Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 12:41
 

Salut les gars ! Ecoute, écoute ! Hier j’ai entendu DSK s’expliquer à la Télé ! Il faut reconnaître qu’il a eu un certain courage. Il a reconnu avoir fait une faute morale qui à engendré des conséquences. Des conséquences mondiales qui paraissent irréversibles. Il s’en est excusé. Il n’a pas exclu qu’il aurait pu être entraîné dans un piège ! Il n’a pas exclu l’idée du complot, mais il a dit : On verra ! S’il a des pulsions irréversibles, il doit regretter de ne pas avoir payé une péripatéticienne de Brooklyn, ça lui aurait finalement coûté moins cher !

Il aurait eu la même satisfaction, pas de procès, il aurait économisé plusieurs dizaines de millions et sa femme n’aurait rien su. Ça me fait penser que finalement les péripatéticiennes ont un métier utile d’assistance et de salubrité publique ! Allez sers moi un café !

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 08:11
J’ai parcouru sur le Web un article intitulé « Fissures et lézardes craquèlent les maisons » et dans cet article lu un paragraphe « Pourquoi laisse-t-on construire des maisons sur ce type de terrains ?

J’ai été abasourdi par la suite…

« La législation ne prévoit aucune obligation d’étude du sol avant la construction. Toutefois, de plus en plus, avant de débuter les travaux, les constructeurs demandent une étude géologique. C’est une somme à la charge du client, mais c’est aussi une assurance de bâtir dans un lieu adapté »

Cela est insensé quand on sait que c’est sur le sol que tout repose !

Mais dans le cas qui nous intéresse, le Marais de Malesherbes, des études du sol ont été effectuées pour la construction du parking de la rue des Jardins et pour la construction de la voie de contournement. Ces études ne peuvent en aucun cas être dissimulées à la population. Alors je comprends pourquoi un fonctionnaire m’a dit un jour au téléphone qu’elles avaient été détruites ! Bizarre !

Mais je sais où il y a des exemplaires !

Si ces études ne sont pas publiées le maire sera moralement tenu(et surtout si elles le sont) de ne pas signer les permis de construire s’ils sont, en dépit de tout, édités par l’administration car il ne peut pas se rendre complice !

Il n’est pas admissible qu’on dissimule des pièces fondamentales sur une question aussi grave ! Qui le fait ? Là est la question ? Pourquoi ? Là est la deuxième question ? Qui couvre tout cela ? C’est la troisième question ?

C’est une tromperie que de faire reposer la décision de construire sur le rapport du PPRI qui n’a en la matière aucune compétence car ses conclusions sont en contradiction avec les avis du BRGM qui lui a toutes les compétences en la matière. C’est une manœuvre très grave porteuse de conséquences.

Le premier devoir du maire est de faire effectuer des analyses contradictoires du sol par plusieurs experts et le BRGM pour confirmer les avis en raison de la gravité et des conséquences de cette affaire mais il sait bien que leurs conclusions ne lui permettraient plus d’apposer sa signature !

Un péché par omission est quand même un péché !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 15:05

Dans les années 1950, je n'habitais pas encore Malesherbes, mais pour la conduite de mes affaires, j'y venais plusieurs fois par an pour visiter une entreprise.

Mon itinéraire habituel partait d'Orléans, traversait Malesherbes pour atteindre Fontainebleau.

Quand j'abordais Malesherbes, dès que j'arrivais sur le carrefour de la Petite Vertu et que je voyais la perspective en pente de la rue de la République qui était à cette époque revêtue de pavés, je ne comprenais pas pourquoi la ville s'était développée sur une pente aussi inclinée alors qu'il y avait à l'entrée un plateau plus propice et en bas un grand espace plat inoccupé.

Quand, en 1970, je me suis installé dans ma propriété actuelle, située à mi-pente, j'ai pu réfléchir tranquillement au problème.

 Dans les temps anciens, la ville était un gros bourg agricole qui était entièrement voué au service de la culture avec des maréchaux ferrants, des bourreliers, des forgerons, des tanneurs, des menuisiers, des maçons, des commerces de fournitures et des cafés auberges…

Il n'était donc pas dans les traditions de construire sur les riches terres arables du plateau, elles étaient sacrées!

Mais alors il restait les espaces plats de part et d'autre des rives de l'Essonne. Comme il n'était pas pratique de franchir la rivière et de couper la ville en deux parties, il restait néanmoins la rive ouest. Quelques tentatives ont été osées, mais elles sont demeurées sans suite pour plusieurs raisons:

-         Cette zone est inondable

-         La couche de terre alluviale est trop meuble, détrempée et argileuse

-         Pour trouver une assise de sol dur il est nécessaire de piloter des pieux jusqu'à des profondeurs allant de 20 à 64 mètres.

C'est pourquoi les constructions n'ont pas dépassé la limite extrême qui est la rue des Jardins.

Depuis 1960, en raison des besoins d'expansion des années glorieuses, il a bien fallu sacrifier quelques hectares arables sur le plateau puisque c'était la seule solution et que les rendements agricoles considérablement augmentés compensaient largement la perte de quelques surfaces.

D'autres villes en France n'ont pas eu la même sagesse.

Elles se sont laissées séduire par des agents immobiliers et des promoteurs avides de rendements financiers et elles ont permis la construction sur des sols semblables.

Les nouveaux propriétaires ont au fil du temps vu leurs maisons se dégrader pour finalement devenir inhabitable. Ils avaient ajouté foi aux affirmations des agents immobiliers que les moyens nouveaux et modernes des entreprises de construction avaient résolu tous les problèmes.

On les a vus ruinés et éplorés à la Télévision continuer de vivre dans leurs maisons de guingois et lézardées parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement, ne disposant d'aucun recours.

Alors saluons la grande sagesse de nos anciens, sur ce sujet comme sur beaucoup d'autres et retenons la leçon: conservons les marais et les peupleraies, la nature préfère cela.

On a pas le droit de délivrer des permis de construire sur de tel terrains et si on le fait malgré tout le Maire n’a pas le droit moral de les signer contre l’avis de la population

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 16:08
Nous avons institularisé une sorte de marché noir de la finance qui fonctionne en virtuel pour finalement accaparer des fonds réels prélevés sur l’économie vitale.

Il convient donc de taxer fortement les transactions virtuelles spéculatives qui créent des bulles, en tirent des profits prélevés sur l’économie réelle.

Créons une taxe spéciale sur les transactions spéculatives et les marchés à terme. Les fonds récoltés seront tout naturellement réintégrés dans l’économie productive et retrouveront leur mission réelle de sang de l’économie vitale du peuple.

Et dans tout cela il y a en outre des traders fous !

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 11:40

Salut les gars ! Ecoute, écoute ! On a d’énormes problèmes financiers, mais pourtant la France est riche. Pourtant les banques font d’énormes bénéfices, mais il faut bien financer l’implantation de nos usines dans les pays à bas coûts salariaux ! La chine est en expansion il faut en profiter ! Alors nous on a des richesses qui servent à rien ! Tiens, on a qu’a vendre le château de Versailles et on pourra faire du déficit pendant 10 ans ! Et après on vendra le Louvres et on aura 20 ans de déficit financé ! C’est pas des bonnes idées ça ! C’est bien la preuve que les bonnes idées on les trouve au bistro ! Allez, sers moi un café.

 

Le rédacteur de l’article décline toute responsabilité pour son contenu.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 09:53

                                                     La gloire des petits caporaux

Le soldat Nicolas, à l’instar du soldat Ryan a été sauvé ! Devenu le petit caporal Nicolas, à l’instar du petit caporal Napoléon en Egypte, il a pu savourer sa victoire en Libye. Une route impériale lui est offerte parsemée des lauriers de la gloire ! Son parcours durera six mois !

Ou plutôt trois mois pour en profiter et cent jours pour en terminer ! Le petit caporal Napoléon n’a tenu que cent jours, ce sont les plus longs ! Bon Dieu, les trois mois ça va !

Mais les cent jours ?

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:04
C’est une organisation que je connais mal c’est pourquoi je n’en ai pas parlé.  Je ne connais que ce qu’on me dit. Or un ami, a qui je fais confiance pour son bon jugement habituel m’a fait part d’une idée qui me parait sensée : Chaque élève utilisateur des transports scolaires serait muni d’une carte avec sa photo, son nom, son adresse et un numéro de téléphone. Elle serait épinglée sur son vêtement ou placée en sautoir autour de son cou. Il me semble que cela résoudrait une grande partie du problème. Réfléchissons.
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 12:09
 

Dans un vieux bouquin, retrouvé au fond d’un carton poussiéreux, j’ai découvert un vieil adage :           

                                      Quand la noue est dans le jardin

                                       La maison est au lointain

Cette sagesse des anciens explique beaucoup de choses. Réfléchissons !

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 15:30
 

Pourquoi a-t-on creusé des noues dans le marais de Malesherbes depuis plus de deux siècles ?

Elles sont destinées à drainer le marais pour assécher la surface.

Pourquoi ? Pour utiliser le terrain pour ses seules destinations utiles possibles : des pâturages ou des jardins.

Les noues drainent l’eau souterraine selon leur profondeur et assèchent la terre à hauteur de leur étiage. Notez le niveau de l’eau dans une noue et vous avez le niveau de l’inondation souterraine.

Quelle est la profondeur de cette inondation permanente ?

Elle varie de 20 à 30 mètres et plus. Pour trouver une assise plus portante il faut à certains endroits creuser à plus de quarante mètres de profondeur.

Je rappelle que l'Administration a éxigé une station de pompage du sol profond pour sécuriser le parking de la rue des Jardins. 

En outre, si on creuse dans le marais on découvre des strates argileuses qui dans cette catégorie de terrains ont toujours été à l’origine de catastrophes.

Vous pouvez trouver beaucoup d’exemples catastrophiques sur le Web.

Des analyses du sol ont été faites dans le passé, pourquoi ne sont- elles pas rendues publiques ?

Elles sont connues des administrations et normalement elles devraient s’opposer à toute délivrance et à toute signature de permis de construire dans cette zone.

Ce texte fait suite à « Lettre d’un simple citoyen »

Il faut noter que les inondations visibles dont il existe des plans relatifs ne sont que des épiphénomènes qui n’apportent qu’un argument complémentaire.

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:50

 

          Lettre à Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers municipaux

Mesdames, Messieurs,

J'ai fait partie de votre assemblée et je connais les difficultés de la mission, ses pièges et ses obligations.

Je sais que les cartes sont parfois brouillées par des influences politiques  qui divisent et des appétits extérieurs d'intérêts qui s'insinuent.

Je sais que les thèmes présentés à votre approbation, comme les plats artistement présentés par les grands chefs de cuisine, ont une présentation d'autant plus appétissante qu'ils sont d'une qualité discutable.

Je sais que des beaux Messieurs à la tenue élégante et à la parole fleurie savent avec art développer devant vous des théories d'autant plus convaincantes qu'elles sont spécieuses.

Que des Commissions préparées dans ce but et utilisées à cet effet travaillent pour enlever votre approbation sur des projets peu fiables mais non dénués d'intérêts parallèles non dits.

C'est pourquoi la vigilance et l'esprit d'analyse doivent être présents à tous les instants pour ne pas se laisser abuser.

A de nombreuses occasions j'ai apprécié votre travail et je l'ai fait savoir.

Aujourd'hui je m'adresse à votre esprit d'analyse, à votre honnêteté intellectuelle, à votre capacité d'appréciation sur certaines réalisations déraisonnables qui sont proposées à votre pouvoir d'intervention et dont finalement c'est vous qui avez la première clé  de la résolution du problème par l'exercice de votre vote, sans qu'il en soit besoin d'une autre.

Je sais par expérience, que soumis à la pression, il faut parfois beaucoup de courage pour voter non mais on en sort grandi.

Depuis plusieurs années, dans l'intérêt des Malesherbois et de la Ville je lutte contre l'adoption et la réalisation d'un projet politico financier de lotissement dans le Marais porteur d'importants bénéfices financiers mais dangereux et néfaste pour Malesherbes. Je l'ai démontré dans plus de cent articles sans recevoir aucune contradiction argumentée.

Je n'ai bénéficié, si j'ose dire, comme à l'accoutumée, que d'attaques contre ma personne, mais j'en ai l'habitude, et ce ne sont pas des arguments. Cela n'a qu'un seul mérite, celui de m'amuser.

D'autre part je vous prie de noter que ma démarche n'a aucun caractère politique.

Au cours des derniers mois certains d'entre vous se sont rangés derrière la raison et la majorité de la population. Ils ont émis des votes de désapprobation. Mais ils ne sont pas en nombre suffisant pour modifier le cours des choses. Je demande à chacun d'entre vous (mais particulièrement aux membres du groupe majoritaire) : Feriez- vous construire votre maison sur le Marais? Bien sûr vous répondrez tous non comme vous l'avez déjà fait oralement après la clôture d'une séance du Conseil Municipal!

Ce que vous ne voudriez pas pour vous-mêmes votre devoir est de veiller à ce qu'il ne soit pas imposé à d'autres qui sont sans défense et qui comptent justement sur vous pour assurer leur défense.

Vous n'avez pas d'intérêts personnels de quelque nature que ce soit dans cette opération politico-financière?

Alors votre devoir dans l'intérêt de la population que vous représentez est de la faire annuler.

C'est très simple: Il vous suffit de provoquer un vote négatif.

La population vous sera reconnaissante de votre acte de courage qui lui aura épargné une orientation désastreuse pour la ville dans laquelle se déroule sa vie.

Mesdames, Messieurs, je vous remercie, dans l'intérêt général, de m'avoir prêté attention et je vous présente mes meilleures salutations.

                                                                   André Fréquelin              

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens