Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 16:01

J'ai entendu et même lu le maire sur son avis sur le devenir économique de Malesherbes.

Son point de vue sur le bassin d'emplois est très personnel et original: Si les entreprises ne viennent plus s'installer à Malesherbes c'est parce qu'on ne construit plus.

On peut inverser le raisonnement et dire on ne construit plus parce qu'il n'y a plus d'emplois offerts et en outre des entreprises réduisent leurs effectifs et sont éventuellement ou non reprises. D'autre part le nombre des habitants est en diminution.

Il oublie que le bassin d'emploi déborde les limites de la ville et que son raisonnement spécieux n'est fait que pour excuser l'idée qu'on lui a inspirée de constructions sur un marais argileux et peut être tourbeux ou le sol dur ne peut être trouvé qu'entre 20 ou 50 mètres.

Je lui rappelle qu'il n'a jamais publié une analyse certifiée du sol, ou bien peut-être n'en a-t-il jamais commandé, ce qui serait un manquement grave à ses devoirs puisqu'il a affirmé qu'il signerait les permis de construire qu'on lui présentera en ignorant donc volontairement qu'il s'agit d'un sol impropre à la construction!

Ce n'est pas la construction d'habitations qui attire les entrepreneurs et ce n'est pas parce que vous remplirez les maisons avec des chômeurs que les entreprises viendront.

Ceux qui viendront habiter à Malesherbes sont ceux qui y viennent déjà.

Et combien de Malesherbois prennent le train tous les matins pour aller travailler ailleurs. Réfléchissez!

Ces raisonnements simplistes méritent un complément de formation économique.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 12:38

 

Voici la deuxième note que j'ai remise hier au commissaire enquêteur concernant le plan du PPRI  sur les inondations du Marais:

 

André Fréquelin

Résistant de 1940 à 1944

Engagé volontaire pour la durée de la guerre de 1944 à 1947.

Croix de guerre. Croix du Combattant volontaire.

Chevalier de l'Ordre National du Mérite à titre militaire

Lieutenant Colonel de Réserve

Ex chef d'entreprise

Conseiller Prud'homme

Conseiller Municipal de 1983 à 1997

Premier maire adjoint.

21 Rue Saint-Eloi. Malesherbes.                                                   

 

25 Octobre 2011                    

Enquête sur le Plan du PPRI

Mairie de Malesherbes

 

J'ai l'honneur de vous apporter ce témoignage pour valoir ce que de droit:

J'habite à Malesherbes depuis quarante ans et j'ai en mémoire les phénomènes climatiques qui ont eu lieu pendant cette période. Je suis en désaccord avec le plan du PPRI particulièrement sur la zone qui jouxte le parking de la rue des Jardins. Cette zone est illustrée en couleur blanche qui signifie non inondable alors que je l'ai vue inondée à plusieurs reprises. J'ai même été amené à aider l'ancien propriétaire des terres, qui lors d'une inondation a vu le hangar qu'il possédait rue de Chateaubriand atteint par les eaux, à surélever les matériaux entreposés pour les mettre au sec.

Ce qui prouve que sur cette zone le plan est inexact.

Cette inexactitude est particulièrement grave dans la mesure ou il est le fondement de la décision du maire de déclarer cette zone constructible alors que sa nature même ne peut pas le permettre.

Si, ce qui reste à démontrer, elle est inondée moins souvent, elle doit être définie comme telle et illustrée non en rouge mais en rose pour la clarté et la sincérité du plan.

 

J'assume toutes mes affirmations pour valoir ce que de droit devant la juridiction ad hoc.

________________________________________________________________________

 

N.B. Je continue de prétendre que cette affaire est depuis son origine un montage politico financier dangereux dans ses conséquences dont nous avons de multiples exemples dont ce qui a été réalisé dans la ville de LAVAUR est le plus parlant.

                                                                       

 

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:53

Cet article est rédigé sur la foi apportée à l’information d’une personnalité présente.

 

J’ai, ou je pensais avoir une grande expérience dans beaucoup de domaines et je faisais confiance à nos institutions que je croyais à l’abri des turpitudes qu’on rencontre dans certains milieux politiques particulièrement cyniques.

Je ne croyais pas que la décadence de la déontologie puisse  atteindre des institutions dans lesquelles le peuple a confiance et dont la rectitude doit être la base de ce qu’on nomme l’Etat.

Dans ma conception de l’organisation de notre société il y avait une certitude qui était que dans certaines appellations de titres et de fonctions il y avait un sens du droit et de la rectitude dans les comportements qui était à l’abri de toutes questions.

Quand j’ai appris qu’à la fin de l’après midi même où j’ai confié mon rapport et mes doléances au Commissaire enquêteur, dans la salle d’accueil de la Mairie, mon rapport, étalé à la vue de tous, et entre les mains des personnes présentes, (certaines connues pour faire la promotion du lotissement sur le Marais), ce rapport était critiqué et brocardé à la cantonade !

Qu’est ce que c’est que ce cirque ?

Quand j’ai appris cela, je suis tombé de haut et toute la confiance que je pouvais encore avoir dans les institutions locales et départementales se sont écroulées. Que sont devenues les traditions de discrétion et de haute tenue de notre administration ?

Que deviennent les obligations de réserve ?

Le comble serait que ce soit le Maire, qui est impliqué dans l’affaire du lotissement par les aides qu’il apporte au promoteur, qui décide que mes doléances soient hors sujet ! Si c’est le cas je demande à en être informé.

Je commence à comprendre pourquoi ma communication au commissaire enquêteur précédent a été déclarée hors sujet ! Et je comprends clairement pourquoi le plan incomplet du PPRI peut être intronisé comme seul critère pour que le Maire se considère habilité à signer des permis de construire ! Ce n’est plus du droit mais de la politique inqualifiable !

Monsieur le Maire a reçu la confiance de la population et il en abuse. Cela s’appelle comment en bon français ? Et en matière de droit ? Et je prétends que c’est condamnable !

Ce papier sera remis au Commissaire enquêteur officiellement le 25 octobre avec obligation de le joindre à mon rapport remis le 4 octobre et à celui du 25 Octobre. 

J’ajoute que je demande une enquête globale sur l’ensemble de ce que je nomme : L’affaire du Marais. Et le niveau de l’enquête a diligenter n’est plus du niveau d’un commissaire enquêteur !

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 10:29

Le Commissaire Enquêteur  sur les inondations était à Malesherbes mardi dernier et je lui ai rendu visite pour m’entretenir avec lui et lui remettre mon rapport et lui faire mes remarques sur le rapport du PPRI en ce qui concerne les parties du plan ou des promoteurs et des politiques imprudents veulent édifier des lotissements très dangereux en raisons des conditions naturelles. Je croyais cette communication confidentielle jusqu’à ce qu’elle soit examinée par des autorités autorisées, mais comme en fin d’après midi elle était déjà en mains des soutiens des promoteurs qui en discutaient entre eux dans le hall de la Mairie, je pense que mes lecteurs ont au moins les mêmes droits que les personnes qui soutiennent les promoteurs, c’est pourquoi, à leur intention, j’ai décidé de la publier sur mon blog !

Je reste néanmoins perplexe sur la communication immédiate dans le hall de la Mairie de ma communication officielle à des tiers non autorisés !

___________________________________________________________________________

 

André Fréquelin

21 rue Saint Eloi

Malesherbes

04.10.2011.

                                                           à

                                                                        Monsieur le Commissaire Enquêteur (PPRI)

                                                                                       Mairie de Malesherbes

Monsieur le Commissaire enquêteur,

J’ai pris connaissance du plan du PPRI pour la ville de Malesherbes concernant les débordements de la rivière l’Essonne.

Je constate que ce plan est relatif, et que par exemple les zones blanches que certains voudraient (pour des motivations discutables) faire croire non inondables sont en fait inondables mais moins souvent. Quand l’eau atteint la route de Fontainebleau elles sont inondées, (du moins en ce qui concerne celles qui sont situées près du parking de la rue des Jardins et qui font l’objet d’un projet de lotissement.)

Il en est de même quand l’extrémité de la rue de Chateaubriand est inondée et cela je l’ai personnellement constaté. Je ne dois pas être le seul ?

Je joins à ma note deux photographies qui doivent être interprétées parce que le site lui-même auquel je m’intéresse (le site contigu au parking) n’est pas sur le cliché. A ce sujet je vous signale qu’il existe dans les collections une photo d’une inondation d’un niveau tel qu’elle montre le notaire de Malesherbes en barque dans son jardin rue Cochery.

Il y a un cas particulier très clair : la zone contiguë à l’est du parking de la rue des Jardins dont le classement en zone blanche par le PPRI est interprété totalement abusivement pour la déclarer zone constructible. C’est une interprétation dolosive car en effet elle écarte les raisons primordiales pour lesquelles cette zone est impropre à la construction qui sont l’état du sol alluvionnaire, sa saturation permanente en eau affleurant la surface, la nécessité de l’action (bien qu’insuffisante) des noues pour le drainage, la présence d’une zone argileuse. Cette interprétation abusive du plan du PPRI écarte des siècles de prudence justifiée.

Il devrait bénéficier d’une zone rose  (qui n’existe pas) en raison des possibilités d’inondations peut être moins fréquentes, mais réelles comme j’ai pu le constater moi-même.

Il serait souhaitable que le plan du PPRI signifie ses limites de compétence  en se reportant à une remarque à intégrer en bas du plan en indiquant que certaines zones laissées en blanc peuvent néanmoins être inondées mais moins souvent.

Il serait même honnête et prudent de les colorer en rose pour que le danger, certes moins fréquent, mais réel soit visualisé.

La précision est importante afin qu’il ne soit plus fait un usage abusif du plan du PPRI en  l’imposant comme facteur de décision prioritaire, en trompant sur l’ensemble des caractéristiques réelles du site, en masquant les dangers de diverse nature grevant un projet  de lotissement inapproprié et privé de renseignements essentiels.

J’ose espérer que ma déclaration ne sera pas considérée hors sujet en raison des remarques subsidiaires que j’ai faites en ce qui concerne l’utilisation abusive du plan des inondations qui justifie mon intervention.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le commissaire, l’expression de mes meilleurs sentiments.

                                                         André Fréquelin

                                             Résistant. Lieutenant-colonel de réserve

                                             Chevalier de l’Ordre National du Mérite

 

 

P.S. Commentaire pour les lecteurs de mon blog : En raison des poussées politiques en faveur des lotissements sur le marais je ne suis pas certain d’obtenir leur annulation. J’ai besoin de vous ! Aidez moi !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 12:54

Un entretien confidentiel ? Mon œil !

Un commissaire enquêteur était hier à Malesherbes, en Mairie, pour recevoir les remarques de la population sur les études du PPRI sur les inondations et, selon moi, par extension, sur les terres qu’habituellement elles recouvrent en raison de la destination qu’on leur donne.

J’ai rencontré le Commissaire enquêteur entre 15h et 16h, je lui ai fait mes remarques oralement et je lui ai remis un rapport écrit ainsi que des photographies.

Je n’admettrai pas qu’une nouvelle fois mon rapport soit rejeté parce qu’il serait hors sujet. En effet, on m’a rapporté qu’en fin d’après midi, mon rapport et les photographies étalées sur la table, étaient discutés par un groupe de personnes dont certaines sont dans l’affaire du Marais dont l’ineffable Monsieur X, qui développe une énergie démesurée pour faciliter et faire admettre des permis de construire pour des lotissements sur ce terrain argileux, gorgé d’eau jusqu’à sa surface, parcouru par des noues indispensables mais insuffisantes pour le drainage, inondable sur toute sa surface mais à des fréquences variables et des hauteurs variables.

Mais qu’est-ce qui anime donc ce bizarre personnage à la langue fourchue et au timbre de voix qui rappelle la voix  de Philippe Henriot qui colporte partout, y compris dans les administrations, des propos contre ma personne, mes écrits, mes actions en faveur d’une annulation raisonnable de cette affaire incongrue? Et qui veut absolument faire réaliser des lotissements sur ces terrains qui, comme par exemple dans la ville de Laur, deviendront des catastrophes qui briseront la vie de ceux qui se laisseront convaincre. Son irruption dans cette affaire est une mauvaise action et les promoteurs n’ont pas besoin de lui pour faire leur publicité mensongère. Quel avantage en tire-t-il ?  L’activisme politique dans cette affaire financière sans intérêt pour la population est- il raisonnable et en a-t-on bien mesuré toutes les conséquences ?

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 09:50
Enquête sur le plan du PPRI
Le commissaire enquêteur sur le plan du PPRI à Malesherbes sera présent en Mairie :

Le 4 octobre de 15h à 18 heures

Le 25 octobre de 15h à 18 heures.

Si vous vous intéressez au devenir de votre ville, il faut impérativement faire des remarques sur le plan du PPRI  sur les inondations parce que certains voudraient abusivement  le prendre en considération exclusive pour établir et signer des permis de construire sur le Marais effectivement inconstructible et considéré comme tel depuis des siècles.

 

Je me rendrai à cette consultation, je ferai mes remarques et je déposerai mon avis que voici :

 

 J’ai pris connaissance du plan du PPRI pour la ville de Malesherbes concernant les débordements de la rivière l’Essonne. Je constate que ce plan est relatif, et que par exemple les zones blanches que certains voudraient (pour des motivations discutables) faire croire non inondables sont en fait inondables mais moins souvent. Quand l’eau atteint la route de Fontainebleau elles sont inondées, (du moins en ce qui concerne celles qui sont situées sur le marais) il en est de même quand l’extrémité de la rue de Chateaubriand est inondée et cela je l’ai personnellement constaté. Je ne dois pas être le seul ? Je joins à ma note deux photographies qui doivent être interprétées parce que le site lui-même auquel je m’intéresse (le site contigu au parking) n’est pas sur le cliché. 

C’est bien le cas de la zone contiguë à l’est du parking de la rue des Jardins dont le classement en zone blanche par le PPRI est interprété totalement abusivement et exclusivement pour la déclarer zone constructible en élimant la raison primordiale qui est l’état du sol, sa saturation permanente en eau effleurant la surface, la nécessité de l’action des noues pour le drainage, la présence d’une zone argileuse, et en annulant des siècles de prudence justifiée.

Il devrait bénéficier d’une zone rose qui n’existe pas.

Il serait souhaitable que le plan du PPRI signifie ses limites de compétence  en se reportant à une remarque à intégrer en bas du plan. La précision est importante afin qu’il ne soit plus fait d’usage abusif pour imposer un projet inapproprié de lotissement.

J’ai consacré sur le sujet de l’inconstructibilité du site plus de 100 articles sur mon blog Malesherbes-Union et je les tiens à votre disposition. Ils ont intéressé bon nombre de mes concitoyens qui ont approuvé mes propos.

 

J’ose espérer que ma déclaration ne sera pas considérée hors sujet en raison des remarques subsidiaires que j’ai faites en ce qui concerne l’utilisation abusive du plan des inondations qui justifie mon intervention.

 

Voici donc la note que je vais remettre au Commissaire Enquêteur.

Si vous aimez votre ville, vous comprendrez que c’est très important d’aller confirmer votre opinion et vos remarques au commissaire enquêteur et de lui apporter des documents et des photographies si vous en disposez. Je suis certain que vous saurez y consacrer une petite partie de votre temps.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 15:37
                                   Les noues solitaires du Marais de Malesherbes

Selon une source venue de la Mairie la station de pompage de la rue des Jardins servirait à remonter les eaux du bas de la ville mais ne drainerait pas le sol proche du marais.

Les noues seraient donc seules à faire le travail de drainage qui ne se ferait donc qu’en surface sans grande efficacité car l’efficacité des noues ne dépasse pas 0m50.

Le sol profond n’est donc pas drainé et comme nous sommes dans une zone argileuse voyez les dégâts prévisibles !

C’est ce qui explique que pour construire le parking de la rue des Jardins qui jouxte les surfaces sur lesquelles on prétend construire et qui sont encore plus exposées parce qu’elles sont plus proches du centre du marais, et l’assise ferme encore plus profonde, (je rappelle qu’elle est située entre 10 et 40 mètres et plus), qu’il a été exigé de creuser le sol de trois mètres en profondeur, que pour imperméabiliser l’excavation, l’administration (la DDE, je crois mais sans certitude) a exigé que les parois soit revêtues sur toutes les surfaces horizontales et verticales d’un bidime imperméable cousu afin que les eaux infiltrées n’entrent pas sous le revêtement du parking. On a donc étalé et cousu environ deux mille mètres carrés de toile imperméable. Ensuite l’excavation a été comblée avec cinq couches de matériaux nobles, et seulement après tout cela, on a étalé le revêtement de surface.

Mes affirmations peuvent facilement être contrôlées, il suffit de faire un petit sondage !

Inondations ou pas, PPRI ou pas, le danger est grave et permanent. Aucun permis de construire ne doit être délivré sur ce site.

Les responsables politiques ou administratifs n’ont pas le droit d’interrompre dix siècles de prudence justifiée !

D’autant plus qu’à ma connaissance ils n’ont fait effectuer aucun carottage et aucune analyse des sols ! Il faut donc s’en remettre aux informations du BRGM qui sont en contradiction avec ce que visiblement on veut nous faire croire.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 08:11
J’ai parcouru sur le Web un article intitulé « Fissures et lézardes craquèlent les maisons » et dans cet article lu un paragraphe « Pourquoi laisse-t-on construire des maisons sur ce type de terrains ?

J’ai été abasourdi par la suite…

« La législation ne prévoit aucune obligation d’étude du sol avant la construction. Toutefois, de plus en plus, avant de débuter les travaux, les constructeurs demandent une étude géologique. C’est une somme à la charge du client, mais c’est aussi une assurance de bâtir dans un lieu adapté »

Cela est insensé quand on sait que c’est sur le sol que tout repose !

Mais dans le cas qui nous intéresse, le Marais de Malesherbes, des études du sol ont été effectuées pour la construction du parking de la rue des Jardins et pour la construction de la voie de contournement. Ces études ne peuvent en aucun cas être dissimulées à la population. Alors je comprends pourquoi un fonctionnaire m’a dit un jour au téléphone qu’elles avaient été détruites ! Bizarre !

Mais je sais où il y a des exemplaires !

Si ces études ne sont pas publiées le maire sera moralement tenu(et surtout si elles le sont) de ne pas signer les permis de construire s’ils sont, en dépit de tout, édités par l’administration car il ne peut pas se rendre complice !

Il n’est pas admissible qu’on dissimule des pièces fondamentales sur une question aussi grave ! Qui le fait ? Là est la question ? Pourquoi ? Là est la deuxième question ? Qui couvre tout cela ? C’est la troisième question ?

C’est une tromperie que de faire reposer la décision de construire sur le rapport du PPRI qui n’a en la matière aucune compétence car ses conclusions sont en contradiction avec les avis du BRGM qui lui a toutes les compétences en la matière. C’est une manœuvre très grave porteuse de conséquences.

Le premier devoir du maire est de faire effectuer des analyses contradictoires du sol par plusieurs experts et le BRGM pour confirmer les avis en raison de la gravité et des conséquences de cette affaire mais il sait bien que leurs conclusions ne lui permettraient plus d’apposer sa signature !

Un péché par omission est quand même un péché !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 15:05

Dans les années 1950, je n'habitais pas encore Malesherbes, mais pour la conduite de mes affaires, j'y venais plusieurs fois par an pour visiter une entreprise.

Mon itinéraire habituel partait d'Orléans, traversait Malesherbes pour atteindre Fontainebleau.

Quand j'abordais Malesherbes, dès que j'arrivais sur le carrefour de la Petite Vertu et que je voyais la perspective en pente de la rue de la République qui était à cette époque revêtue de pavés, je ne comprenais pas pourquoi la ville s'était développée sur une pente aussi inclinée alors qu'il y avait à l'entrée un plateau plus propice et en bas un grand espace plat inoccupé.

Quand, en 1970, je me suis installé dans ma propriété actuelle, située à mi-pente, j'ai pu réfléchir tranquillement au problème.

 Dans les temps anciens, la ville était un gros bourg agricole qui était entièrement voué au service de la culture avec des maréchaux ferrants, des bourreliers, des forgerons, des tanneurs, des menuisiers, des maçons, des commerces de fournitures et des cafés auberges…

Il n'était donc pas dans les traditions de construire sur les riches terres arables du plateau, elles étaient sacrées!

Mais alors il restait les espaces plats de part et d'autre des rives de l'Essonne. Comme il n'était pas pratique de franchir la rivière et de couper la ville en deux parties, il restait néanmoins la rive ouest. Quelques tentatives ont été osées, mais elles sont demeurées sans suite pour plusieurs raisons:

-         Cette zone est inondable

-         La couche de terre alluviale est trop meuble, détrempée et argileuse

-         Pour trouver une assise de sol dur il est nécessaire de piloter des pieux jusqu'à des profondeurs allant de 20 à 64 mètres.

C'est pourquoi les constructions n'ont pas dépassé la limite extrême qui est la rue des Jardins.

Depuis 1960, en raison des besoins d'expansion des années glorieuses, il a bien fallu sacrifier quelques hectares arables sur le plateau puisque c'était la seule solution et que les rendements agricoles considérablement augmentés compensaient largement la perte de quelques surfaces.

D'autres villes en France n'ont pas eu la même sagesse.

Elles se sont laissées séduire par des agents immobiliers et des promoteurs avides de rendements financiers et elles ont permis la construction sur des sols semblables.

Les nouveaux propriétaires ont au fil du temps vu leurs maisons se dégrader pour finalement devenir inhabitable. Ils avaient ajouté foi aux affirmations des agents immobiliers que les moyens nouveaux et modernes des entreprises de construction avaient résolu tous les problèmes.

On les a vus ruinés et éplorés à la Télévision continuer de vivre dans leurs maisons de guingois et lézardées parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement, ne disposant d'aucun recours.

Alors saluons la grande sagesse de nos anciens, sur ce sujet comme sur beaucoup d'autres et retenons la leçon: conservons les marais et les peupleraies, la nature préfère cela.

On a pas le droit de délivrer des permis de construire sur de tel terrains et si on le fait malgré tout le Maire n’a pas le droit moral de les signer contre l’avis de la population

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 12:09
 

Dans un vieux bouquin, retrouvé au fond d’un carton poussiéreux, j’ai découvert un vieil adage :           

                                      Quand la noue est dans le jardin

                                       La maison est au lointain

Cette sagesse des anciens explique beaucoup de choses. Réfléchissons !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens