Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 16:02

Le leurre des augmentations des salaires

"Je n'y comprends rien, j'ai été augmenté il y a trois mois et je n'y arrive plus! Je n'y comprends rien!"

J'ai entendu cette réflexion des centaines de fois, alors je vais essayer, pour vous rendre service de vous faire comprendre le mécanisme qui est un truc répétitif d'illusionniste :

Je prends, je donne, je prends, je donne, je prends, je donne... et finalement je m'arrange pour donner un petit peu moins que je prends.

C'est un jeu truqué par l'Etat et sa fiscalité à la source !

A chaque augmentation, par l'effet de ses prélèvements à la source, l'état prélève un petit plus puisque que ses prélèvements sont des pourcentages par exemple et en priorité sur les salaires. Ces pourcentages sont intégrés dans le coût de revient des produits et vont subir toutes les taxes successives et toutes les marges ultérieures alors que l'augmentation perçue par le salarié reste fixe. Elle finit donc par être rattrapée puis dépassée et le cycle recommence.

Alors non seulement le salarié n'y a rien gagné mais perdu par l'effet de l'inflation. Alors on recommence, on recommence, on recommence...

Avec ces sacrés impôts à la source sur les salaires c'est une machine infernale qui rapporte à ceux qui ont échafaudé une méthode astucieuse pour résister à l'inflation et en dégager des profits, ils font ainsi des fortunes !

Aussi longtemps que le fisc prélèvera 50% sur la masse salariale à la  source de la production des richesses la France s'enfoncera dans la dépression et la décadence et dans l'extinction de ses exportations ce qui accélèrera son appauvrissement et les difficultés de ceux qui vivent de leur travail.

Je l'ai déjà écrit, mais si j'insiste c'est parce ce n'est pas facile de le faire comprendre et adopter. Bien avant moi quelqu'un plus qualifié a dit "Cent fois remettez l'ouvrage sur le métier, le mettez et le remettez!"                   J'écoute les maîtres! 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 15:32

Il n'y a plus de travail, pourquoi? Il n'y a plus d'exportations, pourquoi? Le déficit est énorme, pourquoi? La dette est abyssale, pourquoi? Les employeurs s'exilent, pourquoi? Nous n'exportons presque plus, pourquoi? La gauche n'a pas de solutions, pourquoi? On ne peut plus augmenter les impôts, pourquoi? Et pourtant notre industrie est une des meilleures au monde! Nos ouvriers sont parmi les meilleurs du monde! Nos ingénieurs sont parmi les meilleurs du monde! Notre territoire est un des plus agréables du monde ! Notre agriculture est parmi les meilleures au monde! Notre enseignement était, il y a peu, un des meilleurs au monde! Nous avons le TGV, des autoroutes, des villes magnifiques, et des entreprises performantes, alors?

Pourquoi subissons-nous une telle déroute économique?

Je vous le dis depuis longtemps: parce que nous produisons trop cher!

Et nous produisons trop cher pourquoi?

Parce que nos salaires sont taxés à 100% et qu'ils traînent une remorque trop lourde!

Quand l'ouvrier a produit 200 l'Etat en prend 100 immédiatement sur la trésorerie de l'entreprise qui est le nerf de la guerre et l'ouvrier en touche 100. Alors il s'étonne que pour lui le coût de la vie soit si élevé! Et tout le monde s'étonne que nos exportations soient en chute libre! Et que le pouvoir d'achat diminue!

Il est tout de même évident que si l'état augmente lui-même le coût des produits dès l'origine de la production, cela va croître et s'accroître dans la chaîne des ventes! C'est le patron qu'on maudit mais il n'y peut rien, il est le premier à subir cette erreur qui met l'entreprise autant que les salariés dans les difficultés! Les salariés qui payent deux fois la taxe: d'abord sur leurs salaires et ensuite sur leurs achats payés avec leurs salaires nets!

Ces 100 unités prélevées par l'Etat à la source se retrouvent donc dans le prix du produit acheté dans les magasins par les salaires et les autres revenus lors des emplettes. Alors ces taxes qui sont supportées à l'origine par le seul salarié sont finalement repayées par le salarié et tous les autres mais augmentées à la fin du cycle par la succession des pourcentages mais sur une assiette beaucoup plus large. La logique demande que ces taxes salariales soient prélevées seulement à la fin du cycle au niveau de la TVA et que les salaires soient totalement détaxés. En outre les trésoreries seront considérablement améliorées parce que la taxe ne sera plus payée au moment de la fabrication mais au moment de la vente quand la trésorerie commence à être alimentée! Personne depuis 10 ans ne m'a démontré et seulement dit que je me trompais!  Le précédent président a déposé au dernier moment un décret dans ce sens pour amorcer la réforme, mais le président actuel s'est empressé de l'écarter. Alors cette bataille vitale, bien que la valeur de l'idée soit évidente, continue!!! Un jour on comprendra que depuis plus de dix ans j'avais raison mais on aura perdu beaucoup de temps.

Cliquez sur le chapitre"Détaxation des salaires"

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 19:30

 

Inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année est la promesse de François Hollande. Il a été élu par des électeurs qui ont eu foi dans cette promesse. S'il ne remplit pas cette promesse son honnêteté et son honneur lui feront un devoir de passer la main. Je suppose qu'il n'a pas lu mon blog parce que les solutions sont fournies dans le chapitre " Détaxer les salaires" qui comporte plus de cent articles. Etant donné l'urgence de la situation je vais lui résumer les grandes lignes de la méthode que je préconise.

La Palice aurait dit: Pour donner du travail aux chômeurs, il faut permettre aux entreprises de fournir du travail aux chômeurs donc d'en trouver en faisant entrer des commandes en provenance du marché intérieur mais surtout par les exportations qui sont le moteur principal d'enrichissement de la nation et qui permettent en outre d'aboutir au plein emploi.

Tous les efforts, y compris ceux du gouvernement et des administrations, doivent converger en direction de ces objectifs.

Détourner l'attention du peuple pour masquer les graves dangers pour notre économie et notre niveau de vie est inutile parce que dans les conditions actuelles tout débouche sur une conclusion létale. Arrêtez de donner la priorité aux mariages de vaudeville et à une révolution dans les vacances scolaires qui n'empêcheront pas à la catastrophe de survenir.

Et relancez le marché de l'emploi!

Est-ce un manque de courage? Un manque de lucidité? Une crise d'aboulie? Un rêve gauchiste qui va se transformer en cauchemar?

Il faut maintenant un super réalisme pour éviter de tomber dans le gouffre économique.

Alors quoi faire d'urgence?

-Une réduction immédiate autoritaire de 10 % des dépenses de l'Etat.

-Réformer immédiatement la fiscalité à la source sur les salaires en supprimant tous les prélèvements sociaux.

-Reporter ces prélèvements au niveau de la TVA. (Les salariés, contrairement aux bruits que vous faites courir auront leur pouvoir d'achat amélioré!) Les prix sur le marché intérieur n'en seront pas augmentés mais les prix à l'exportation deviendront compétitifs parce que les prix de revient de fabrication seront fortement diminués.

Les investisseurs reviendront.

C'est la direction qu'il convient de prendre, je l'ai démontré depuis plus de 7 ans!

Monsieur Hollande faut-il attendre que l'opposition (qui avait commencé la réforme en tout dernier lieu) revienne au pouvoir pour nous sauver de la faillite et de la misère?

Ou que vous nommiez un premier ministre de droite?

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 10:41

Quand on est au gouvernement, qu'on veut s'y maintenir et qu'on est dépassé par le poids des problèmes fondamentaux, la stratégie est de les faire oublier pour durer et continuer à bénéficier des avantages du pouvoir.

La solution, pour endormir l'opinion, est de faire diversion par la mise en scène de sujets qui attisent les passions, les opposent, en retenant toute l'attention.

On a gagné du temps, mais rien résolu. Car pendant ce temps là les problèmes vitaux perdurent et s'aggravent.

Cette simple remarque devrait ouvrir des réflexions.

Voir l'article précédent!

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 15:48

S.O.S. La France coule! Le beau navire "France", à l'instar du Lusitania est en état de perdition avancée. Les capitaines refusent ou feignent de refuser d'y croire et de changer de cap! Les avaries sont de plus en plus nombreuses et graves après les chocs successifs sur les icebergs. Sans compter les ratés dans le moteur. Les capitaines veulent ignorer qu'il y a de l'eau dans le carburant qui anime les machines! D'où vient cette eau ?

Le principal moteur du navire France est l'industrie. L'agriculture et les services, seuls, ne peuvent en aucun cas suffire pour la progression du navire. Quant à la finance elle change de navire à la première avarie.

La richesse d'une nation moderne dépend de ses capacités de vendre ses produits à l'exportation pour assurer la prospérité. Quand elle peine déjà pour les vendre sur son propre territoire et qu'elle est inondée par les importations qui la battent sur son propre sol, comment pourrait-elle exporter et en tirer bénéfice ?

La fiscalité imbécile qui double le poids des salaires dans les prix de revient de la production nationale donc dans les prix de vente en est responsable. Elle réduit en outre le pouvoir d'achat des salariés et le volume des ventes sur le marché intérieur. Ainsi la boucle est bouclée! C'est cela l'eau dans le carburant!

C'est une évidence que toutes les mites qui en profitent refuseront toujours d'admettre, quitte à couler avec le navire.

J'ai écrit des centaines d'articles démontrant la nécessité vitale de détaxer les salaires pour relancer les échanges, la poursuite de notre décadence  démontre par l'absurde que j'ai raison.

Quand nous aurons 10 millions de chômeurs, alors nous pleurerons "Ah! Si on avait su! Mais vous ne pourrez même pas dire cela puisque je l'écris depuis plus de sept ans !

             

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 16:15

 Ou réfléchir?

 Et agir

 Là est la question!

Les Belges sont d'accord pour uniformiser les systèmes fiscaux européens mais pas nécessairement sur le modèle français (c'est un euphémisme poli) Voilà ce qui remet à la place qu'ils méritent nos politiques et nos spécialistes de Bercy. Notre fiscalité est de l'avis de tous les états libéraux ou dirigistes  un système confiscatoire et antiéconomique qui explique en partie notre déconfiture. Et ils s'entêtent. Deux ans encore comme cela et nous allons rejoindre la Grèce dans les abysses. Il nous faudra 10 ans pour en sortir.

Ce qui est très grave et qui n'augure pas de trouver rapidement la solution c'est de n'avoir pas encore compris que de taxer à la source les salaires de 100% rendait nos produits manufacturés invendables à l'exportation et supplantés par des produits d'importation sur notre marché intérieur, ce qui creuse notre déficit commercial et financier!

Quand les Belges voient les Gaulois doubler le prix de revient de leurs produits sans comprendre pourquoi, leurs éclats de rire deviennent tonitruants. Et ils vident leurs chopes de bière en riant à pleins poumons en se tapant sur les cuisses. Ils se racontent des histoires gauloises et disent "ils sont fous ces Français!"

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 11:31

Les abouliques

La réforme de la fiscalité sur le travail est urgente parce que vitale.

J'en parle depuis huit ans et maintenant presque tout le monde a compris. Les socialistes aussi avec un certain délai de réflexion, mais leurs tergiversations font perdre un temps précieux alors que nos associés européens se persuadent que la France est une bombe à retardement.

Je viens d'entendre un président de Conseil Général qui essaie de mettre en place des astuces juridiques pour maintenir dans son département une entreprise qui veut se délocaliser.

S'il trouve une solution elle ne pourra être que bâtarde et provisoire.

Nous laissons se poursuivre notre déconfiture dans un désert industriel!

Et pourquoi ce gouvernement aboulique et indécis ne se bouscule pas pour réformer d'urgence la fiscalité appliquée sur le travail qui rend nos produits invendables à l'exportation et trop chers dans le panier de la ménagère?

Leur slogan de prédilection " les entreprises ont qu'à payer" a démontré ses conséquences.

Leur aboulie devient exaspérante et le principal facteur de notre régression économique.

Secouez-vous nom de nom!

Vos vieux slogans sont périmés en raison de la mondialisation qu'il faut affronter, qu'on le veuille ou non! Prenez conscience de l'urgence de la situation! Et agissez!

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 15:13
 

"On ne peut pas abandonner les salariés"

C'est ainsi que Madame Nicole BRICK a conclu son interview sur LCI  que je viens d'entendre.

Madame Nicole Brick, ministre du commerce extérieur, après avoir été ministre du Développement doit tout savoir entre autres que les salaires supportent une charge immédiate de 100% qui est la plus élevée dans notre fiscalité et dans le monde alors qu'elle devrait être répartie sur l'ensemble de la nation par la taxe qui dispose de l'assiette la plus large, donc le taux le plus bas qui est dans ce cas laTVA.

Que fait-elle sinon d'abandonner les salariés en ne mettant pas toutes ses forces, son influence et son poids pour libérer le travail et les salaires de ce fardeau mortel pour l'ensemble de la nation, pour booster nos exportations, notre activité, et nos emplois!

Notons au passage que cela ne doit pas affecter le pouvoir d'achat, au contraire, et que si c'était le cas, pour corriger cette anomalie il suffirait d'augmenter le salaire de référence pour tout rétablir!

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:17

J'ai entendu la déclaration de Madame Parisot à la suite de la menace de Monsieur Montebourg de nationaliser le site de Florange. Elle a défendu la liberté d'entreprendre, mais son argumentation s'attachait à un fait très particulier et unique en son genre dans la mesure où il s'agit d'industrie lourde. C'est pourquoi elle échappe au contexte général et que sa solution qui devient symbolique doit être trouvée mais ne peut être trouvée que dans le maintien des installations sur place et la pérennité des emplois.

Une industrie lourde qui quitte nos frontières est une catastrophe en même temps qu'un symbole fort! C'est pourquoi les réactions sont vives et la menace de nationalisation justifiée par une colère qui est une réaction naturelle. On veut une solution tout de suite alors qu'il faut la construire sur des bases solides.

L'industrie lourde qui quitte les frontières c'est la perte d'une partie de notre indépendance et un signe fort du déclin.

Que par un réflexe réactif, Monsieur Montebourg ait brandi la menace de la nationalisation est une réaction de tempérament qui correspond à mettre une rustine sur une faille tectonique et je préfère son affirmation de disposer de la proposition d'un repreneur, c'est beaucoup mieux si elle est fondée!

Et sa menace devrait faire réagir le gouvernement pour modifier en profondeur l'organisation de notre économie en gommant les anomalies et les erreurs dans la fiscalité du travail, appliquée sur les salaires, qui nous rendent non compétitifs dans l'exportation et trop chers dans le panier de la ménagère.

Cela revient à faire courir nos coureurs du cent mètres aux jeux olympiques avec un sac de 30 kilos sur le dos!

Le gouvernement semble y avoir pensé. Mais avec son comportement: J'y vais, j'y vais pas, j'y vais mais par étapes, mais je dois encore réfléchir parce que ce n'est pas dans nos traditions, il faut un consensus etc. on n'est pas sortis de l'auberge!

Et pendant ce temps là le temps tourne, les entreprises se délestent ou s'en vont, le chômage augmente, la dette s'accroît et les travailleurs souffrent!

IL faut savoir sortir vite de temps en temps du carcan idéologique surtout quand c'est un intérêt national vital!   

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 16:45

Je suis d'une humeur noire et il faut que je me défoule...

Nous avons atteint un tel niveau dans la décadence que notre modèle de référence est l'Allemagne... nous avons besoin de l'étalonnage d'une valeur de référence germanique pour évaluer notre insouciance. L'Allemagne, avec son peuple travailleur, volontaire, discipliné, dur à la tâche et idéaliste progresse sans faillir à contre courant dans le flot de facilité, de revendications, de paresse, d'insouciance de notre civilisation latine.

Nous sommes si insouciants que nous ne sommes même pas capables d'en avoir conscience!

Nous ne réalisons pas que, sans bruit, l'Allemagne a conquis le leadership de l'Europe et que les Anglais rigolent!

La France, insouciante cigale, pendant ce temps chante, revendique, conteste, manifeste, dilapide ses réserves, refuse de travailler pour les reconstituer, attend qu'elles reviennent par une opération du Saint- Esprit et revendique ce que personne ne peut lui donner: Que sa richesse lui soit rendue sans rien faire! C'est pourquoi elle dépense les intérêts futurs avant qu'elle soit reconstituée! Que voilà une sage précaution! Parce que si on tergiverse encore sur la détaxation des salaires par manque de clairvoyance et de volonté...

Mais il faut que je m'arrête parce que la pointe de ma plume est rouge de ma colère!

Il est donc temps de conclure... Mais avec quels mots?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens