Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 19:09

Un ministre a affrété un avion privé pour se rendre aux Antilles coût de l'opération: cent mille Euros.

Ce genre de comportement est loin d'être isolé dans la politique et son administration.

Et cela pèse sur le déficit.

Ils ne sont pas tous connus de la Cour des comptes et le seraient-ils que cela ne changerait pas grand-chose parce que cette commission si elle a la capacité de connaître,  d'analyser et de rapporter elle n'a pas le pouvoir d'intervenir.

Il y a quelques années j'ai écrit un article intitulé " Pour une commission de la hache" destinée à rogner dans les dépenses inutiles ou somptuaires et surveiller le bon emploi des crédits avec un pouvoir d'intervention.

Je n'ai rien inventé, cela a déjà existé il y a plusieurs décades, mais rapidement supprimé cela ne vous surprendra pas !

Dans la conjoncture difficile que nous connaissons le gouvernement soucieux des économies drastiques qui sont indispensables devrait rétablir cette commission car pour sortir du gouffre il conviendrait de rogner de 20% les dépenses de fonctionnement de l'Etat. Qui retrouveraient leur niveau par la croissance.

Pas un seul de vos élus n'a proposé un plan crédible et efficace et surtout pas un plan qui porterait atteinte à leurs privilèges.

Celui qui recréera cette commission de la hache méritera notre considération.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 14:08

                 La détaxation des Salaires et la relance

 

Depuis des années le marasme et la décadence que nous subissons étaient prévisibles.

Depuis trois ans sur mon blog et depuis quinze ans dans la presse j'ai publié des analyses et j'ai préconisé des réformes.

Le fondement de mon raisonnement part d'une formule évidente :

"Si on prélève l'eau à la source la rivière se tarit et les poissons meurent"

J'en ai déduit qu'il fallait détaxer les salaires et les moyens de production et financer les besoins de l'état sur les richesses produites.

Autrement dit prélever dans l'estuaire et surtout pas à la source.

Il en résulterait des exportations accrues et une ré industrialisation du territoire.

Le gouvernement a commencé à le comprendre en supprimant la taxe professionnelle. Mais il convient maintenant de détaxer complètement les salaires.

Dans cette intention j'ai proposé la création de la C.A.S.G (Cotisations aux Assurances Sociales Généralisées) appliquée sur la finalité du flux des richesses produites c'est-à-dire au même niveau que la TVA.

Cette cotisation serait appliquée aux importations et déduite des exportations.

J'ai envoyé des éléments de ma théorie au Conseil Economique et Social il y a fort longtemps.

Je crois savoir qu'on s'y est intéressé.

Alors l'idée fera peut-être un jour le chemin qu'elle mérite?

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 18:52

Il a fallu une démonstration par l'absurde poussée à l'extrême pour que le monde entier constate que le capital spéculatif moderne est devenu l'ennemi public mondial.

Pas tout à fait le monde entier.

Les peuples, oui !

Mais les politiques englués dans leurs instrumentations traînent les pieds, n'en conviennent que du bout des lèvres et ne dotent pas les nations des moyens solides qui permettraient de neutraliser la pieuvre. Pourquoi ?

L'argent qui n'a été créé que pour être un symbole pour faciliter les échanges est devenu par la sophistication de la spéculation moderne le maître des productions de richesses, de leurs implantations géographiques, de leurs répartitions et de leurs échanges tout en prélevant une large part au passage par les manipulations dans les différentes formes de Bourses.

Finalement, l'argent (parfois en bulles) qui devait être un vecteur facile et dynamique pour les économies, qui devait favoriser un progrès global,  est devenu le maître et un prédateur par l'action des financiers spéculateurs (parfois globuleux). Nous retiendrons tous qu'ils ont eu le cynisme d'attaquer la Grèce en difficultés !

Cela crève les yeux.

Mais ceux à qui nous avons donné le pouvoir, refusent de voir la réalité, de juger, de stigmatiser et finalement de casser le système et de reconstruire.

L'économie n'a pas pour finalité de créer des fortunes individuelles fugaces mais de créer les conditions du bonheur pour l'ensemble du peuple.

Qui aura assez de génie et d'altruisme pour  devenir le Grand Réformateur historique, sinon mondial, du moins national dont les Français souhaitent l'apparition ?

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:12

                                 Un coup nul et un leurre politique !

Un organisme vivant absorbe autant de carbone qu'il en rejette.

Le carbone qu'il a fixé pour sa formation retournera à la nature lors de sa disparition.

Le cycle est relativement court en fonction des rythmes naturels.

La nouvelle société dite moderne qui se développe depuis le 19ème siècle a créé des activités nouvelles et découvert ou inventé des sources d'énergies  qui délivrent plus de carbone sans avoir inventé  les conditions de son absorption et sans même s'en préoccuper.

L'économie moderne pousse à consommer toujours plus, donc à produire toujours plus, et à  émettre toujours plus de CO2.

Quelles sont les solutions possibles ?

Consommer moins ? Cela veut dire produire moins ! Mais la population s'accroît ! Et personne ne veut réduire son confort !

Alors on invente la Taxe Carbone qui créera un sursaut psychologique ! Mais réduira-t-elle les émissions ?

 Les méthodes de production étant par obligation les mêmes faute de choix ce sont finalement les consommateurs qui au bout de la chaîne paieront cette taxe sans pouvoir agir sur les causes et ils demanderont une compensation salariale qui leur sera accordée afin que la baisse de la consommation n'entraîne pas un accroissement du chômage ! J'ajoute qu'elle ne pénalisera que les plus pauvres qui ne sont pas ceux qui consomment le plus et qui n'ont aucune responsabilité !

Ce n'est plus alors qu'un simulacre d'action, un coup nul, et un leurre politique qui alourdit encore, sans aucun effet positif, une fiscalité rétrograde.

Les solutions sont ailleurs, on en reparlera !

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 14:46

L'Insee vient de publier son recensement complémentaire. La population du département du Loiret a augmenté de 0,40%, alors que la population de Malesherbes a diminué de 0,48%, c'est un différentiel de près de 1%.

J'ai publié le 24.12.09 un article intitulé "Le Déclin".

Le résultat de ce recensement est un indice supplémentaire pour confirmer mon propos.

Il en résulte plusieurs conséquences :

Nous n'avons pas un besoin si urgent de logements nouveaux à un point tel que nous soyons obligés de lotir un marais en dépit du bon sens.

Des logements  libérés et disponibles servent de dortoir pour l'Ile de France.

Nous devons enfin nous occuper sérieusement et efficacement de la zone industrielle et du bassin d'emploi.

A ce sujet je ne sais pas qui en est chargé, et surtout qu'a-t-il fait, que fait-il, quels sont ses projets de contacts et son plan d'action ?

Des réponses à ces questions dépend la qualité de l'avenir de Malesherbes.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 12:11

1560- Le Duc Emmanuel Philibert institue la Gabelle en Savoie.

Elle devient un impôt général sur le sel.

Un esprit supérieur vient d'inventer la Gabelle Carbone.

C'est l'invention du New-Look rétro.

On n'arrête pas le progrès.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 18:15

 

Pour assainir les pratiques financières qui finalement aboutissent en toute légalité à des vastes escroqueries aux dépens des naïfs il faut revoir dans le détail les procédures et les cheminements financiers pour interdire la formation des bulles qui sont en fait comparables à des vastes bluffs de poker.

Quand le bluff est éventé l'escroquerie se découvre mais les dégâts demeurent

Si le bluff n'est pas découvert les petits porteurs perdent pour le moins une grande partie de leurs investissements et les traders qui ont engrangé leurs bénéfices pendant la formation de la bulle sont indifférents à son éclatement.

Pour coincer la bulle, il est nécessaire d'encadrer les traders, de ralentir les flux financiers, d'interdire la spéculation aux banques de dépôts. Ces mesures ne sont pas exhaustives

Il faut faire que ce qu'on appelle le MARCHE ne soit plus un casino mondial sans surveillance qui tire le principal de ses profits des pertes des petits porteurs naïfs.

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 16:22

 

 

 La crise est là et bien là.

Malgré nos moyens modernes extraordinaires et des indices prémonitoires, nos experts autoproclamés n'auraient rien vu venir. Il est vrai que nos doctes sorciers de la finance et nos affairistes distingués ont poussé à l'extrême l'usage de leurs philtres magiques et embrouillés, pour tirer profits et pouvoir ,et comme Louis XV, illustrer la formule "Après moi le déluge" dans la mesure où il n'inonde que les autres bien sûr !

Bizarrement, nous sommes déshydratés par leur soif d'un argent plus vaporeux que liquide, mais maintenant gelé ou évaporé. L'antinomie entre ces mots démontre l'acabrabrantesque des enchaînements et le manque de lucidité de nos dirigeants, ou leur complaisance en face des créateurs de profits sans cause dont il peut tomber des miettes.

Pourtant les premières obligations de leur mission sont lucidité et vigilance. Néanmoins ils se défaussent de leurs responsabilités par des artifices oratoires et prennent des décisions de peu de portée, en plongeant allègrement dans ce qui reste de notre fortune collective et de celle de nos enfants, et en évitant d'adopter des solutions fortes qui atteindraient les profits ultérieurs des coupables actuels.

A l'échelon des unités économiques de base, telles que notre ville, il y a des mesures curatives et préventives locales à prendre pour limiter les conséquences et même pour anticiper  le redémarrage inéluctable.

Organiser la vigilance en préparant la relance.

Une relance qui se fera au profit des visionnaires actifs.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 10:12

 

Le bassin d'emploi de Malesherbes

 

Profitant de sa situation centrale sur le territoire national, de sa liaison directe avec la capitale par le rail et de sa position sur un nœud d'axes routiers, Malesherbes a réussi, il y a environ trente ans, une industrialisation brillante. Il y avait à l'époque un maire conscient de sa mission, déterminé et tenace, qui n'a pas ménagé ses efforts. La population comptait entre quatre et cinq mille habitants, elle en compte maintenant près de sept mille.

Malesherbes a prospéré jusqu'à ce que le Contrat de Pays  soit créé par Paul Masson et Jean-Paul Charié et déclare dans son premier Livre Blanc que l'industrie à Malesherbes présentait peu d'intérêt et devait être délocalisée au profit de Pithiviers. A la suite de cette volonté affirmée nous avons pu constater que depuis cette date l'industrie à Malesherbes s'est érodée.

Les Municipalités successives, parfois abouliques ou bizarrement inconscientes sur certains sujets, se sont laisser marginaliser dans le Contrat de Pays et nous allons en payer les conséquences.

Bloquées par le pouvoir politique de la circonscription et par voie de conséquence freinées par le pouvoir administratif elle n'ont pas su, ou pu, ou voulu s'engager dans un combat difficile contre cette politique égoïste de spoliation et de régression et faute de pouvoir pousser la croissance elles constatent avec regret et stupéfaction la décroissance.

Si la population a la volonté de réagir elle doit exiger une défense active du bassin d'emplois, la diversification des activités et la nomination par le Maire d'un adjoint qualifié et volontariste chargé à plein temps de cette tâche prioritaire. 

 Nous entrons dans la crise avec un bassin d'emplois affaibli au préalable et déjà en régression ce qui suppose que nous aurons plus d'efforts à fournir que d'autres pour en sortir. Alors, merci au Contrat de Pays et à ses deux promoteurs.

Si vous croyez que mes propos sont sans fondement, prenez connaissance du premier livre blanc du Contrat de Pays. Si vous ne le trouvez pas sachez que quand il est sorti, à la création de cet organisme, j'ai rédigé un long article paru dans le Courrier du Loiret avec de larges extraits. Vous pouvez consulter l'article au journal et peut-être en obtenir une photocopie.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 21:38

Délocalisations ?

Si la tendance n'est pas inversée c'est à terme court la disparition presque totale de notre industrie et un appauvrissement de toute la nation par la création massive d'emplois assistés et d'allocations de survie et au-delà un affaiblissement de la France dans le monde et son retrait sur l'hexagone. Je n'exagère pas puisque vous savez tous que déjà l'industrie textile, l'industrie de la chaussure, l'industrie de l'acier, ont presque entièrement disparu.

Il faut se poser clairement les questions pour trouver les réponses :

Quelles sont les causes et qui sont les coupables, par calcul, par incompétence, par ignorance, par laxisme, ou en mission vindicative dans une guerre économique ?

- Les chefs d'entreprises qui les décident sans raisons fondées ?

- Le mondialisme du patronat ou de nos dirigeants

- Le gouvernement qui n'a pas pris en temps opportun les mesures appropriées ?

- La qualification de la main d'œuvre, de l'encadrement et des chercheurs ?

- L'infrastructure insuffisante ?

- La demande intérieure qui diminue ?

- La demande extérieure qui décroît ?

- Le libre échange ?

- Les règlements et la fiscalité qui découragent ?

- La masse salariale exagérément et anormalement gonflée par les prélèvements et par les         

   taxes ?

- Les moyens employés par la pression syndicale?

- L'absence de concertation et la méfiance ?

- Les prix de revient trop élevés ?

- Le goût de l'effort qui se perd ?

- Une mauvaise conception ou organisation de notre économie ?

- Les impôts et les taxes sur les sociétés ?

- Les frais de fonctionnement de l'état qui seraient trop élevés ?

- L'organisation du marché ?

Pour répondre sérieusement il faut autant d'études et d'articles que de questions. Alors je vais prendre mon temps puisque ceux qui ont le pouvoir d'agir ont dû se les poser.

J'espère qu'ils ont compris que l'éveil de la Chine et de l'Inde nous a fait entrer de plain pied dans une guerre économique qui ne dit pas son nom, et que l'entrée dans une guerre, fut-elle économique, ne peut pas se contenter de petits ajustements et de palabres, il faut un engagement total, antinomique avec la mollesse de 1938.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens