Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 09:15

 

Une escroquerie légale et officielle?

Je veux parler des numéros de téléphone surtaxés. Vous appelez un numéro pour faire une réclamation  justifiée, ou pour passer une commande, ou pour obtenir une information sur un produit que vous avez acheté, des services commerciaux, des numéros officiels, des banques etc., ces numéros sont généralement surtaxés, les numéros courts, tous les numéros en 08 sont surtaxés. Et presque toujours vous composez ces numéros sans le savoir et vous obtenez la communication sans savoir à l'avance que vous payez un supplément et qu'il s'agit en plus d'un tarif exorbitant alors que vous payez déjà le prix d'une communication normale. Dans certains cas votre correspondant traîne dans ses explications et après un certain temps (que vous avez payé) il vous propose de vous brancher sur une autre ligne d'un correspondant mieux informé ( Sur une ligne tout aussi surtaxée) capable de vous donner satisfaction (peut être!).

Ces pratiques doivent être rigoureusement interdites. On n'a pas à payer à l'avance, par un surplus, un renseignement que parfois on ne reçoit pas. S'il doit être facturé qu'il le soit, mais que le coût éventuel nous soit normalement facturé! D'autant plus quand la communication bénéficie à l'interlocuteur par l'envoi d'une commande, ou quand il s'agit d'une réclamation sur un produit reçu ou sur une disposition règlementaire absconse. Et quand il y a des blancs sur la ligne ou des interruptions  ou une recherche du correspondant mieux qualifié, ou quand on vous change de ligne, vous continuez de payer. La pratique des numéros surtaxés doit être supprimée et un demandeur doit dans tous les cas payer uniquement son appel au prix courant. Si la fourniture du renseignement à une valeur marchande, il appartient au correspondant de la facturer. C'est au correspondant d'organiser ses frais généraux et pas de faire du bénéfice sur le service fourni par France Télécom et autres! C'est une tromperie inadmissible, ressentie comme une escroquerie automatique et obligée.

Alors que nous sommes dérangés toute la journée pour des enquêtes, pour des renseignements commerciaux etc. sur notre téléphone privé (qui nous font perdre notre temps) nous ne pouvons pas surtaxer par réciprocité!

Et les bénéfices marginaux dissimulés engendrés sont-ils déclarés à l'impôt et déductibles pour moi? Alors que quand on a souscrit un contrat illimité ces suppléments sont facturés en sus. Il est indispensable de prendre une décision règlementaire pour supprimer cette pratique qui s'apparente à une escroquerie automatique  pratiquement invisible et incontournable!

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 11:38

Pour une commission de la hache à tous les niveaux

Tous ceux qui ont été responsables d'une entreprise ont connu des périodes difficiles et ils savent qu'il faut faire face en prenant des mesures drastiques d'économie qui sont impopulaires.

Pour rétablir la situation, dans l'attente de l'embellie, la première mesure à prendre est de stopper toutes les dépenses qui ne sont pas nécessaires à court terme, différer les investissements qui ne sont pas indispensables à la relance immédiate et qu'il ne faut pas contracter à crédit  des investissements qui n'apportent pas un profit immédiat. Il faut différer tous les investissements de prestige ou de confort et se concentrer sur l'utile immédiat.

Il faut différer les investissements qui s'amortissent à long terme sans générer des recettes  au comptant.

Il faut différer les dépenses à long terme qui accroissent la dette et les frais financiers.

La première préoccupation est de couper toutes les dépenses qui ne sont pas indispensables et il faut tout ajuster pour que les dépenses indispensables ne soient pas supérieures aux recettes immédiates.

Les investissements doivent être différés jusqu'au jour de la reprise des échanges positifs.

Je voudrais rappeler aussi que dans un état comme le nôtre, où tout est centralisé, les flux économiques convergent tous sur la situation centrale et que les engagements régionaux remontent jusqu'à la dette nationale devenue insupportable.

C'est pourquoi j'ai suggéré ce qui a déjà existé: une commission de la hache chargée de couper dans les dépenses exagérées ou pas indispensables ou du moins de les différer.

Localement il a déjà été voté une augmentation des contributions locales sans que la nécessité soit démontrée alors que la situation des salariés, des retraités et même des autres devient  préoccupante, que les économies des ménages sont menacées, que le bassin d'emploi est en régression, et que les perspectives sont déprimantes!

Ne pensez-vous pas que les investissements projetés, peut-être surcalculés, non indispensables immédiatement, devraient être différés? Et que soit différée aussi l'augmentation des charges des ménages?

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 10:35

Les spéculations financières sont un jeu qui s’apparente au poker, parfois même au poker menteur.

Elles déplacent des capitaux virtuels qui se nouent et se dénouent dans des opérations financières non concrètes, inscrites dans des colonnes comptables ou sur des comptes électroniques qui ne sont finalement que des enjeux sans existence réelle qui n’engagent que la solvabilité supposée des flambeurs. C’est du vent qui amasse des dunes de sable ! Mais elles débouchent sur des profits réels qui sont parfois dus au dégonflement des bulles quand les circonstances ont percé une baudruche que les flambeurs avisés  ont quitté au bon moment.

Elles n’apportent rien à l’amélioration des conditions de vie du peuple et ne servent qu’à accroître des fortunes qui accroissent ensuite une thésaurisation égoïste qui s’investit à nouveau dans d’autres spéculations et la roulette tourne.

Très justement, les jeux d’argent sont taxés. Une partie des activités de la Bourse qui sont des jeux spéculatifs doit être taxée comme le sont les jeux des casinos. Ce serait tout simplement logique et même moral. J’ajouterai que le produit de ces taxes devrait entrer directement dans les caisses de la Banque de France qui utiliserait les fonds produits pour réguler et dynamiser l’économie et gommer les crises sous le contrôle de l’Etat.

Ces recettes régulatrices ne lèseraient personne mais bénéficieraient à tout le monde.  

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 16:08
Nous avons institularisé une sorte de marché noir de la finance qui fonctionne en virtuel pour finalement accaparer des fonds réels prélevés sur l’économie vitale.

Il convient donc de taxer fortement les transactions virtuelles spéculatives qui créent des bulles, en tirent des profits prélevés sur l’économie réelle.

Créons une taxe spéciale sur les transactions spéculatives et les marchés à terme. Les fonds récoltés seront tout naturellement réintégrés dans l’économie productive et retrouveront leur mission réelle de sang de l’économie vitale du peuple.

Et dans tout cela il y a en outre des traders fous !

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 16:12

Jean louis Borloo vient de proposer une idée qui m'est apparue intéressante depuis longtemps   qui, si elle est complétée par des mesures d'accompagnement, permettrait d'aider la France à sortir de la crise et de stimuler l'économie.

Il propose de créer une taxe sur les transactions financières qui ont un caractère spéculatif. Son effet positif est une évidence.

Les politiques ont toujours fait preuve de faiblesse vis à vis des financiers spéculateurs qui créent de l'argent fictif et des bulles financières. Il serait temps de réagir.

D'autre part la France souffre du transfert de ses usines de production porteuses d'emplois et d'enrichissement par les exportations.

Cette première mesure pourrait donc s'accompagner d'une autre mesure qui serait de favoriser largement les fonds qui s'investiraient sur le territoire dans des usines de production axées sur l'exportation.

Ces deux mesures prises dans le même temps permettraient d'aider à sortir d'un marasme insupportable, de stopper à terme notre régression économique progressive porteuse de catastrophes majeures et d'aider à l'équilibre de nos finances.

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 13:57

Les masses monétaires activées par les opérateurs mondialistes français et autres s'accroissent.

En même temps que les déficits nationaux s'accroissent aussi, que la dette nationale enfle que le pouvoir d'achat des salaires s'effondre tandis que les chômeurs désespèrent.

Les emplois industriels qui sont le facteur principal de l'enrichissement de la nation fondent peu à peu.

Les flux financiers réels qui alimentent les entreprises sont apparemment dix fois moins élevés que les flux financiers qui circulent dans la mécanique et l'informatique de la mondialisation financière.

Des bulles financières enflent et se dégonflent chaque jour.

La gouvernance s'exerce maintenant par le truchement des flux financiers virtuels ou non et les pauvres sont plus pauvres, les riches plus riches, les puissants plus puissants et les usines voyagent à travers le monde au gré des financiers avides de profits égoïstes.

Le communisme a été une mauvaise traduction de la pensée de Karl Marx mais les philosophes doivent convenir que sa vision économique prémonitoire était en partie exacte.

La mondialisation financière, maîtresse des économies des états, serait-elle l'asservissement de l'humanité toute entière?

Je pose la question sans avoir la réponse: Je la cherche!

Pour l'humour je note néanmoins au passage que le patron du FMI serait un socialiste?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 15:02

Le médicament n'est pas un produit de consommation courante comme les autres, le pain par exemple, ni un produit de confort comme les cosmétiques esthétiques, mais il a par sa destination, dans l'imaginaire, un effet miraculeux parce qu'il est sensé supprimer le mal et prolonger la vie. Cette réputation magique, dans les temps anciens, a fait la fortune des charlatans qui vendaient très cher des élixirs de longue vie.

Il n'y a plus de charlatans? La médecine et la pharmacie sont codifiées. Mais on ne se soigne plus avec des herbes glanées dans les campagnes mais par des produits chimiques complexes synthétisés par des laboratoires à caractère commercial qui consomment des fonds publics par le truchement de la sécurité sociale alimentée par les salariés.  

Les laboratoires industriels sont le produit d'investissements de capitaux (cotés en bourse) qui recherchent le maximum de rendements financiers. Alors il leur faut commercialiser des produits dont le prix de revient est le plus serré possible avec un prix de vente le plus élevé possible, et en outre, pour préserver la marge bénéficiaire ils sont déposés. Pour les vendre au mieux on investit des sommes fabuleuses dans la publicité.

Le rendement financier prime l'efficacité médicale.

On dépense beaucoup d'argent pour des emballages attractifs.

On fait faire la promotion commerciale par des visiteurs médicaux

Il y a des médicaments actifs, il y a des publicités discutables, il y a les placebos, il y a des médicaments avec des graves effets secondaires ou des effets dérivés qui peuvent être prescrits dans des cas pour lesquels ils n'avaient pas été prévus mais pour lesquels on a pensé qu'ils pourraient agir. Cela augmente le potentiel des ventes (Médiator).

Il y a des apprentis sorciers qui en abusent. Il y a des accidents et des conséquences.

Il y a aussi des contrôleurs intéressés en relations permanentes avec les laboratoires qui donnent leurs avis péremptoires.

Et en final il y a une marge bénéficiaire parmi les plus élevées dans l'industrie.

Et en finale des finales, la sécurité sociale est en faillite et les consommateurs paient.

Je propose une solution nouvelle et révolutionnaire qui assurerait la sécurité et qui réduirait le déficit de la Sécurité sociale: Créer des laboratoires d'état qui fabriqueraient les médicaments génériques beaucoup moins chers (parce que non déposés) mais tout aussi efficaces et les distribueraient sans dépenses de publicité au prix de revient sous le contrôle de la sécurité sociale. Il en résulterait une importante diminution du déficit, un accroissement de la sécurité des patients et un assainissement du marché.

Voyez -vous mes amis, ceci est une idée que je peux remettre au plus profond dans ma poche en raison des très puissants lobbies incrustés dans la politique. Je parie qu'ils arriveront même à blanchir le laboratoire du Médiator avec les honneurs et quelques frais mineurs.

 

    

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 09:05

Les flibustiers étaient des pirates qui opéraient avec leurs bateaux armés au large des Antilles il y a plusieurs siècles.

Les flibustiers modernes opèrent sur toute la planète, et nous mènent en bateau. Ils se jouent des frontières, contournent les lois nationales, attaquent les monnaies des états, comme des vautours se repaissent des carcasses, et véritables prédateurs dépouillent les plus faibles.

Je viens de lire un article de Jacques Attali qui va dans ce sens et illustre les articles que j'ai écrits sur ce blog. En voici deux passages:

"Un des rares acteurs lucides, Bill Gross, président de Pimco, premier créancier privé des Etats-Unis, vient de qualifier cette stratégie d'"Arnaque pyramidale à la Ponzy" soit le mécanisme qu'utilisait Madoff, payant ses créanciers avec l'argent des autres prêteurs. Et la Banque centrale européenne, malgré toutes ses protestations vertueuses, fait de même en rachetant les créances plus ou moins douteuses de ses membres. En agissant ainsi, les gouvernements occidentaux donnent en réalité tout pouvoir au système financier qui dispose chaque jour de munitions de plus en plus lourdes pour allouer les capitaux ou ses intérêts sont le mieux servis"

Il ajoute ensuite en forme de conclusion"On en viendra ensuite au troisième niveau du chaos: Un marché mondial sans règle mondiale conduit, à terme, à la victoire des marchés sur la loi. Et donc des marchés les moins légaux. On a aujourd'hui l'exemple d'un pays sans gouvernement: la Somalie. Le Marché y a mené au chaos absolu. Japonisation, Madovisation, Somalisation. Telles sont les trois menaces, concrètes et réalistes, de la globalisation."

Les idées que développe cet article vont bien dans le même sens que les articles que j'ai écrits sur ce blog. (Catégorie économie).

Il faut d'urgence établir un droit financier mondial avec un contrôle mondialisé pour sortir du chaos.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 11:55

(29.10.10.) sur LCI

 

Je regarde avec plaisir et intérêt les entretiens Ferry-Juliard sur LCI.

Luc Ferry, philosophe et ancien ministre défend des positions de droite tandis que Jacques Juliard, historien, défend des positions de gauche. Mais tous les deux pratiquent des tons d'expression de bon aloi.

Curieusement, aujourd'hui, Luc Ferry a fait la proposition suivante:

" Etant donné que les gros revenus et les petits salaires perçoivent les mêmes montants d'allocations familiales et que les premiers n'en ont nul besoin j'estimerais utile de ne plus servir les allocations aux hauts revenus mais d'instituer une allocation pour le premier enfant. Il en résulterait une mesure de justice et une économie de 2 à 4 milliard sur le budget sans douleur pour personne et sans conséquence pour les hauts revenus qui ne s'en apercevraient même pas"

Curieusement Jacques Juliard a pris le contre-pied de cette proposition au non d'une fumeuse non discrimination des mesures sociales.

Pour la première fois qu'un homme de droite propose une mesure sociale qui est indolore pour les uns, bénéfique pour les autres, tout en réduisant le déficit  du budget, Jacques Juliard aurait dû pavoiser! Aurait-il été jaloux de ne pas l'avoir trouvé lui-même?

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 15:36

Le régime de la retraite par répartition est certainement le système le mieux adapté à l'organisation de notre société actuelle mais il a des faiblesses et des lacunes.

Avant d'aborder le problème faisons un peu de philosophie:

Allonger le temps de la vie est une noble ambition mais si c'est pour ne pas en profiter pleinement par l'exercice de sa liberté enfin trouvée il n'est pas démontré que ce soit une avancée.

Et puis il y a des aléas.

Le premier d'entre eux est la variation de la natalité : Diminution ou Baby-boom.

Le second ce sont les crises économiques inévitables en raison de l'inorganisation mondiale des flux financiers, et des spéculations élevées au rang d'une religion.

Notons que les salaires rémunèrent des compétences et du temps passé au travail mais ne participent pas dans la répartition des valeurs qu'ils créent et qu'ils sont seuls à créer.

Ne peut-on pas imaginer des régimes de retraites qui incluraient des amortisseurs et des assurances en tenant compte de ces remarques? Le travail ne pourrait-il pas bénéficier un peu des richesses qu'il crée?

Après réflexion je pense qu'il serait sage d'abonder tranquillement un fond de pension en dehors des prélèvements sur les salaires qui dans l'avenir assurerait la sécurité du système par répartition et qui participant dans l'économie et en tirant des revenus distribuerait aux salariés retraités une partie des richesses qu'ils ont contribué à constituer.

Ce serait en outre une masse de manœuvre pour Bercy pour activer l'expansion de l'économie.

Je n'ai pas la prétention de détenir seul la vérité, mais il y a pour moi une évidence: La régulation financière ne doit pas imposer son organisation de la régulation de la vie bonne des hommes et des femmes, mais la vie bonne des hommes et des femmes doit imposer la régulation financière qui doit être tout simplement à son service.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens