Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 15:16


Depuis plusieurs mois j’ai publié dans la presse locale et sur mon blog une série d’articles destinés à démontrer la nécessité vitale de détaxer les salaires.
Mon inspiration n’est pas partisane. Je n’ai été mandaté par aucun parti et je n’adhère à aucun d’entre eux. Il s’agit seulement d’un raisonnement de bon sens qui doit aboutir à l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés dont tout le monde clame qu’il est nécessaire à la croissance. A cela s’ajoutent d’autres avantages tels que des facilités pour les exportations, un ajustement des importations, le plein emploi, la fluidité des trésoreries, et un coût moins élevé de la collecte de l’impôt.
Mon raisonnement est purement économique, arithmétique et humain.
Il suffit de chiffrer la masse financière des salaires distribués dans l’ensemble de la nation qui sont assujettis aux prélèvements sociaux, de faire le rapport des 20% prélevés sur la feuille de paye, puis des 40% payés directement par l’entreprise et de faire l’addition de ces deux chiffres.
Ensuite de prendre le total des transactions commerciales assujetties à la TVA et déterminer quel serait le pourcentage nécessaire pour remplacer les prélèvements sur les salaires.
Tous les éléments de calcul sont en possession de l’INSEE.
Je ne vous donnerai pas les miens parce qu’ils seraient inutilement discutés.
Mais ces calculs étant faits il sera facile de constater que le pouvoir d’achat des salariés sera augmenté de 15% environ.
Je ne comprends pas que des élus qui font profession de défendre, disent-ils, les moins favorisés de la population se déclarent contre une détaxation des salaires, qui, si elle est bien conduite, doit aboutir à une augmentation pérenne du pouvoir d’achat et en conséquence à des créations d’emplois.
Les gens de petite condition, qui me connaissent, et que je rencontre tous les jours dans les rues de Malesherbes, m’encouragent et me demandent de poursuivre mon action.
C’est cette approbation là qui me conforte.
Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 19:49

Il y avait une fois un gentil personnage, considéré comme un peu dérangé,doux et passif, qui était soigné par un infirmier autoritaire, qui avait décidé que pour le traiter, soixante coups de marteau sur la tête chaque mois lui seraient salutaires.
Après le traitement il lui appliquait des pansements qui apaisaient la douleur du patient et lui rendaient son calme et sa bonne humeur.
Quand un autre infirmier a voulu confisquer le marteau pour le remplacer par quelques gouttes de potion notre doux personnage s’est indigné et a protesté parce qu’il s’était attaché au marteau à qui il devait le réconfort du pansement. C’était profondément incrusté dans sa libido.
Bien qu’il ne soit pas fou mais seulement résigné, avec chaque feuille de paye le salarié reçoit soixante coups de marteau. Il se contente de réclamer des pansements.
Relisez les deux articles « Le salaire est sacré » et « Le travailleur donne toujours trois fois » et vous comprendrez qu’un médicastre autoritaire vous fait souffrir inutilement et que son traitement porte préjudice à tout le monde.
Le TRAVAIL doit être détaxé.
Exigez que le marteau soit cassé et qu’on vous donne la potion placebo.
Exigez que l’on commence par vous rendre les 20% confisqués sur votre feuille de paye qui sont les vingt premiers coups de marteau et qu’on les remplace par une taxe de 5% sur la production nationale, votre pouvoir d’achat en sera immédiatement et définitivement valorisé de 15% et même plus car les produits manufacturés et les services seront moins chers et nous aurons enfin une vraie avancée sociale !
Et méfiez vous des élus sans scrupules qui proposeraient, pour vous tromper, une TVA sociale supplémentaire sans décharger vos salaires des prélèvements. Ce serait un ignoble abus de confiance qui ne ferait qu’augmenter la misère.


Partager cet article
Repost0
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 15:42




Les Elus nationaux
Sont-ils des escrocs fiscaux ?
Ils créent la TVA sociale
Sans ôter la pression fiscale
Qui obère les salaires
Et perpétue la misère
Détaxons le travail
Pour rester sur les rails
Nous approuverons
Ceux qui le feront
Et on progressera
Pour le pouvoir d’achat
Il y a déjà vingt pour cent
Puis encore quarante pour cent
Et enfin la TVA
Qui augmente encore tout ça
Soyez clairvoyants
Soyez vigilants
Ou les salariés
Seront encore floués
Le salaire est sacré
Il ne faut pas l’oublier
Le travailleur donne déjà trois fois
Arrêtons la mauvaise foi
Entrez en résistance
Pour créer la croissance
Et finalement sauver la France

Partager cet article
Repost0
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 14:02
Un météorologue a dit : Le vol d’un papillon au large du Japon peut enclencher un processus qui engendrera une tornade sur les côtes de l’Amérique.
Je me suis demandé si une petite idée agitée par un petit provincial à Malesherbes pourrait par un processus similaire engendrer une grande controverse à Paris ?
C’est une des raisons pour lesquelles je poursuivrai, par d’autres articles en préparation mon argumentation en faveur de la défiscalisation du Travail, dans l’esprit des deux articles précédents « Le salaire est sacré » et « Le travailleur donne toujours trois fois ».
Une autre des raisons fondamentales est que je suis persuadé de la pertinence de mon propos.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:35


Je poursuis depuis longtemps, vous avez pu en prendre connaissance sur mon blog, un travail en profondeur qui a pour but de démontrer que des réformes administratives et fiscales sont nécessaires pour améliorer le sort des salariés, leur pouvoir d’achat, et au-delà favoriser la relance économique, ces données étant intimement liées. Il s’agit avant tout de faire détaxer le travail.
Ces efforts devraient être compris et soutenus à gauche. Or il n’en est rien si on entend l’argumentation inchangée de madame Ségolène Royale et quelques autres échos que j’ai pu entendre localement. Ce sont peut-être des positions personnelles. J’en suis navré. Recherchant la conciliation et le rassemblement j’ai apprécié les déclarations de monsieur François Bayrou au premier tour. Il faut noter que son excellent score modifie le paysage politique et préfigure peut-être la création d’un parti démocrate s’il ne s’évapore pas en image éphémère.
Je n’ai en poche la carte d’aucun parti politique et mes choix sont personnels en vue de ce que je crois être l’intérêt général.
Au second tour, mon vote sera réformateur en vue d’une relance économique et d’un progrès social.
C’est pourquoi, pour espérer voir prospérer mes idées et propositions, je suis amené à réfléchir sérieusement sur mon vote. Je serai un censeur très exigeant sur la manière et sur les résultats obtenus pour l’amélioration du niveau et de la qualité de vie des français modestes et pour la relance de l’économie par des mesures efficaces et hardies en faveur de la détaxation du travail, toutes ces choses étant liées. Pour le moment un seul candidat, monsieur Nicolas Sarkozy, a fait des déclarations le 26 avril à la télévision dans lesquelles je retrouve des éléments de mon argumentation.
Partager cet article
Repost0
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 19:19


Je reviens sur les articles « Le salaire est sacré » et la « TVA sociale » parus sur mon blog et sur le Courrier du Loiret.
Ces articles semblent avoir suscité un certain intérêt et il m’a été demandé d’apporter des précisions pour en faciliter la compréhension.
Sur la feuille de salaire figurent des prélèvements de l’ordre de 20 %.
C’est le premier prélèvement.
Sur cette feuille ne sont pas imputés directement des versements à différentes caisses d’environ 40 % au minimum selon les cas.
C’est le deuxième prélèvement sur le travail.
Ces deux prélèvements entrent en pourcentage dans le prix de revient des produits ou des services. Le prix de revient est traité en pourcentage par la marge de l’entreprise multipliant ainsi le poids des prélèvements. Le prix de revient est inclus (avec les charges) dans le prix de vente du produit qui contient ainsi les prélèvements.
Le salarié dépense son salaire net perçu pour faire ses achats dans les magasins. En faisant ses achats il repaie donc les prélèvements qui ont été payés sur son salaire, supplémentés de la TVA et des marges. Il rachète ses propres prélèvements majorés !!! I
C’est le troisième prélèvement invisible.
La couverture sociale couvre maintenant la plus grande partie de la population et les salariés seuls en supportent la charge avec, en suppléments, des coefficients de majoration. C’est un des blocages de notre économie et une perte de pouvoir d’achat pour les salariés.
Le prélèvement doit se faire en une seule fois quand la valeur est constituée, qu’elle est devenue définitive et qu’elle se transforme en monnaie c’est-à-dire au même niveau que la TVA. Il s’agit donc de maintenir uniquement le troisième prélèvement avec un taux ajusté.
Puisque tout le monde profite de la couverture sociale, même ceux qui ne travaillent pas, il est normal et juste que la répartition du coût soit générale. L’assiette étant plus large l’impact sera plus faible sur les prix et les plus aisés qui consomment plus paieront plus.
Le pouvoir d’achat des salariés en serait augmenté, l’économie relancée et les exportations facilitées par un traitement particulier alors que les importations se réajusteraient sur nos prix intérieurs.
Qui aura la lucidité et le courage de modifier le frein économique de notre fiscalité obsolète pour en faire un accélérateur de croissance dont tout le monde profitera et en premier lieu les salariés.
                                                            André FREQUELIN
                                                malesherbes-union.over-blog.com

Post scriptum. Cet article sera envoyé à tous les responsables politiques.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 14:04


Les candidats de premier plan sauf une commencent à parler d’une TVA sociale. Ils ont dû lire mon article paru dans le Courrier du Loiret et sur mon blog « Le salaire est sacré » et en ont tiré des conclusions positives. J’espère qu’ils ont compris que cette taxe doit supprimer tous les prélèvements qui figurent sur le bulletin de salaire et ceux qui n’y figurent pas.
Pour préciser mon étude je précise que je propose que cette taxe soit appliquée sur les produits importés pour corriger le différentiel avec les produits nationaux.
A contrario les exportations en seraient exonérées pour aider nos produits à être concurrentiels.
Vous avez compris tous les avantages à en attendre : amélioration du pouvoir d’achat des salariés, activité économique relancée, embauches activées, etc. …
Le conservatisme sera-t-il enfin vaincu et une modernisation fiscale de dynamisation réalisée ?
Partager cet article
Repost0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 10:56


Le joli bébé qui est né ce matin, qui fait la joie de ses parents, qui a un joli berceau, pour qui la vie devait être douce a pleuré dès qu’il a vu le jour. Pourquoi ?
Parce que dans le ventre de sa mère il entendait les informations. Il sait qu’il a dès sa naissance une dette de dix sept mille euros qu’il devra rembourser en cinquante ans.
Il la doit aux deux précédents présidents de la République qui ont géré la France avec trop de légèreté, trop de magnificence, trop d’égoïsme politique, trop de compromissions dans la tradition de Louis XV qui déclarait « après moi le déluge ».
Il espère que ses parents voteront pour un Président sincère, décidé, économe, qui ne fera pas des promesses inconsidérées et saura réduire sa dette en ramenant la France au cinquième rang des pays prospères alors que la gestion irresponsable de ses prédécesseurs l’a rétrogradée au dix septième rang des états.
Partager cet article
Repost0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 11:54


Sur le salaire net perçu par le salarié s’appliquent en pourcentages des charges fiscales, des frais généraux, des frais de vente, la marge de l’entreprise, la marge des commerçants et enfin la TVA.
Il en résulte que lorsque le salaire net est augmenté en valeur absolue de dix euros le prix d’achat des consommateurs, donc des salariés, en magasin, est augmenté à terme de trente euros environ après un temps d’inertie variable qui correspond au délai d’écoulement des stocks anciens.
Le pouvoir d’achat est alors artificiellement maintenu pour un temps par l’entrée de produits importés qui, en retour, éliminent les emplois correspondants en France. On aboutit alors à cet illogisme : plus on est augmenté plus on s’appauvrit.
L’augmentation devient un truc d’illusionniste et un tour de passe-passe.
Notre système ne peut plus tenir et il faut enfin comprendre que le fameux modèle français est un exemple désastreux, un mécano bancal, qui effraie les autres états et qui enfonce la nation dans la dette et les salariés dans la pauvreté
Je n’ai entendu aucun candidat et aucun parti politique dire cette vérité (pourtant démontrée par l’absurde) aux Français et proposer des réformes radicales qui réorganiseraient et moderniseraient positivement l’ensemble du système. C’est pourtant vital pour l’avenir de la France et le bien être des Français.

Partager cet article
Repost0
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 19:38


14 Février 2007

Le Travail a un caractère emblématique. Il élève l’homme, nourrit la famille et crée la richesse collective.
Par voie de conséquence le salaire est sacré. Sacré mais pas inviolable.
Le salaire net perçu par le salarié ne représente en gros que la moitié du coût salarial. Le travail est taxé autant que le salarié reçoit.
Les conséquences sont multiples : la minoration du pouvoir d’achat, le coût exagéré des stocks, le manque de fluidité des trésoreries, un gonflement des prix de revient et un impact sur les prix des produits.
Partie constitutive importante du prix de revient les prélèvements se retrouvent dans les prix de vente. En faisant ses achats le salarié les paie une seconde fois augmentés de la TVA qui devient une TAP, taxe ajoutée au prélèvement. Le salarié paie donc une seconde fois l’impôt sur son propre impôt.
Comprenez vous pourquoi le système fiscal français est le plus cher du monde ? Et le coût de la vie le plus élevé ? La solution que la raison exige est de détaxer totalement le salaire et d’opérer le prélèvement au niveau des ventes selon le mécanisme de la TVA quand la valeur est constituée.
Il s’ensuivrait par l’accroissement de l’assiette une baisse des produits et des services, une amélioration du pouvoir d’achat, une relance de l’économie, un abaissement du coût des stocks, une facilitation de l’embauche et une régression du chômage. A cela s’ajoute la diminution du coût de recouvrement de l’impôt.
Je sais bien que cette idée sera difficilement admise par la routine administrative et le conservatisme bien que nous ayons sept millions de pauvres.
Mais si par hasard j’avais raison ?
Notons pour finir que l’impôt à la source est non seulement une hérésie mais encore un non sens car si on capte l’eau à la source la rivière se tarit et les poissons meurent.



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens