfastes: entre autres ils favorisent une subversion qui renforce Al Kaïda, ralentissent le progrès social, et plongent le monde dans une insécurité grave.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 07:17

Témoignage

 

 

 En 1940 la France  a perdu une grande bataille. La déroute a eu pour conséquence l’occupation de son territoire par une armée orgueilleuse, dominatrice, méprisante qui a implanté des Kommandanturs et qui a imposé sa loi avec le concours d’une police politique, la Gestapo, présente partout, une Propaganda Stafel qui conditionnait les esprits. Cette armée maintenait un ordre apparent par la terreur, les tortures, les déportations de patriotes, les exécutions sommaires qui étaient portées à la connaissance de la population par voie d’affiches. En raison d’un million de prisonniers de guerre détenus en Allemagne,  presque un pour quatre foyers, en 1940 le Maréchal Pétain fut pendant un temps court considéré par les Français  comme la personne qui, sur place, serait capable de sauvegarder ce qui pouvait l’être tandis que,  dans le même temps, le Général De GAULLE apportait de loin un espoir positif pour la libération .

Mais Vichy et sa déviance collaborationniste ne furent jamais la France.

Sa légitimité ne fut jamais considérée par les Français comme acquise seul lui fut prêté un rôle d’amortisseur plus ou moins efficace et plus ou moins fiable entre la cruauté du pouvoir d’occupation et eux mêmes pendant un premier temps pour être complètement réprouvé par la suite.

La Collaboration ne fut exercée que par un petit nombre de politiciens ambitieux et sans scrupule, de fonctionnaires zélés, d'affairistes mangeant à tous les râteliers, et de quelques journalistes dévoyés.

La grande majorité des Français l’a subie et s’en est insurgée.

La France c’était ces millions de Français qui écoutaient la radio de Londres, qui savaient que «Radio Paris ment »  et subissaient une occupation contre laquelle ils étaient désarmés. La France c’étaient les réfractaires au STO, ceux qui les aidaient, les cachaient, rassemblaient des armes, fabriquaient des faux papiers, évitaient le contact avec les autorités , ne déféraient pas aux convocations de la gendarmerie et fuyaient les recherches. La grande majorité des Français, donc la France, attendait en essayant d’être utile, une libération qui ne pouvait s’amorcer que de l’extérieur.

Dès que cela fut possible les maquis se sont formés, les sabotages ont commencé, les renseignements ont circulé, et les conditions de la libération organisées.

C’était cela la France profonde et je n’admets pas qu’une tendance révisionniste jette le trouble dans les esprits en confondant la France qui n’a jamais accepté un sort contraire avec une poignée de politiciens tarés et de fonctionnaires trop zélés.

André Fréquelin

Sergent au maquis Liberté

Lieutenant Colonel de réserve

Chevalier de l ’ Ordre National du Mérite    

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 10:00

J'ai demandé à mes lecteurs de me faire part de leurs avis et de leurs analyses sur les sujets que je traite sur mon blog. Pour l'anecdote humoristique je dois vous dire que j'ai eu un premier avis oral de la part de mon épouse qui m'a dit "Je trouve que tu parles trop de tes propres affaires et de tes expériences et que tu dois choisir plus souvent tes sujets ailleurs"

J'ai reconnu qu'elle a en partie raison, bien que j'intercale en principe les matières. Mais la raison pour moi évidente est que ce sont les sujets que je connais le mieux et dont je suis sûr de la véracité. Je tente de leur donner un sens universel afin d'en tirer une morale expérimentale qui est destinée à informer mes lecteurs des dangers dans l'organisation de notre société et de quoi ils doivent se méfier.

Il n'y a donc aucun narcissisme dans ma démarche.

Un de nos grands philosophes a écrit "Chacun porte en soi la forme entière de l'humaine condition"

L'introspection est donc enrichissante mais ne doit pas être la seule source d'inspiration car elle resterait dans l'errance d'un romantisme désuet.

.J'ai pris bonne note de sa remarque

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 12:12

 

 Le Pouvoir  se décompose et éventuellement se conjugue : les pouvoirs politiques nationaux, les pouvoirs politiques locaux, les pouvoirs judiciaires, les pouvoirs administratifs, les pouvoirs confidentiels, les pouvoirs confessionnels, les pouvoirs occultes, les pouvoirs d'argent, le pouvoir des copains, les pouvoirs hiérarchiques, les médias, l'ascendant et la séduction oratoire, les pouvoirs industriels, les ententes et tous les autres…

Le pouvoir totalitaire c'est le rassemblement de tous  ou de quelques uns de ces pouvoirs dans les mains d'un seul  ou d'un petit groupe.

La démocratie c'est en priorité la séparation des pouvoirs.

Elle est écrite dans les textes constitutionnels.

Mais quand deux pouvoirs se conjuguent par des influences ou des ententes comment peut-on le savoir?

Au plan national c'est peut-être possible parfois en raison des organismes de contrôle tels que la Chambre des comptes ou le Conseil Constitutionnel et quelques autres mais il y a des échappatoires tels que par exemple le secret défense, mais ce n'est pas le seul.

Au plan régional ou départemental il n'y a rien de tel (à ma connaissance).

Je vais prendre un exemple théorique qui ne peut pas exister parce que nous sommes une vraie démocratie qui a inventé les droits de l'homme:

Si un pouvoir politique ou confidentiel local interfère sur un pouvoir judiciaire ou administratif local qui peut  le contrôler  et qui le condamnera et rectifiera ? Et qui le saura ?

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 18:18

De la discussion jaillit la lumière.

Les idées qu'on médite dans la solitude de son bureau, qu'on élabore sans interlocuteur, et qu'on reporte sur son ordinateur, combien même serait- elles sensées, ne se sont pas affinées par le contact avec d'autres esprits tout aussi sensés mais qui n'ont pas le même angle de vue.

C'est pour quoi je serais heureux, par la voie du bouton "commentaires" de recevoir votre point de vue sur mes propos. Je demande que les textes ne soient pas anonymes, mais le nom des auteurs n'apparaîtra pas s'ils le désirent.

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 10:44

                                    

J'ai écrit il y a quelque temps déjà des articles dont voici des extraits des plus récents:

Ils font des bulles. De Paris à New York, de Tokyo à Berlin, de Londres à Hong Kong, Dans le vaste réseau du Web financier, toutes les secondes des millions de dollars, de yens, d'euros s'échangent dans des bulles qui se gonflent, se dégonflent en s'investissant et se désinvestissant dans des valeurs virtuelles spéculatives qui sont en réalité détachées des investissements productifs qui créent des valeurs concrètes issues du travail. Ces valeurs financières fictives provenant de capitaux en forme d'ectoplasmes en gonflant et en se dégonflant créent des fortunes fugaces qui se trouvent gommées quand intervient un arbitrage imprévu ou génèrent des profits sans objet.

Stopper le déclin et relancer. Il faut réduire les frais de fonctionnement de l'état…Il faut détaxer les salaires….Il faut détaxer les salaires pour augmenter le pouvoir d'achat et retrouver le financement sur les valeurs réellement produites….Il faut taxer les importations du montant des charges sociales et en exonérer les exportations….Dans le cas contraire il est à craindre que la France devienne un pays à vocation uniquement touristique…etc.

Le Pétrole, casus belli? Il y a des capitaux internationaux sans foi ni loi qui spéculent avec la complicité de certains états par le déplacement de masses financières énormes etc.…

Nouvelle arme stratégique. Voici donc le pétrole qui était déjà un moyen financier capable de désorganiser le monde devenu une arme de guerre…D'autres spécialistes insistent sur la bulle pétrolière qui se forme sur les marchés financiers…

De Charybde en Scylla.

(Article écrit il y a plus de 10 Ans et paru dans le Courrier du Loiret)

                                            

 L’élection triomphale en Grande Bretagne de Tony BLAIR suscite quelques réflexions. Serait-ce l’apparition d’un socialisme éclairé, d’un libéralisme social ou plus simplement une poussée de l’humanisme ?

 

     Les démocraties modernes naviguent dans le chenal qui sépare CHARYBDE et SCYLLA, entre l’internationale communiste totalitaire et l’internationale capitaliste sauvage.

 

     Nous nous sommes éloignés de CHARYBDE mais les courants nous entraînent sur SCYLLA qui a déjà causé quelques dommages. Parmi ceux ci il est possible de citer l’extension de la paupérisation, la montée du chômage dans les nations organisées, l’exploitation des peuples sous évolués, le gaspillage des ressources naturelles, le détournement des souverainetés, une concentration polarisée des richesses, l’explosion de la violence sur le modèle américain et une généralisation de la corruption des décideurs. Cette liste n’est pas exhaustive.

 

     Le triomphe de Mr BLAIR est une réaction contre ces conséquences.

 

     Y a t il une morale à en tirer pour nous mêmes ? Certainement. Mais je doute que cela soit possible en raison des sectarismes qui figent les positions, du déterminisme des consciences par la manipulation de l’information, de la puissance des intérêts occultes et de la permanence des féodalités.

 

La crise était donc prévisible

Oui! Mes articles le prouvent.

Le seul homme prévoyant et capable, pourtant combattu par des béotiens,( ce qui est habituel), et qui a néanmoins tenu bon, c'est Monsieur Trichet, qui a tout fait pour que l'euro demeure une valeur forte envers et contre tous. Les hommes de valeur sont toujours combattus par les imbéciles ou les rapaces.

Les capitaux libres du moyen orient ont joué contre le dollar pour affaiblir la domination américaine et déstabiliser le monde occidental.

Nous assistons aux prémisses d'une guerre économique non déclarée dont les conséquences sont imprévisibles et dont le développement sera difficilement stoppé. Cette guerre économique s'inscrit en outre dans un contexte de guerre subversive l'une alimentant l'autre.

Comment en sortir?

Je développerai une stratégie possible dans une étude ultérieure. Mais dès maintenant il faut choisir clairement son camp, éviter des contradictions politiques suicidaires pour que notre capacité de réagir ne soit pas abolie. En un mot, il faut l'union pour assurer le salut public et l'ordre international.

 

.

 

  Article publié dans le Courrier du Loiret  le 9 Octobre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 09:49

                                                          

                                       

 

En 1940, j'avais 18 ans.

J'avais été élevé dans le respect des valeurs républicaines et patriotiques par un père qui avait fait la guerre mondiale de 14/18, et qui avait connu les tranchées. Le catéchisme m'avait été enseigné par l'abbé de Broissia qui était un saint homme d'une valeur extraordinaire, et j'avais bénéficié a l'école primaire de l'enseignement d'un maître, Monsieur Noirot, tout aussi extraordinaire, laïque et patriote qui a amené à la réussite une classe de 35 élèves, qui à dix ans,  possédaient parfaitement toutes les connaissances de base.

Grâce à mes mentors, j'avais une certaine idée de la France.

Cette éducation, et mon tempérament, ont fait que j'ai réalisé mon premier acte de résistance dès 1940 par la constitution d'un dépôt d'armes qui a eu son utilité par la suite. Je n'ai pas l'intention de vous raconter aujourd'hui mes campagnes dans la Résistance et dans la Première Armée qui ont duré sept ans, mais de vous parler du climat pendant l'occupation.

Vous avez tous lu des récits concernant cette époque.

Vous savez que les résistants, clandestins par définition, circulaient avec des faux papiers, que souvent, comme moi, ils s'étaient confectionnés eux-mêmes. Avec ces papiers il nous était possible de circuler et de tromper les contrôles des patrouilles allemandes généralement superficiels. Ces papiers n'auraient pas résisté à des contrôles plus sérieux.

Il y avait un autre danger plus grave qui était la possibilité d'être dénoncé par ceux qu'on appelait les "collabos'.

Le nombre des résistants ne dépassait pas 1% de la population alors que les collabos étaient trente fois plus nombreux. Ils n'hésitaient pas à dénoncer les résistants à la police allemande et à les arrêter eux-mêmes quand ils étaient miliciens avec les conséquences que l'on connaît.

Il était donc impossible de côtoyer ou de traverser des milieux collabos sans ressentir un sentiment de malaise et d'insécurité.

Toute proportion gardée, il existe des milieux qui prétendent bizarrement se référer du Général de Gaulle, qu'un résistant qui a conservé ses valeurs ne peut pas traverser sans ressentir une sensation de même nature qui se traduit par un malaise malsain. Pourquoi?

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 08:48

 

 Ces trois mots sont les principes fondateurs de notre République.

Pour ces principes des Français se sont battus, ont donné leur vie.

C'est par leur volonté que ces principes sont reconnus dans les Droits de l'Homme.

Quand un de ces trois principes est bafoué, la République est malade et les droits de l'homme souffrent. Ces principes sont rarement bafoués au plan national parce que les décisions du gouvernement sont passées au crible par des organismes démocratiques souverains tels que le Conseil Constitutionnel ou le Conseil d'état.

Il n'en est pas de même dans les organismes décisionnaires  des échelons inférieurs et les Tribunaux Administratifs ont parfois des difficultés pour intégrer le principe d'égalité au plan Départemental et au plan Communal. Mais si leur jugement est entaché d'erreur il peut être cassé par le Conseil d'Etat.

Certains Maires pensent qu'un vote les affranchit des principes énoncés, mais dans ce cas leurs décisions sont condamnables et sont condamnées par le Conseil d'Etat.

Il serait souhaitable que les édiles des petites communes bénéficient d'un stage de droit administratif et même de droit tout court pour ne pas se laisser entraîner dans des décisions contraires à la justice et surtout aux Droits de l'Homme car c'est la négation des principes pour lesquels ils ont été élus.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens