Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:54

Si vous avez le temps de faire des explorations sur le Web et que vous affichiez soit"maisons lézardées" ou "constructions sur un marais "ou sols alluvionnaires " ou"sols argileux" et bien d'autre clefs vous allez trouver des centaines d'exemples de catastrophes. Sous les yeux j'en ai une parmi les centaines qui existent et que j'ai trouvées:

Fissures et lézardes craquèlent les maisons

Lavaur (81) Elles pourraient être provoquées par la sécheresse. Je me suis inquiété et j'ai téléphoné à mon gendre qui travaille dans l'immobilier pour qu'il vienne constater les dégâts.

Après le gendre , c'est un huissier de Graulhet qui est venu à son tour pour dresser un procès verbal de constat d'huissier: "Porte d'entrée, couloir,salon, cuisine, bureau, buanderie,chambres, salle de bains, toutes les pièces sont touchées et présentent des fissures". Etc…

Ceci est un extrait d'un long compte rendu. Et des textes comme celui-ci il y en a des centaines. Tous concernent des constructions érigées sur des sols marécageux ou argileux ou inondables qui font partie des exclusions énoncées par le Président de la République " Nous ne construiront plus jamais sur des sols semblables" a-t-il déclaré un jour.

Le sol du marais, à Malesherbes, présente toutes les caractéristiques des sols dont je viens de parler. L'administration le sait puisque elle en a fait la remarque lors de la construction du parking de la rue des Jardins. Le site est en outre situé dans le site protégé dont on connaît les contraintes officielles et règlementaires. Délivrer dans ces conditions des permis de construire serait inadmissible. Mais la bonne conscience des responsables ne peut pas être mise en doute et il n'est pas possible qu'un jour cela se réalise.

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 15:51

 

                                    ...du lotissement du Marais!

L'erreur ou les complicités?

 

Chacun sait maintenant (je m'en suis chargé) que le promoteur du Marais a pu acquérir la propriété des lieux parce qu'un maire et un Conseil Municipal endormi ou bienveillant ont déposé la préemption de la ville avec 24 heures de retard quand elle était forclose. C'est grâce à cet artifice que le promoteur est devenu propriétaire des lieux!

C'était déjà une alerte et c'est devenu une présomption!

Quand on examine avec attention la suite des évènements et le déroulement des faits il n'est nul besoin d'être très perspicaces pour penser que cette négligence aurait été voulue!

Ce que nous ne savons pas encore avec précision c'est par qui et avec quelles complicités.

Mais quand on a vu l'énergie déployée par certains organismes qui nous ont abreuvé de contrevérités pour faire aboutir ce projet contre nature, parfaitement déraisonnable mais très lucratif il n'est nul besoin d'être Einstein pour tout comprendre et tout démontrer.

Vous êtes tous témoins qu'à Malesherbes les affaires troubles ont la capacité de perdurer!

On peut encore, et immédiatement, réparer cette vilaine affaire.

Pour tout remettre en ordre, il suffit de la volonté du maire qui peut gommer ce qu'on peut appeler une tromperie!

Le site du Marais a toujours été considéré inconstructible avec juste raison par toutes les municipalités précédentes et par les administrations s'occupant d'urbanisme et de construction. Il suffit de poursuivre les prudences qui sont de mise en l'occurrence confortées par l'expérience.

Il suffit donc de poursuivre la tradition raisonnable et le maire ne doit en aucun cas permettre que des permis de construire soient délivrés et ne pas les signer si par hasard un organisme quelconque avait l'outrecuidance d'en délivrer!

Ce sera tout simplement la manifestation de sa prudence et son honnêteté intellectuelle.

Le promoteur n'ayant plus alors aucun intérêt financier recédera la propriété à la ville qui

saura l'utiliser pour des réalisations qui sont attendues par la population!

 

P.S. : J'ai toujours veillé à ce que le blog Malesherbes-Union ne déborde pas le plan local surtout pour que ce genre d'affaires se débatte entre nos murs. Mais je ne suis pas totalement maître en raison des moyens du Web de son extension au plan national

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 14:58

Avant de créer un grand nombre de logements les responsables de l'urbanisme doivent se poser la question préalable: la création de l'habitat doit- elle précéder la création des emplois ?

Je prétends que c'est le potentiel d'embauche qui doit déterminer les capacités de l'habitat.

Si les responsables décident de faire l'inverse ils créeront une ville dortoir ou pire des quartiers difficiles!

A Malesherbes, la population a tendance à décroître et la raison fondamentale en est la diminution des emplois proposés. Les demandes de logements pour le moment émanent surtout de personnes qui font des stages d'une durée de six mois généralement dans des organismes extérieurs à Malesherbes (dans la majorité des cas). Ce qui justifie la mise à disposition de quelques studios mais qui ne justifie pas des lotissements d'importance.

Je n'ai pas connaissance qu'il y ait eu une politique active pour attirer l'installation de nouveaux employeurs. Combien de Malesherbois travaillent déjà à l'extérieur?

Un lotissement sera donc occupé par des apports venus de l'extérieur ce qui signifie qu'on accentuera encore le caractère de ville dortoir avec les nuisances que cela comporte et la création de quartiers difficiles (et les infrastructures correspondantes) ce que personne ne désire sauf les promoteurs qui n'auront pas à en subir les nuisances mais auront encaissé les bénéfices!

A Malesherbes, des gens trop intéressés qui font passer leurs profits personnels, quelles qu'en soient les conséquences, avant le devenir et l'intérêt de la cité, poussent le cynisme jusqu'à

admettre des constructions sur un marais considéré depuis toujours inconstructible, mobilisent des influences politiques pour arriver à leurs fins, organisent des conférences, font tout pour faire oublier que les tentatives précédentes se sont enfoncées dans la boue et déclenchent des complicités pour l'accomplissement de leurs projets indiscutablement scandaleux.

Il est suffisant, pour la bonne santé de la ville, de rétablir sur le Plu (afin de répondre aux besoins limités au coup par coup) les terrains sains qu'ils ont supprimés. Mais de grâce arrêtez la tragicomédie du Marais! Elle n'a plus sa place à l'affiche!   

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 15:24

 

Faisons un peu d'histoire locale. Quand Paul Sanchez a effectué son deuxième mandat une partie de son groupe s'est désolidarisée et il n'a pu le terminer qu'avec le soutien du groupe actuellement majoritaire qui le soutenait mais suspendu au bout d'un fil.

C'est alors qu'il aurait saboté l'appel d'offre pour l'acquisition du marais en déposant la préemption de la ville avec 24 heures de retard quand elle était forclose. Les manoeuvres auxquelles nous assistons depuis plusieurs années auraient donc été préparées de longue date avant la mise en vente des terrains! Les développements ultérieurs le démontreraient amplement! (Lotissements sur des terrains de marais considérés depuis toujours inconstructibles)

Ces opérations constitueraient une suite d'actes délictueux prémédités en association qui auraient permis toute la suite des évènements qui par voie de conséquences ont le même caractère.

Une information officielle à t-elle été ouverte? Non!

Les faits sont-ils connus? Oui!

Sont ils caractérisés officiellement? Non!

Y a t-il des risques d'en parler? Peut-être! Mais on verra bien!

Mais cela ne m'empêche pas de dire que cette affaire a toutes les apparences d'une affaire politico-financière mais que seule une enquête dont le contrôle échapperait au pouvoir politique pourrait le démontrer!

C'est ce que je demande en ma qualité de citoyen.

                                                          André Fréquelin

                      Résistant. Croix de Guerre. Chevalier de l'Ordre National du Mérite

                                               Ancien Conseiller prud'homme.

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 08:37

 

                                                        …De la station d'épuration              

On ne nous a jamais décrit et expliqué avec des précisions indispensables les causes techniques des malfaçons.

 

On nous a seulement dit que pour un problème de portance au sol la dalle de 70cm qui servait de base à la station s'était enfoncée de 70 cm et que pour continuer les travaux il fallait superposer une deuxième dalle de 70cm avec un coût supplémentaire de 290.000 euros!

Cette station est édifiée sur une assise particulièrement meuble qui est un sol de marais et on peut voir de l'autre côté de la rivière un silo et une maison qui se sont enfoncés dans la vase. Nous étions donc prévenus!

La solution proposée pour pallier aux dégâts est de couler sur la première couche une seconde couche de béton de 70cm c'est-à-dire de doubler le poids sur la même portance incriminée!!

Je serais curieux de connaître l'ingénieur qui a imaginé tout cela et la personne assez impertinente et outrecuidante pour demander 290.000 euros pour réparer des malfaçons dont elle est responsable et de surcroît par une solution aggravante!

Le maître d'œuvre a l'obligation de mener à bonne fin les travaux et c'est à lui de s'assurer contre les malfaçons. Il a l'obligation de faire au préalable toutes les études nécessaires et en particulier les études de sol, c'est même sa première contrainte. S'il y a des malfaçons son devoir est de les remettre en ordre par des solutions pérennes et adéquates et il ne doit pas rendre son client pécuniairement responsable.

C'est pourquoi la ville doit demander réparation par la voie judiciaire et demander que la mise en état soit à la charge du maître d'œuvre et lui demander en outre des dommages et intérêts pour les retards dont il est responsable. La ville doit de plus prendre des garanties en ce qui concerne la pérénité de l'ouvrage.

La conviction publique est que la décision de construction de ces réalisations passe par des voies politiques. C'est pour cela que nous devons être particulièrement vigilants. Nous ne devons pas verser un seul centime supplémentaire et exiger la couverture des dommages en prenant des garanties judiciaires.

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 09:49

Monsieur le Maire de Malesherbes a demandé au PPRI de faire une conférence à Malesherbes pour appuyer son entêtement de construire sur le marais pour satisfaire la demande pressante d'un promoteur. Celui-ci a préalablement acquit tous ces terrains et n'accepte pas la réalité: ils ont une composition incompatible et en outre ils sont inondables.

Aucune analyse du sol n'a été réalisée ni par le promoteur ni par la ville et il convient donc de se reporter en 1982 à l'avis de la DDE qui les a reconnu inconstructibles. Il n'y a pas eu de miracle ils le sont toujours! Ce qui serait un miracle serait que la DDE dise maintenant le contraire! Le PPRI a rendu un rapport insuffisant assorti d'un plan très incomplet sur lequel les risques d'inondations sont minimisés.

Il aurait au moins dû indiquer le niveau maximum atteint, il ne l'a pas fait!

Or ce niveau a submergé la rue Cochery et atteint la place du Martroi!

Il aurait dû indiquer que dans toutes les inondations moyennes fréquentes, l'eau atteint le bas de la rue Chateaubriand et les limites de l'actuel parking. Il ne l'a pas fait.

Mais ce n'est pas le plus important : Il y a surtout la composition du sol.

Il est composé sur une profondeur de 20 à 40 mètres et plus, par des alluvions gorgés d'eau qui en hiver monte à 10 centimètres de la surface du sol et en été ne descend que de quelques décimètres. Plus grave, le sol vu en coupe est composé de strates et on trouve de la glaise qui est un facteur aggravant pour la déformation des sols.

Les inondations et un sol très instable ne peuvent engendrer à terme que des catastrophes majeures!

A ce sujet vous savez tous que la nouvelle station d'épuration en construction s'enfonce lentement mais sûrement dans la boue du marais et pourtant elle est érigée sur des pilotis de 9 mètres! Il y a en face une maison qui s'est enfoncée dans la boue et un silo qui penche. Ils ne peuvent pas faire autrement que de le reconnaître. Est-ce que ces preuves là ne sont pas suffisantes? Ce site est inconstructible.

 Le promoteur a le loisir de le revendre en l'état afin d'aller opérer ailleurs. Puisque ces terrains sont inconstructibles c'est ce qu'il a de mieux à faire. Il y a en France un grand nombre de sites dont les autres promoteurs ne veulent pas il aura donc un large choix.

Monsieur le Maire doit quitter la philosophie d'un agent immobilier et adopter celle d'un maire responsable qui doit poursuivre l'expansion de la ville sur des assises solides et pas sur un marais instable. Et puisqu'il me fait l'honneur de lire mon blog il ne pourra pas dire qu'il ne connaissait pas les arguments. Et les autorités de tutelle non plus!

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 12:14

Autour des organismes de décision gravitent des combinards. L'éventail des combinards est étendu depuis les petits malins jusqu'aux affairistes de haut vol.

Les malversations les plus importantes atteignent des milliards, vous avez pu le lire quand une affaire sur mille est découverte et éclate dans la presse. C'est un combinard sur dix mille qui n'a pas eu de chance. (Médiator)

Leurs auteurs sont juridiquement très qualifiés, montrent une respectabilité extérieure impeccable, des amis politiques influents, une introduction par des réseaux obscurs et un cynisme ineffable.

Les petites combines sont le lot quotidien de petits malins qui par exemple escroquent la Sécurité sociale, les Allocations, ou les Assedics. Mais ceux là se font prendre un jour.

Entre ces deux extrêmes tout existe!

Il y a des secteurs de prédilection.

Bien entendu la finance. Il y a des centaines de Madox, (mais on en arrête qu'un tous les dix ans!). C'est là ou on trouve l'élite de l'élite et le savoir faire abonde les capitaux et enrichit les capitaines d'industrie.

Des entreprises qui sont spécialisées dans les travaux publics qui disposent souvent de complicités pour obtenir régulièrement des marchés dégageant des marges confortables.

Les affairistes qui acquièrent des surfaces quelconque et les lotissent en faisant déclarer   constructibles des marais par exemple.

J'arrête mon énumération parce qu'un article entier n'y suffirait pas.

Mais il faut savoir que derrière les combines importantes il y a toujours des personnages qui infiltrent les centres de décision ce qui leur permet de développer leurs activités avec l'apparence de la légalité et l'approbation automatique des commissions ad hoc. Je ne sais pas si la France est la championne de cette samba des combinards, mais si elle n'a pas la médaille d'or elle a en toute certitude une médaille d'argent sale.   

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 11:38

Ils en pensent quoi? On se le demande. Apparemment, rien! Comme leur silence de marbre l'indique.

Ne veulent pas le savoir. La tête dans le sable.

Est-ce à dire qu'on peut effacer la réalité en l'escamotant?

Tout se passe comme s' ils le croyaient. Ou bien l'imaginaient.

Au risque de tomber de haut.

Ainsi parle Jean-François Kahn.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 10:40

Des élections sont proches.

C'est le moment de peser les enjeux.

Pour Malesherbes il y a une idée force qui détermine son avenir.

Le lotissement dans le marais se fera- t-il ou non?

Il ne doit pas se faire. Rappelez vous les maisons lézardées de Lavaur et d'ailleurs.

Il nous faut un candidat libre de ses décisions qui prendra des engagements formels et irrévocables pour  faire annuler le projet et confirmer que la zone est déclarée définitivement inconstructible. Sa liberté d'action, son engagement  sont essentiels!

La couleur du candidat importe peu la cause à gagner ayant la priorité.

Au niveau local cela n'a aucune importance.

Ne vous laissez plus bercer par des discours qui sont destinés à nous tromper!

Et ne vous laissez pas à nouveau tromper si le candidat prétend que ça ne le concerne pas.

Si le PLU est erroné, il faut le refaire.

Vous avez compris comment on nous trompe dans cette affaire?

Ma démarche n'est en aucun cas politique ou intéressée mais utile.

Je ne roule pour personne. Je ne fais pas de politique.

Je m'exprime uniquement dans l'intérêt général car j'estime pour des motifs prouvés que j'ai énumérés dans les articles que vous trouverez sur le blog Malesherbes-Union dans le dossier"Le lotissement du marais"que ce serait une grave erreur irrémédiable pour l'avenir de Malesherbes.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 08:52

Et de la zone blanche du PPRI sur laquelle est inscrit le Parking de la rue des Jardins

 

On vient de me fournir une information en provenance de milieux informés concernant le sol profond du marais.

Dans l'année il y a généralement une saison humide et une saison sèche.

Pendant la saison humide le sol profond gonfle et se dilate. Pendant la saison sèche il dégonfle et se rétracte.

Ce phénomène est accentué et inégal quand il y a présence d'argile.

Localement, dans le sol du marais, il y aurait des fines couches d'argile qui accentueraient le phénomène.

Cette information semble très plausible quand on regarde la maison et le silo penchés route de Fontainebleau.

Ce terrain sédimentaire a en effet été constitué par des apports alluvionnaires intermittents qui ont formé des strates.

C'est pourquoi pour le simple parking de la rue des Jardins situé sur la zone blanche du plan du PPRI un système d'assèchement du sol profond a été prévu, la terre creusée sur 3 mètres de profondeur et évacuée, un bidime cousu installé dans l'excavation, et la fosse comblée par cinq couches de matériaux nobles avant d'épandre le revêtement.

Il a été constaté lors de l'étude qu'il n'est pas raisonnable d'y faire des constructions en élévation.

C'est une information qui conforte la décision attendue de totale inconstructibilité sur ce secteur. Aujourd'hui le sol est le même qu'il y a trente ans, autrement cela se saurait!

La seule différence ne serait-elle pas les gros bénéfices générés?

Je ne sais pas quelle est la personne qui est chargée de superviser la rubrique environnement du Bulletin Municipal mais elle ne connaît rien sur la composition du sol de la zone blanche pas plus que des autres zones. Ou alors elle trompe sciemment les lecteurs. Il faut lui retirer immédiatement cette responsabilité parce que ses élucubrations sont dangereuses: Elle fait de la désinformation. C'est grave! 

 

Ce texte sera déposé en Mairie. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens